lienlien

N'oubliez pas de voter tous les deux heures!


Une nouvelle histoire, une nouvelle vague... Quelle sera votre voie?
 

Partagez | 
 

 Les fleurs poussent aussi dans la cendre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Elincia Lunargent
avatar
Pirate

Feuille de personnage
Rang: 5
Expériences:
150/400  (150/400)
Pouvoir(s): Shoku Shoku no mi
MessageSujet: Les fleurs poussent aussi dans la cendre   Dim 23 Juil - 23:38

Le soleil se levait tranquillement sur le petit village de Paku paku, deux années ont passées depuis le sinistre incident et les habitants semblent avoir retrouver la paix et la sérénité. Il était très tôt mais l'odeur du pain dans le four se faisait déjà sentir à travers les rues non pavés et surtout par devant chez Mathilda la boulangère, Tiko le pêcheur quant à lui s'en revenait d'une nuit agitée à chasser le poisson Paku spécialité culinaire de l'île et enfin l'auberge point centrale du village ouvrait sa porte offrant aux habitants le sourire radieux de Mikaho l'aubergiste. C'est ainsi que ça se passait tout les jours sur Paku Paku, comme une grande boucle marquant le rythme calme et serein de chaque villageois mais sans en être lassant et redondant pour autant.
La belle vie en somme, le soleil réchauffait le sommet des collines, les enfant jouaient dans les rues et les oiseaux maritimes criaient leurs mélodies au rythme des vagues frappant les rochers bordant le très petit port de fortune à seulement deux quais que comportait l'île.


Cependant moi je n'oubliais pas je ne le pouvais pas, je n'y arrivais pas ...
Je me tenais là debout derrière ma fenêtre, le regard froid et sinistre entre deux rideaux poussiéreux à moitié fermés, observant toujours le même endroit depuis des mois et même des années. Cet endroit où j'avais perdu mes chers enfants Erik et Judith ... Chaque fois que je le regardais je revoyais toujours la même scène dans ma tète comme comme un cauchemar que je ferais éveillée.
Moi assise au milieu de la rue à observer ma maison brûler, avec dedans mes enfants hurlant de douleur jusqu'à ce que la mort vienne les arracher à ce monde telle un malheur et en même temps une délivrance. Oui je dis bien une délivrance ... il n'y à pas de pire horreur pour une mère que de devoir attendre que ses enfants meurent pour être soulagée, mais que pouvais je faire d'autre, plus de la moitié de leurs petits corps fragiles avaient déjà été consumés par les flammes et leurs visages même fondaient dans un océan de douleur ... attendre leurs morts comme une bénédiction pour eux et pour moi était la seule chose à faire.


Ainsi j'observais depuis ma fenêtre cette ancienne bâtisse réduite en une ruine de bois brûlés, de cendres et d'autres choses plutôt sinistres, cassant de manière plutôt radicale avec la beauté du village, qui avait été reconstruit depuis et même remis à neuf en plus beau et plus coloré, seule cette carcasse grise comme une cicatrice du passé demeurait et personne n'osait y toucher.
En effet il était pour moi hors de question que l'on touche à cet endroit, il avait beau me déchirer le cœur à chaque regard, il était et sera toujours l'endroit où repose mes chers enfants. Qu'est ce que j'en avais à faire de leurs deux petites pierres tombales  placées à côté de l'auberge ... c'est dans le sol de cette maison que leurs essences demeurent et demeurera toujours, c'était comme ça que je voyais les choses. Et c'était pour cette raison que j'avais toujours insisté auprès des habitants pour qu'il ne touchent jamais à cet endroit, tant bien même c'était leurs village à eux. Mais les habitants de Paku Paku étaient des gens vraiment formidable et d'un sens de la compréhension humaine hors du commun, ils ont respecté sans discuter ma demande et m'ont même pardonné d'être devenue cette espèce d'antisociale colérique qui ne leur disait même plus bonjour et restait enfermée dans sa sinistre maison en bordure des collines donnant sur la sortie du village et ne sortant plus que pour agresser sauvagement les étrangers s'approchant trop de la maison de mes enfants.


Je continuais donc à observer cette ruine vide, puis détourna légèrement mon regard froid vers le petit port, la situation de ma maison me permettait d'observer tout depuis la hauteur et comme le village n'était vraiment pas grand, je pouvais voir sans mal un petit navire qui avait très certainement du accoster pendant la nuit. Je serrais doucement le poing regardant le pavillon pirate flotter au vent comme pour me narguer de loin, il faut dire que je n'était vraiment pas devenue une fan incontestée des pirates, ces bouffons des mers ne pensant qu'à se remplir le gosier de boissons fortes en alcools et à faire la fêtes pour le plus gentils et ne pensant qu'à détruire ou piller pour les plus mauvais ... bref aucun qui ne pouvait faire attention et respecter des lieux de sépulture, déjà que c'était à cause de l'un de ces fameux pirates que mon ancienne maison avait été incendiée, ça ne faisait que me mettre encore plus en colère et je m'apprêtais à donner un violent coup de poing dans le mur avant d'être coupée dans le fils de mes pensées par quelqu'un qui venait de frapper à ma porte.

- " tsss encore elle ... "

Avec le temps les villageois avaient très vite compris qu'il fallait me laisser tranquille et surtout éviter de m'énerver, je faisait mon deuil dans ma forteresse de solitude et n'appréciait pas la visite ... et je savais déjà à qui j'avais à faire. Car si les villageois me laissait seule dans mon coin, ces derniers temps une petite pot de colle avait décidé de venir frapper à ma porte tous les jours pour m'offrir son stupide panier de gâteaux au chocolat, elle tenait absolument à me nourrir et pour peu elle avait vraiment de la chance que le manque de soleil me rendait si faible et flemmarde sinon c'est moi qui l'aurais mangé ... passer le reste de sa vie dans l'un de mes tubes organiques à attendre de se faire digérer l'aurais surement calmée et lui aurais appris à ne pas trop tirer sur la corde, moi qui avait déjà été gentille avec elle depuis qu'elle était venue m'enquiquiner, donc si elle tenait tant que ça à me nourrir il y avait moyens de s'arranger tsss.
Je marchais donc d'un pas de zombie le teint pâle et livide due au manque de soleil, et moi qui plus que les autres ai besoins de lumière pour être en forme, passer la plupart de mon temps dans cette pièce à me morfondre n'était pas le mieux pour aller de l'avant. Bref toujours est-il que je me dirigeais vers cette porte tandis que j'entendais sa petite voix s’inquiétant de mon arrivée un peu trop longue à son goût.


- " Vous êtes là maîtresse ? C'est Jinkoh ! "

Et voilà réglée comme une horloge, j'en avais connu des chieuses durant ma vie mais je dois dire que celle-ci était particulièrement irritante ... elle avait fait un très long voyage afin de devenir ma disciple en haute couture et c'est pour ça qu'elle m'appelait maîtresse sans arrêt, alors que bon je n'avais encore rien accepté et n'allait surement pas le faire dans mon état. Mais j'avais beau lui expliquer encore et encore que la couture c'était finis pour moi et que je n'avais pas le goût aux visites, elle était vraiment butée et continuais à venir prendre de mes nouvelles tous les jours sans interruptions, ce jour-ci était le douzième de sa longue séries ... un vrai pot de colle la fille.
Enfin au moins l'aire de rien elle arrivais en m'irritant de la sorte, à faire une chose que moi même n'était pas parvenue à faire en deux ans, me changer les idées et même me faire esquisser un très léger sourire tant sa façon de s'accrocher était abusive et presque du harcèlement.

Et puis elle m'appelait maîtresse, même si j'était plus vraiment d'humeur à jouer les dominantes comme autrefois ... ça arrivais tout de même à me faire repenser à de bons souvenirs.
Revenir en haut Aller en bas
Mary Florin
avatar
Pirate

Feuille de personnage
Rang: 5
Expériences:
88/400  (88/400)
Pouvoir(s): Gura Gura no mi
MessageSujet: Re: Les fleurs poussent aussi dans la cendre   Lun 24 Juil - 21:56

Foutus marines… Même pas le temps de faires mes réserves de nourritures que j’avais du me barrer de cette île. Au moins j’avais une caisse de vin mais bon… Et pas le temps non plus de demander de l’aide pour mettre le cap sur Berry Town, même si je savais très bien que je n’atteindrais pas cette île sans navigateur… J’étais donc de nouveau en mer, seule, et j’avais choisi une direction totalement au hasard… Cela devenait lassant, j’avais l’impression de faire ça tous les jours…
Cette fois-ci j’ai passé quelques jours en mer, j’ai du vider le peu de réserve de nourriture qu’il me restait… Et j’ai aussi sifflé quelques bouteilles d’Itelzbulger Stein j’avoue, mais bordel ce vin là, c’est pas de la piquette ! Après ces quelques jours de voyage, je suis finalement arrivé sur une île plutôt grande, où se trouvait un petit village à l’air assez pittoresque. J’ai donc accosté, il n’y avait pas l’air d’avoir de base de la marine et il y avait un autre bateau pirate… Mon avis de recherche était-il arrivé jusqu’ici ? Non, je ne devais pas me poser ce genre de question, j’ai choisi la vie de pirate en connaissant très bien les conséquences ! J’ai amarré l’Enraged Doggy puis je suis descendu, j’avais besoin d’un bon demi pour me rafraîchir, si tant est qu’il y avait une taverne dans cette petite bourgade. J’ai rapidement trouvé ce qui semblait être l’auberge du village, je poussai les portes et affichai un grand sourire.

-Salut les gens !

Je me suis installée directement au bar, derrière lequel se trouvait une femme au cheveux rouges, essuyant un verre.

-Patronne, une demi s’il vous plait !

Elle me tendit rapidement une grande choppe de bière, et je m’empressai d’en prendre une grande gorgée… Que ça fait du bien…

-Alors mam’zelle Florin, qu’est-ce qui vous amène à Paku Paku.

Ah, elle connaissait mon nom, et effectivement derrière le comptoir, sur le mur, se trouvaient plusieurs affiches de criminels de North Blue, dont la mienne… Mais elle n’avait pas l’air hostile, et par la même occasion elle m’avait révélé le nom de l’île : Paku Paku. Je n’en avais jamais entendu parlé… Mon père qui avait fait ses débuts ici n’a jamais cité ce nom quand il me racontait ses avenutres.

-Eh bien, je suis venue un peu par hasard… Je suis pas une très bonne navigatrice, mais enfin tant que je peux boire un verre… Et puis si possible j’aimerais faire quelques réserves de nourriture…

-Si vous payez, oui vous pourrez avoir de la nourriture… Et c’est pas très pratique de ne pas savoir naviguer en tant que pirate non ?

Après avoir terminé mon verre, je soupirai, cette simple phrase faisait ressortir mon sentiment d’impuissance que j’avais depuis quelques semaines, à me perdre d’île en île, sans jamais atteindre la destination que je voudrais…

-Effectivement… Vous auriez pas un navigateur que je pourrais convaincre de rejoindre mon équipage ?

La tavernière sembla tiquer à ma question , un peu troublée… Ce n’était qu’une question innocente voire sur le ton de l’humour, je ne m’attendais pas à une réponse positive, trouver un navigateur ici, dans ce petit village et qui voudrait rejoindre mon équipage me paraissait assez improbable…

-Hum… Non, on a pas de navigateur à ce que je sache…

Le ton de sa réponse me semblait bizarre, hésitant, même faux… Mais pourquoi mentirait-elle pour un sujet aussi basique ? Ne voulant pas tirer de conclusions hâtives, je me suis contentée de sa réponse.

-D’accord d’accord… Vous auriez une chambre pour la nuit ? J’aimerais me reposer un peu sur la terre ferme ce soir.

-Hm oui j’ai une chambre si vous le désirez…

Après avoir réglé la question de la chambre, je recommandai un demi, et tournai sur mon tabouret pour faire face à la salle, un homme d’un certain âge y rentra.


Theme Song:
 


LSDLCB
Revenir en haut Aller en bas
Elincia Lunargent
avatar
Pirate

Feuille de personnage
Rang: 5
Expériences:
150/400  (150/400)
Pouvoir(s): Shoku Shoku no mi
MessageSujet: Re: Les fleurs poussent aussi dans la cendre   Dim 6 Aoû - 19:11

Tout ce temps sans soleil pour me nourrir m'avant vraiment rendue à l'état de zombie ... des cernes sous mes yeux à moitié ouverts, le teint livide et pâle voir même blanc, comme si j'était atteinte d'une grave maladie et cette vitesse de déplacement digne d'une octogénaire en manque de calcium, enfin je parle d'octogénaire sans forcément mentionner ma mère ... elle à son âge elle avait encore de la ressource grâce à son pouvoir de fruit du démon. Elle était un vampire et les vampires ne vieillissent pas, j'imagine que leurs cellules se régénèrent pas je ne sais quelle moyens, je me demande d'ailleurs si avec mon propre fruit du démon je serais capable de vieillir comme un humain normal après tout les arbres mettent très très longtemps à mourir ... mince alors j'allais encore devoir rester en ce monde un bout de temps.

Je n'était pas forcément devenue suicidaire, mais il faut bien dire que tout ces événements m'avaient marquée au fer rouge, d'un côté j'avais perdu mes enfants dans un incendie ... et d'un autre côté ma famille qui à cause de moi et de ma trahison, avait perdu leurs bon contacts avec le gouvernement, devait très certainement m'en vouloir et peut être même être à ma recherche pour me mettre à mort. Maman me rappelait souvent à quelle point ma mission était importante, elle devait vraiment être sur les nerfs par ma faute. Je repensais doucement à cette période où enfant je me suis faite confiée cette mission ...

Début du flashback

- Dans la salle principale du château des Lunargent -

- " Mes chères filles vous êtes toutes les quatre ici pour une affaire très importante ... "

Ma mère Morticia Lunargent, la fameuse Yonko que beaucoup craignaient se tenait là devant nous avec son air sérieux, mais néanmoins son sourire de mère attentionnée qu'elle avait toujours à notre égard. Et dans l'attente de ce qu'elle avait à nous dire, nous étions moi et mes sœurs aînées toute les quatre debout en ligne, les mains croisées dans le dos et la tète haute et fière ... une discipline de fer qu'elle ainsi que nos servantes et maîtres d'armes nous avaient inculqué dés que nous avions l'âge de marcher, nous étions les Ladies de la famille Lunargent après tout.
J'allais avoir treize ans à cette époque, à côté de moi se tenait Victoria quinze ans, à côté d'elle se tenait Julia dix-sept ans et enfin au bout de la ligne Sophia qui avait déjà atteint l'âge de dix-neuf ans. C'était assez marrant de nous voir classée ainsi par âge mais il faut bien dire que mère aimait l'ordre plus que tout, je me demandais juste pourquoi Lydia qui venait d'avoir ses onze ans ne pouvait pas participer à cette petite réunion. Certes elle avait refusé de recevoir son fruit du démon à ses dix ans, contrairement à nous quatre, mais mère nous disait toujours qu'à partir de nos onze ans nous étions en âge de participer aux projets familiaux, ainsi elle devait être là normalement. Enfin ça n'était pas vraiment important, j'était disciplinée et me contentais de faire comme les trois autres et regardais droit devant moi.


- " Vous quatre êtes les aînées de la famille, mon sang et ma fierté, votre rôle pour l'avenir de la famille sera des plus important pour chacune d'entre vous ... c'est pourquoi une parmi vous vas être envoyée pour une mission très importante. "

On se mirent alors à sourire toutes les quatre, enfin toute les trois vu que Sophia la plus âgée de nous toute, resta tout à fait impassible. Déjà bien implantée dans les affaires de mère en tant que sa première Générale, elle devait très certainement être déjà bien au fait de cette décision et savait certainement plus qu'elle ne le faisait paraître ... quoi qu'il en soit nous nous sourions. Bien évidement, pour chacune d'entre nous faire honneur et contribuer à la réussite de la famille était une fierté sans pareille ! Une chance n'étant réservée qu'à celles d'entre nous ayant atteint l'âge de onze ans, les autres étant encore à la phase entraînements et rôle de petites princesses sans grande impact sur le devenir des Lunargent. Cependant malgré la joie qui commençait à monter en nous, aucune ne prit la parole pour faire la demande, notre discipline nous incombait de garder le silence et laisser notre mère continuer. Elle fit quelque pas devant nous dans le calme et le silence puis pris une petite inspiration avant de reprendre.

- " C'est Elincia que j'ai choisi pour cette mission, avances toi ma fille. "

J'ai écarquillé les yeux comme jamais en entendant mon prénom prononcé, je souriait depuis un moment souhaitant être choisie, mais je ne me serais jamais attendue à l'être réellement. Il faut dire que même si Sophia ma plus grande sœur devait forcément restée auprès de mère, il en restait deux autres avant moi, trois si je comptait Olivia partie depuis un long moment pour une mission elle aussi, du coup je ne comprenais pas trop pourquoi ce fut moi qui ai été choisie même si ça m'emplissait de joie et surtout de fierté. Je m’avançais de quelques pas vers mère tout en lançant un regard désolée vers mes sœurs, elles qui me battaient assez souvent lors de nos entraînements elle devaient sans doutes râler en silence. Je leur aurais presque tirer la langue discrètement si je n'avais pas entendu ce que mère me dit alors, tout en regardant les trois autres.

- " Elincia sera envoyée au gouvernement pour rejoindre les Cipher Pol, j'ai besoin d'une espionne dans leurs rangs. Vous pouvez vous exprimez si vous n'êtes pas d'accord avec ma décision je vous écoutes. "

Les paroles de mère me perturbèrent légèrement, d'un côté j'était emplie d'une grande fierté d'avoir été en quelque sorte l'élue ... et puis d'un autre mon cœur se remplissait de tristesse comprenant que je ne pourrais plus vivre avec mes sœurs que j'aimait tant. D'ailleurs de leurs côté les divers réaction variant selon le caractère de chacune se faisait doucement voir et entendre. Ce fut tout d'abord Victoria qui prit la parole, ça ne m'étonnait pas de sa part.

- " Je ne veux pas qu'Elin parte ! "

Puis ce fut au tour de Julia.

- " Du calme Vic ... ça m'attriste aussi mais c'est la décision de mère ... "

Et Enfin Sophia elle, resta un petit moment en réflexion grimaçant légèrement comme si elle se posait tout un tas de questions à la fois puis prit tout de même la parole.

- " Mhm mère, le gouvernement fait affaire avec nous ... Elin est encore fort jeune elle pourrais plus facilement se faire prendre et vous pourriez perdre votre liens commerciale avec eux si ils découvraient la supercherie. "

J'écoutait les avis de chacune d'entre elle tout en leur adressant tout de même un regard troublée les appelant à l'aide du fait que j'était totalement perdue dans mon ressenti. Mère les écouta également avec une grande attention, elle ne prenait jamais de décision sans au moins connaitre notre avis sur la question. Elle regarda en premier vers Sophia avec un air rassurant et un petit " je t'expliquerais" qui suffit à calmer son inquiétude puis regarda Victoria et Julia en souriant avant de se tourner vers moi, son air chaleureux et pleins d'attentions sur le visage. Elle se baissa légèrement, mais moins que pour les autres étant donné que j'était la plus grande en taille grâce au pouvoirs passif de mon fruit du démon, puis elle me regarda droit dans les yeux semblant comprendre que j'était complètement perdue.

- " Elincia tu es mon sang comme toutes les autres, et je ne t'obligerais jamais à partir sans ton accord juste pour servir mes envies ... si tu ne veux pas partir et rester ici, alors tu n'à qu'à me le dire et j'enverrais quelqu'un d'autre. "

Autant mère était une femme cruelle et impitoyable avec ses ennemis, autant avec nous ses enfants elle était une mère exemplaire, ainsi la décision n'appartenait qu'à moi et je n'ai de toute façon jamais pensé un seul instant qu'elle voulais se servir de moi. Je réfléchissais donc toujours un peu perdue tout en regardant à la fois vers mes sœurs et vers mère, je me remémorait tous les souvenirs passés avec la famille me demandant si j'avais vraiment envie que ça s'arrête. Mais je me voyais aussi dans quelques années revenir à la maison pleine de fierté et féliciter par mère pour avoir pu l'aider à faire ce qu'elle voulait pour la famille. D'un autre côté encore, je me demandais comment j'allais pouvoir réussir à me faire discrète avec un tatouage énorme dans le dos indiquant mon appartenance au Lunargent, mes cheveux rouges communs à presque toutes me sœurs et mais yeux un peu spéciaux encore une fois communs à toute les Lunargent depuis des centaines d'années. Tant de questions dans ma tète, mais mère attendait une réponse de ma part ... je prit alors mon courage à deux mains ainsi qu'une grande inspiration avant de prendre la parole.

- " Je ... je ... j’accepte si c'est pour le bien de la famille je serais honorée d'accomplir ma mission mère. "

Mère me sourit alors profondément avant de se relever et de regarder vers tous ceux présents dans la salle.

- " Bien ... très bien, à présent laissez moi seule avec Elincia elle vous rejoindras après. "

A ces mots, Lisette et Flora le deux servantes les plus dévouées à la famille ne perdirent pas une seule seconde et accompagnèrent mes sœurs pour les faire sortir de la salle. Sophia toujours en tète de file fit un petit signe de la tète en accord avec mère avant de prendre la direction de la sortie sans un mot, suivie de Julia toujours aussi souriante et paisible puis enfin suivie de Victoria me regardant moi avec un mélange de colère et de profonde tristesse comme si mère allait me mettre dans une boite et m'expédier sur le champs.
Bref une fois seule avec mère dans la salle principale elle me fixa à nouveau dans les yeux tout en me prenant les mains comme pour me rassurer.


- " Grâce à toi je pourrais mettre un jour en place un plan qui bouleverseras le monde. Je sais que tu dois être très triste de devoir quitter tes sœurs, mais écoute moi bien Elincia ... tu es celle en qui j'ai le plus confiance pour réussir cette mission, toi et personne d'autre ! "

Fin du flashback

Je revoyais encore le visage de ma mère dans ma tète, me rappelant à quelle point cette mission était importante, je devais espionner le gouvernement en me faisant passer pour une Cipher Pol et non tuer mon équipe pour sauver deux enfants ...aujourd'hui mère devait vraiment être furieuse après moi, elle qui avait tant d'attentes en ma réussite pour son projet inconnu ... finalement Sophia avait raison je n'était pas à la hauteur. Mes conneries ont apporté le déshonneur sur ma famille toute entière en plus de les avoir sans doutes couvertes de problèmes, et tout ça pour quoi ... pour la vie de deux gamins qui ont eu la chance de ne vivre que quelques années de plus. Tout ça pour rien en somme !
Donc certes je n'était pas devenue suicidaire, mais je me demandais vraiment ce que je faisait encore là dans ce monde rejetée par ma famille et privée de ce que j'ai pensée être mon avenir ... peut être était ce une histoire de karma pour toute les méchanceté que j'ai pu faire par le passé. Si tel était le cas alors je savait très bien que vivre heureuse ne me serait jamais autorisé.


Bref j'arrivais devant la porte, fini de se remémorer le passé, il allait falloir affronter une fois de plus cette fichue pot de colle et sa joie de vivre. je retenais une larme puis ouvrit finalement cette porte pour voir cette Jinkoh. A côté de moi elle était vraiment le soleil et moi l'ombre, radieuse avec son grand sourire jusqu'aux oreilles elle me regardait de ses grands yeux légèrement brillants d'adolescente devant son idole et elle avait également dans ses mains, devinez quoi ...

Son foutu petit panier rempli de gâteaux au chocolat tsss
Revenir en haut Aller en bas
Mary Florin
avatar
Pirate

Feuille de personnage
Rang: 5
Expériences:
88/400  (88/400)
Pouvoir(s): Gura Gura no mi
MessageSujet: Re: Les fleurs poussent aussi dans la cendre   Lun 7 Aoû - 19:21






Les fleurs poussent aussi dans la cendre
feat Elincia Lunargent





L’homme  qui été entré dans la taverne semblait assez amical, et plutôt respecté par les autres… Surtout qu’ils l’appelaient tous « chef », c’était donc lui le dirigeant cette bourgade… Intéressant. Il s’arrêta table après table, afin de tenir une petite discussion avec chaque citoyen, il m’avait l’air plutôt attentionné, avant de s’asseoir au bar, sur le tabouret voisin au mien, commandant un café.

-Bonjour mademoiselle Florin, bienvenue dans notre village. Je me présente, Horel Livalo, chef de Paku Paku.

Il me tendit la main, arborant un sourire avenant, je fis de même, pour une poignée de main ferme.

-Merci, enchantée.

-Sans vouloir paraître indiscret, qu’est-ce qui vous amène chez nous ?

-Comme je l’expliquais à votre aimable tavernière, je me suis un peu perdue, j’ai atterri ici par hasard... Mais je vais en profiter pour prendre une nuit de repos, et me refaire quelques réserves de nourriture…

-Je vois… vous êtes la bienvenue… de toute façon en un jour vous aurez largement fait le tour de ce qu’il y a à Paku Paku !

-Ouaip si vous le dites… Et je vais encore me perdre vers une prochaine île, ou le fond des océans haha ! Dommage qu’il n’y ait pas de navigateur sur cette île.

Cette fois-ci je ne disais pas cela innocemment, le comportement intrigant de la tavernière avait piqué ma curiosité, le chef réagirait-t-il comme elle ?

-Eh bien en fait… Nous en avons une.

Oh ? Etonnant… Il avait pris un air très sérieux avant de m’annoncer ça… Pourquoi la tavernière m’avait caché ça ? En tout cas elle semblait gênée de la situation.

-Mais elle ne va pas bien, je vous déconseille fortement d’aller lui parler, elle refusera certainement… et vous risqueriez  votre vie…

Risquer ma vie ? Qu’avait-elle de spéciale cette navigatrice ? Je ne demanderai pas de détails pour le moment, ça serait peut-être mal perçu, cet homme m’avait l’air sincère et devait dire ça pour le bien des touristes. Mais pas question que je quitte cette île sans aller voir cette navigatrice, j’ai déjà risqué ma vie de nombreuses fois, ce n’est pas cette mis en garde qui me fera reculer.

-D’accord, merci du conseil.

Horel prit ensuite congé de moi, après avoir terminé son café, expliquant qu’il avait encore du travail. La tavernière, quant à elle, semblait toujours un peu gênée.

-Excusez-moi de vous avoir mentie… Mais c’est un sujet qu’on aborde pas trop par ici, on veut pas qu’il arrive malheur aux visiteurs.

J’avais terminé mon verre, et, après avoir essuyé la moustache de mousse qui s’était posée au dessus de mes lèvres, je lui souris.

-Pas de souci ... C’est ce que j’ai cru comprendre… Bon, vous pourriez me guider vers ma chambre, je me ferai bien une petite sieste.

Elle sourit à son tour, et sortit de derrière son bar pour m’emmener dans une pièce, à l’étage, une chambre assez simple, pas très grande, mais avec tout le confort suffisant. Après l’avoir remercié, je m’affalai sur le lit, sans même prendre le temps d’enlever mes bottes. Je fermai les yeux et rapidement, je me suis assoupie, j’avais bien besoin d’un peu de sommeil.

Après environ une heure et demie de sieste, je fus brusquement réveillée… par un simple bruit de porte claquée un peu trop fort… J’ai été un peu surprise mais mon rêve un peu agité a du jouer… Vous voulez que je vous le raconte ? Désolée, mais impossible de m’en souvenir… C’est ce qui arrive quand se réveille en plein sommeil profond… J’ai décidé de ne pas poursuivre ma sieste, mais plutôt d’aller visiter le reste de ce petit village.

© Jawilsia sur Never Utopia



Theme Song:
 


LSDLCB
Revenir en haut Aller en bas
Elincia Lunargent
avatar
Pirate

Feuille de personnage
Rang: 5
Expériences:
150/400  (150/400)
Pouvoir(s): Shoku Shoku no mi
MessageSujet: Re: Les fleurs poussent aussi dans la cendre   Lun 7 Aoû - 23:49

Il fallait bien lui rendre ça, Jinkoh était une jeune fille très mignonne. Elle avait de très jolis cheveux d'une couleur assez étrange située entre du rose très clair et du blond, voir du blanc, d'ailleurs leurs longueurs plutôt mi-longs et coiffés tout simplement d'un ruban à l'arrière de sa tète, servaient à accentuer son côté de mignonne petite jeune fille bien née ... je sais de quoi je parle j'ai été de la haute noblesse. Je ne lui donnais pas la vingtaine ça c'était claire, peut-être dix huit ans tout au plus. Ses grands yeux ambres voir même gris se plongeait dans les miens, pleins de compassion même si elle devait les lever bien haut en raison de sa petite taille ... quand une personne d'environs un mètre soixante s'adresse à une personne de trois mètre cinquante c'est ce qui arrives. Et pourtant malgré ma taille imposante elle continuait à me regarder comme si j'était une petite poupée dont elle devait s'occuper, je trouvais ça assez cocasse étant donné son fort jeune âge et moi qui allait déjà sur mes vingt sept et qui en plus avait été mère de deux enfants ...
Puis sous ses grands yeux d'enfants il y avait ce sourire ... mon dieu ce sourire ! Radieuse comme un petit soleil sur des jambes, elle semblait de ce genre de fille à sourire dans la moindre circonstances et qu'importe les crasses qui pouvaient leur arriver. D'ailleurs depuis douze jours où elle venait m'enquiquiner chez moi, je ne l'avais pas vu une seule fois ne sourire ... même quand je lui claquais la porte au visage, je l'envoyais se faire voir ou m'énervait en l'insultant, toujours souriante. Voilà bien ce qu'il me fallait ... une ambassadrice de la bonne humeur tsss.

Comme à son habitude depuis son arrivée sur cette île, elle prit alors immédiatement la parole sur un ton inquiet.

- " Vous allez bien maîtresse ? Vous devriez sortir un peu plus et prendre le soleil, ça vous ferais du bien et vous n'auriez pas l'aire si pâle ! "

Décidément elle se prenais vraiment pour ma mère, et je ne supportais vraiment pas ça ... même si elle voulait me tuer en ce moment j'en avait déjà une, et ce n'était pas une petite adolescente sorti de son petit pays qui allait la remplacer ! Enfin cela dis, ça n'était pas ça qu'elle souhaitait je suis médisante ... ce qu'elle souhaitait je vous l'ai déjà dis c'était devenir mon apprentie.
J'avais par le passé été l'une des plus grande couturière au monde, je fabriquais des tenues vendues partout et prisées par beaucoup de demoiselle, les tenues de dame Flora on les appelaient. Enfin c'était une époque révolue, je n'avait plus toucher une aiguille ou un morceau de tissus depuis l'incident et je ne comptais pas m'y remettre ... je n'avais pas la tète à ça. Alors évidement ce n'est pas cette petite insistante prétendant que j'était son idole qui allait me faire y retourner, et ce même si elle venait frapper à ma porte tous les jours pour me le demander.
D'ordinaire je luis aurais claqué la porte au nez à elle et à ses gâteaux, mais étrangement aujourd'hui j'avais envie de lui répondre un peu plus gentiment... peut être voyais je en elle la gentillesse et la douceur dont je faisait preuve avec mes enfants, et que sa façon de persister commençait un peu à me donner une certaine distraction dans ma dépression.


- " Peut-être devrais je en effet ... écoute Jinkoh tu me flattes en venant ici chaque jour, mais je ne comptes pas reprendre la couture, tu peux rentrer chez toi ... "

La jeune demoiselle prit alors un visage rempli d'étonnement, j'ignorais si c'était la nature de ma réponse ou bien le fait que pour une fois je lui réponde justement qui l'avait autant étonnée, mais toujours est-il qu'avec ce sourire qui ne quittait jamais ses lèvres il était assez compliqué, même pour une manipulatrice comme moi de deviner si elle était déçue ou non.
Elle ne prit ensuit pas longtemps pour réagir et me prendre les mains, chose qui me mit très mal à l'aise ... on ne m'avais pas touchée depuis l'incident encore une fois et ça faisait bien ne paire d'année du coup.


- " Pourquoi maîtresse ? Vous êtes la meilleure dans votre domaine ! Arrêter maintenant serait comme dire non à un trône avec votre nom dessus ! "

Pour peu j'aurais bien ris à cette phrase si je n'avais pas été aussi déprimée à ce moment, me mettre en avant de la sorte ... cette petite avait de la ressource pour arriver à ses fins, à moins qu'elle ne me vouait réellement un culte. D'un côté ça ne m'aurais pas étonnée si elle avait mentionné le noms des Lunargent, après tout nous étions connues à travers le monde et certaine personnes en arrivaient à nous vénérer secrètement sur leurs îles en attendant que l'on viennent les chercher telles de déesses prophétiques, mais là il n'avais jamais été question de ma famille ... cette charmante demoiselle m'adorait pour ce que je créais et ça l'aire de rien ça me mis du baume au cœur. Je me mit à sourire très légèrement, ce que je n'avait pas fait depuis longtemps ... très longtemps. Ma fierté était une chose que j'avais laissé de côté lorsque j'étais venue habiter sur cette île, alors autant vous dire que ce compliment de sa part m'avait faite frisonner jusqu'au bout de mes orteils. Cette Jinkoh à qui j'avais tant de fois claquer la porte au nez commençais tout doucement à m'intriguer et à m'apporter une certaine sérénité dans le coeur ... Mais ça n'était pas encore suffisant pour me faire redevenir comme avant, et très vite mon sourire très léger s’effaça comme des traces de pas laissés sur une plage balayés par les vagues.

- " C'est gentil ... mais malgré tout tes compliment ... je ne compte pas reprendre la couture comme je viens de te le dire. "

Après ces mots j'allais pour refermer la porte, j'avais assez parlé pour aujourd'hui ... certes je n'avais dis que deux phrases mais c'était déjà bien trop par rapport à rien ou à un mot, ce que j'avais pour habitude de prononcé en une journée. Mais avant que je ne referme la porte sur son sourire et que je m'en retourne à ma forteresse de solitude elle fit à son tour une chose qu'elle n'avais pas l'habitude de faire et insista encore plus qu'avant ...
D'ordinaire je lui claquait la porte au nez et puis elle s'en allait comme une bonne fille pour revenir encore plus chiante le lendemain, est ce que je lui avait donné de la confiance en lui répondant aujourd'hui ?
Quoi qu'il en soit, elle bloqua la porte avec son pied comme une de ses femmes de foies souhaitant donner des prospectus pour qu'on croit en leurs stupide Dieu, puis me tendis une fois de plus son panier de gâteaux.


- " Je vous en supplie maîtresse mangez ! Il faut que vous mangiez ! Si vous aimez pas mes gâteaux je peut vous faire autre chose ... je viens du pays de Wa et je suis une très bonne cuisinière ! "

Mais quelle petit pot de colle insistant me dis je tout en roulant doucement des yeux. Mais puisque j'avais fait l’effort de lui répondre pourquoi pas goûter ses gâteaux histoire qu'elle me lâche un peu ...
Je me saisis donc du panier mais sans lui sourire non plus, fallait pas abuser non plus.


- " Bon très bien je les prends tes gâteaux ... à présent part de chez moi ! "

Je ne lui avait même pas dis merci, mais par contre elle l'à fait ... elle m'offrait donc un cadeau, et en plus me remerciait de l'avoir pris, quelle fille étrange. Cela dis par le passé j'avais déjà vue des cas de personne qui me remerciait pour les coups de fouets que je leur donnait, comme de parfaits soumis jugeant cela comme une récompense et non un châtiment ... est ce qu'elle faisait partie de ces gens là ? Ça expliquerais pourquoi malgré ma méchanceté à son égard elle revenais toujours le lendemain ... elle en redemandait très certainement, mais je m'égard un peu, et puis ça n'était surement que de la gentillesse au final ... beaucoup trop de gentillesse.

la jeune demoiselle d'ailleurs continua à sourire même si je venais une fois de plus de la virer de chez moi.

- " Parfait maîtresse je vous laisse, je reviendrais demain prendre de vos nouvelles ! "

Puis elle reprit d'un pas joyeux le chemin du village, rentrant certainement à l'auberge pour mieux revenir m'enquiquiner demain ... Pauvre Mikaho, si elle était aussi chiante avec elle qu'avec moi je la plaignait sincèrement.
Revenir en haut Aller en bas
Mary Florin
avatar
Pirate

Feuille de personnage
Rang: 5
Expériences:
88/400  (88/400)
Pouvoir(s): Gura Gura no mi
MessageSujet: Re: Les fleurs poussent aussi dans la cendre   Mar 8 Aoû - 14:05






Les fleurs poussent aussi dans la cendre
feat Elincia Lunargent





En sortant de la taverne, j’ai croisé une personne faisant le chemin inverse, une jolie jeune femme assez petite, car même moi je devais faire facilement 20 centimètres de plus qu’elle. Je ne l’observai pas plus longtemps, bien qu’elle était assez agréable à regarder, je la croiserai peut-être plus tard.

Le village n’étant pas bien grand, j’en aurai vite fait le tour, en plus tout se ressemblait… Sauf une maison qui attirait bien plus l’attention… D’abord parce qu’elle était brûlée et visiblement laissée à l’abandon et puis elle était entourée de panneaux « Danger » ou « Ne pas entrer »… Peut-être un risque d’effondrement… mais quel est l’intérêt de garder debout un habitat en ruine… Je me renseignerais à ce sujet à mon retour à l’auberge. J’ai rapidement terminé ma visite, et ayant encore du temps devant moi, je me suis décidée à visité les alentours du visage, je me suis donc rendue à l’Est de celui-ci, où j’avais repéré une sort de falaise qui devait offrir une assez belle vue sur la plage et le village.

Après une dizaine de minute, j’atteignis ce promontoire, et m’assis sur le rebord, après m’être allumé une cigarette. Je pus alors pleinement profité de la vue, le temps était magnifique, les rayons du soleil faisant briller les vagues, presque à m’en éblouir. La mer était relativement calme, je fus assez étonnée de ne voir aucun bateau de pêche à l’œuvre, d’autant plus qu’il y en avait un certain nombre aux abords de la plage… Etonnant…

Je ne sais pas combien de temps je suis restée, seule sur cette petite falaise, à enchaîner les cigarettes. Je me sentais bien à cet endroit, libre, j’avais pas eu de moments calmes comme ça sur une île depuis un moment… J’aurais voulu me reposer sur l’île de Micqueot mais ces foutus marines ont débarqués… Ici les villageois connaissaient mon nom mais se foutaient que j’étais pirate… Ils étaient plutôt accueillants malgré le mystère qu’ils entretenaient autour de cette navigatrice. D’ailleurs si j’arrivais à la rencontrer, qu’allais-je lui dire ? « Bonjour je suis Mary Florin, future reine des pirates, ça vous dit de rejoindre mon équipage ? »… Non c’était trop direct, et puis même si j’aurai besoin de ses talents, je ne peux pas recruter n’importe qui, j’aimerais la connaître un minimum avant, histoire de voir si elle pourrait coller à ce que j’imagine pour « The Quake »…

Après avoir écrasé une dernière cigarette, j’ai enfin quitté ce rebord pour poursuivre ma visite des environs, je ne suis pas retournée directement au village, j’en ai fait le tour pour aller au nord de celui-ci cette fois… Et je fus un peu surprise d’y trouver une maison, à l’écart des autres. Je ne voulais pas me montrer trop indiscrète mais je me suis approchée de la bâtisse et faisant mine d’observer la nature, je jetais de temps en temps un œil discret vers la maison, histoire de voir qui pouvait bien y habiter, si tant est qu’il y avait quelqu’un.

© Jawilsia sur Never Utopia



Theme Song:
 


LSDLCB
Revenir en haut Aller en bas
Elincia Lunargent
avatar
Pirate

Feuille de personnage
Rang: 5
Expériences:
150/400  (150/400)
Pouvoir(s): Shoku Shoku no mi
MessageSujet: Re: Les fleurs poussent aussi dans la cendre   Mar 8 Aoû - 18:30

Je venais de refermer la porte et de la fermer à double et même triple tour, quand je me mit alors à repenser aux dernières phrases de jinkoh ... En effet sur le coup je n'y avait pas vraiment fait attention mais de nouveau dans le calme de ma petite pièce sombre je commençais à tilter. Elle avait dis venir du pays de Wa, ce pays très vraiment très loin d'ici, situé même dans le nouveau monde non loin de mon propre pays natale. Elle devait vraiment avoir fait un sacré voyage pour être parvenue jusqu'ici ... non ça ne me semblais pas logique d'ailleurs, elle avait l'aire d'être seule sur l'île et donc d'avoir fait ce voyage aussi seule ... comment était ce possible pour une fille si jeune d'être arrivé jusqu'ici depuis le nouveau monde comme ça ?
Pourtant elle n'avait pas l'aire d'une menteuse et puis elle portait ce kimono étrange blanc et turquoise, un katana à la taille orné de motifs familiaux propres à ce pays et même des genres de bottines noir sans semelles et aux orteils apparents que portent les ninjas dans les histoire de mythes et légendes. Elle m'intriguait de plus en plus décidément.


Cela faisait longtemps que je n'avait pas enchaîné deux sourires d'affilés même de très léger, et pourtant voilà que je recommençais à sourire tout en me dirigeant vers ma vieille table en bois remplie de la poussière que ne retirais jamais depuis plus d'un an, je déposa le fameux panier de petit gâteaux dessus et me mis assise sur une chaise dans le même état que la table question poussière. Il faut dire que cette maison me servait uniquement de toit au dessus de la tète ... je passais toute mes journées au même endroit, devant la fenêtre donnant sur le village, délaissant tous les autres endroits de la maisons.
Les canapés, les meubles et même les rideaux et l'air lui même étaient pleins de poussières volant partout avec une odeur de renfermé très désagréable ... enfin sauf pour moi qui vivait dedans depuis très longtemps. Certains meubles étaient même couvert de toiles d’araignée un peu comme dans les toute vieilles maisons hantées, un endroit propice pour celle que l'on surnommait l'araignée verte en fait.
Assise sur me chaise je me mit alors à fixer ce panier d'un air vide, comme si une guerre était en train de s'opérer dans ma tète avec d'un côté le camps de ceux qui voulaient en manger au moins un et de l'autre le camps de ceux qui voulaient juste retourner à la fenêtre et déprimer pour le reste de la journée, et mieux recommencer demain. Ça avait l'aire vraiment ridicule mais un geste de la main vers ce panier aurais peut être été un premier pas vers des jours meilleurs, même si je n'y croyais pas un seul instant.


Et pourtant malgré le fait que je n'y croyais pas, le premier camps gagna la guerre dans mon esprit et je tendis la main pour ouvrir ce panier, il était vrai que je n'avais rien mangé depuis un moment en plus ...
Je découvrais donc une petite quinzaine de petits muffins avec des pépites de chocolat, une bouteille de jus d'orange pressées et même le journal du jour, elle ne faisait pas les choses à moitié pour son idole apparemment.
Tout en croquant dans l'un des gâteaux, je déposa le journal sur la table pour le feuilleter, soulevant au passage un petit nuage de poussière. Comme d'habitude le monde était calme, il n'y avait toujours absolument rien à signaler, pas de grands événement pour le monde de la piraterie à part quelques petits nouveaux se faisant un peu connaitre par ci et par là ... d'ailleurs mon avis de recherche était toujours là, ils n'avaient pas abandonné les recherches après deux ans. Par contre, et ce fut la chose qui me choqua le plus, le montant de ma prime avait changé ... l'on me primait désormais à quarante millions de berrys, mais pourquoi donc ? Cela faisait deux ans que j'était fixée à trente-cinq et je n'avais plus donné signe de vie depuis. Avaient-ils eu de nouveaux éléments à mon sujet pouvant les conduire jusqu'ici ?


Enfin à dire vrai, à ce moment là je m'en fichait un peu qu'ils viennent m'arrêter ou non ... entre pourrir ici ou dans un cachot je ne voyais pas la différence, les seules raisons pour lesquelles je ne souhaitais pas voir débarquer des marines ici pour m'arrêter, c'était dans un premier temps car je savait que les villageois seraient blâmer et paieraient le prix pour avoir caché la tète la plus primé de North Blue, et ces villageois je leur devait vraiment beaucoup, il n'était pas question qu'il leur arrive du mal. Et dans un deuxième temps ... même si je n'était plus bonne à rien, je ne pouvais pas quitter cet endroit, il fallait que je reste toute ma vie ici pour veiller sur la dernière demeure de mes enfants. Cela dis ma photo elle, n'avait pas du tout changer ... ça me fit sourire d'ailleurs, car oui même si cette photo était très jolie notamment pour ce gros plans sur mes magnifiques pieds que j'adorais, elle commençait à dater. Je devais avoir vingt voir vingt-et-un an sur cette photo, aujourd'hui j'avais de longs cheveux verts et j'avais pris facilement un mètre de plus ... bon certes il y avait toujours des signes distinctifs comme mon énorme tatouage symbole des Lunargent dans mon dos, mon autre tatouage représentant une araignée sur mon pied gauche ou encore mes yeux propres aux Lunargent quand je m'énervais pour pouvoir me reconnaître, mais tout de même ... ils auraient pu faire un effort et faire ne serait ce qu'un dessin pour me représenter mieux que ça, ils l'avaient bien fait pour ces mecs là ... Zack et Masura machin truc.

Je restait donc là tranquillement à feuilleter ce ramassis de conneries que les journalistes manipulés par le gouvernement avaient écrit, le goûts délicieux des gâteaux et du chocolat ma calmant plus que je ne l'aurais pensé, et j'aurais pu rester là encore longtemps à me détendre comme je ne l'avait plus fait depuis ce qui me semblait être une éternité, si je n'avais pas entendu la voix de Mikaho portante résonnant à travers les rues vides du village.

- " NON ! C'EST INTERDIT D'ALLER PAR LA ! "
Revenir en haut Aller en bas
Mary Florin
avatar
Pirate

Feuille de personnage
Rang: 5
Expériences:
88/400  (88/400)
Pouvoir(s): Gura Gura no mi
MessageSujet: Re: Les fleurs poussent aussi dans la cendre   Mar 8 Aoû - 23:14






Les fleurs poussent aussi dans la cendre
feat Elincia Lunargent





Alors que j’essayais toujours de voir si quelqu’un habitait dans cette maison, une voix sortant du village m’interpella… C’était celle de la tavernière.

- NON ! C'EST INTERDIT D'ALLER PAR LA !

Le cri semblait avoir créé une certaine agitation dans la maison que j’espionnais, je me suis donc immédiatement mise en route. Je me suis alors immédiatement éclipsée avant que l’habitant ne puisse me croiser, pour me rendre vers le village… Je l’ai rejoint assez rapidement, malgré que, tandis que je dévalais la pente, j’ai manqué de me vautre comme une idiote en trébuchant sur un vulgaire caillou, mais j’ai miraculeusement pu me rattraper en prenant appui sur un arbre mort, qui je pense s’est effondré sur le moment.

Arrivant au village, j’ai suivi l’attroupement qui commençait à se former, du côté de la maison brûlée dont l’accès était interdit. Apparemment, la tavernière déconseillait à un homme d’entrer dans la bâtisse… Cependant l’homme ne semblait pas du tout faire attention aux injonctions de la dame, ni aux panneaux « Danger »… Plusieurs villageois poursuivirent leurs recommandations, sans pour autant s’approcher plus que ça des ruines… Je me suis donc décidée de faire quelques pas en avant.

-Hoy le squatteur… Ils me sembles qu’on ta demandé quelque…

Je fus interrompue par un homme qui m’attrapa par les épaules, c’était l’homme avec qui j’avais pus discuter à la taverne, Horel, le chef du village.

-Laissez-le mademoiselle Florin… « Elle » va intervenir… Il a été prévenu et en subira les conséquences…

-Elle ?

-Oui... Vous aller la découvrir dans quelques minutes…

Je refis quelques pas en arrière, très intriguée par ce que m’avait dit Horel. Qui était « Elle » ? Paku Paku était décidément plein de mystères… Et puis quelles conséquences y allait-il avoir ? Il allait se faire arrêter ? Non… Vu le ton qu’avait pris le chef, ça avait l’air plus grave que ça… Une bagarre se pressentait, et c’était donc lié à cette bâtisse brûlée. Mais qu’est-ce qui la rendait si importante au point de faire réunir presque tout le village, qui semblait même la protéger ? Des tonnes de questions se mélangeaient dans mon esprit, et je mourais d’envie de les poser à Horel… Mais je me doutais que ce n’était pas le moment, je les gardais dans un coin de ma tête, observant ce qui devait arriver, imitant les autres villageois… Qu’allait donc faire « Elle » ?

© Jawilsia sur Never Utopia



Theme Song:
 


LSDLCB
Revenir en haut Aller en bas
Elincia Lunargent
avatar
Pirate

Feuille de personnage
Rang: 5
Expériences:
150/400  (150/400)
Pouvoir(s): Shoku Shoku no mi
MessageSujet: Re: Les fleurs poussent aussi dans la cendre   Mer 9 Aoû - 21:25

Cette phrase venait de résonner en moi et de me frapper soudainement comme si l'on venait de me mettre un gros coup sur la tète, coupant net le peu de sérénité qui montait en moi grâce à la discutions avec Jinkoh et ses petite attentions à mon égard, j'oubliais peu à peu tout ce qu'il venait de se passer et me dirigea immédiatement vers la fenêtre donnant sur la rue que j'avais pour habitude de guetter, faisant même tomber la chaise et le panier dans la précipitation.
Ma très mauvaise impression s'était révélé juste, j'observais de mes yeux écarquillés un homme qui était en train de faire l'erreur de sa vie ... j'avais pourtant dis aux villageois que ces panneaux étaient une mauvaise, et même une très mauvaise idée, ils attiraient encore plus l'attention des visiteurs et titillaient également davantage leurs curiosité par la même occasion. c'était très certainement à cause de ça, que l'homme en question était en train de se diriger vers les décombres de mon ancienne maison, il voulait très certainement vérifier que les villageois ne cachaient pas des objets de valeurs voir même un petit coffre remplie de pièce d'or ... pauvres crétins toujours attirés par l'appât du gain me dis je, tandis que mes yeux se tournaient vers le petit port du village pour y voir deux embarcations.
L'une d'elles était assez petite, comme un petit bateau pour voyager en solitaire et la deuxième, était bien plus imposante et j'imaginait immédiatement qu'il devait s'agir de pirates, certes je ne voyait pas de pavillon au sommet de ce navire mais l'instinct, et surtout la haine que je vouait aux pirates à ce moment me faisait m'en persuader. Et puis qui pouvait être plus attirés par l’appât du gain tels des fourmis par le sucre, que des pirates ... ces même pirates qui avait voulu mettre le village à feu et à sang juste pour pouvoir récupérer les trente-cinq millions de berrys sur ma tète, et par la faute de qui mes précieux enfants avaient brûlé vifs !
Ma haine à leurs égards était d'une telle profondeur, et encore une fois l'un d'eux venait profaner la dernière demeure de mes enfants par pur égoïsme ... je commençais à me mordre la lèvre, non pas de plaisir mais comme pour retenir la colère qui montait tout doucement au fur et à mesure que cet homme s'approchait, tout en ignorant les recommandations de Mikaho. Mais retenir ma colère était une chose bien difficile, lorsque Winter souhaitait se manifester il était extrêmement compliquer de l'en empêcher.


Winter n'était pas du tout comme moi, c'était une personne extrêmement froide et violente, une espèce de seconde personnalité de moi même qui s'était manifestée pour la première fois le jour de l'incendie, et qui depuis vivait avec moi ... dans ma tète. Lorsque j'avais décidé de tuer mon équipe pour protéger tous ces gens et surtout ces enfants, j'avais laissé de côté tout ce que j'avais de sanguinaire, d'impitoyable et d'arrogante pour ne laisser place qu'à mon côté doux et gentil afin de les élever au mieux ... Il faut dire que mère était si parfaite à mes yeux avec nous ses enfants, qu'elle m'avait donné envie de devenir mère à mon tour. Ainsi pour le bien de ceux qui allaient être mes enfants à moi, c'est comme si j'avais réussi à scinder mon cœur et mon esprit en deux, détruisant de cette façon la personne d'Elincia Lunargent au profit de deux autres personnes, Summer et Winter.
Oui depuis tout ce temps je n'était plus vraiment Elincia mais Summer, et cela se voyait tout particulièrement par mes cheveux verts, en effet la couleur des cheveux était avec notre caractère propre à chacune, le meilleur moyens de nous différencier ... un peu comme cette demie mink étrange que j'avais rencontrée un jour, peut être même était ce elle qui m'avais d'ailleurs inspiré ce comportement qui sait.


Et en parlant de mes cheveux, alors que je continuais à essayer de contenir ma colère, je voyais les pointes des mèches de ceux-ci commencer à blanchir. Car si le vert me représentait, Winter elle était représentée par la couleur blanche, mon esprit commençait d'ailleurs à disparaître tout doucement lui aussi au même rythme que le vert disparaissais de plus en plus de mes cheveux telle de l'herbe se faisant recouvrir par une neige froide des grands hivers. Mes ongles s'enfonçait dans le bois qui entourait la fenêtre et je parvenais de moins en moins à la contenir, elle avait envie de sang, du sang de ce type qui osait faire ça ... après tout Erick et Judith étaient ses enfants à elle aussi d'un certain côté.
Les secondes s'écoulaient et finalement je disparue totalement laissant Winter au commande de mon corps, comme si j'avais été mise dans une cage au fin fonds de mon propre esprit.


A peine avait-elle émergée de son sommeil, qu'elle fixa de son œil rouge, la rue et en particulier l'homme qui se faisait toujours retenir par Mikaho. Je dis son car quand Winter était là, mon œil droit se transformait en un lys blanc et rouge par endroit, le lys se teintant de mon propre sang, oui vous avez bien entendu j'avais une fleur qui me sortait carrément de l'orbite ... ça peut vous paraître effrayant, dégouttant voir douloureux, mais en réalité je ne sentais absolument rien à ce moment là, c'était comme si il s'agissait d'une partie de mon pouvoir m'étant encore inconnue ... je trouvais ça d'ailleurs assez marrant étant donner que le processus des yeux de Lunargent lui était extrêmement douloureux comparé à ça.
Winter ouvrit alors la fenêtre sans attendre puis faisant pousser nos fameuses "Leaf Wings", elle s'envola rapidement vers la rue, s'aidant du "Geppo" des Cipher pol pour aller bien plus vite et voler en zigzag.


La scène de cet homme cherchant à tout prix à s'introduire dans mon ancienne maison, avait déjà rassembler la plupart des habitants qui s'attendaient déjà très certainement à me voir débarquer. Mais comme d'habitude Winter n'y prêta pas la moindre attention, elle était là pour tuer et donc ne visionnait que sa cible tel un animal sauvage ayant choisi sa proie, pas question pour elle d'arriver là telle une héroïne et commencer à lui expliquer via un discours pourquoi elle venait lui faire sa fête, non Winter n'était pas comme ça du tout et c'était bien ce qui la rendais terrifiante.
Là où la plupart combattaient en parlant de temps en temps, ou faisant quelques pauses pour souffler et relancer le duel sous de meilleures conditions, Winter elle cherchait à tuer le plus rapidement possible et avec un silence très perturbant et intimidant, n'ayant pas la moindre hésitation dans le regard elle ne cherchait pas à s'amuser ... juste tuer, voir du sang et entendre hurler de douleur.


C'est d'ailleurs ce qu'elle fit sans tarder, utilisant une nouvelle fois le Geppo pour se propulser à toute vitesse vers l'homme depuis la hauteur, tel un faucon fondant sur un rat des champs, et accompagner son geste d'un violent coup de poing armé du "Tekkai" droit sur l'arrière de son crâne.

- " ... "

L'homme qui n'eut pas le temps de comprendre ce qui lui arrivait, avant qu'une femme de trois mètre cinquante descende du ciel et lui écrase le crâne la tète d'un coup de poing dur comme du fer, se retrouva immédiatement projeté droit vers le sol, tandis que Winter réutilisa son Geppo pour atterrir plus loin et toujours sans prêter la moindre attention aux autre, pas même un regard qui lui aurais permis de voir une nouvelle tète parmi eux.

L'homme lui venait de comprendre sa douleur, mais se releva tout même un peu sonné ... il était plus résistant qu'elle ne le pensait, ou bien était ce le fait d'être restée si longtemps sans soleil qui avait affaiblie mon corps. Quoi qu'il en soit il se tourna immédiatement vers elle en colère tout en se frottant la tète.

- " Bordel ! Ça fait super mal ! Qui es tu Pêtasse ?! "

Mais encore une fois Winter n'était pas le genre à s'arrêter pour bavarder, son œil gauche resta fixé sur son adversaire sans le moindre signe montrant que sa phrase ne l'avait atteinte, et profitant que lui même se permettait de discuter, elle se rua droit sur lui toujours sans la moindre explication ni présentation, et le frappa du tranchant de sa main durcie encore une fois par son Tekkai droit dans la gorge.

- " ... "
Revenir en haut Aller en bas
Mary Florin
avatar
Pirate

Feuille de personnage
Rang: 5
Expériences:
88/400  (88/400)
Pouvoir(s): Gura Gura no mi
MessageSujet: Re: Les fleurs poussent aussi dans la cendre   Jeu 10 Aoû - 0:45






Les fleurs poussent aussi dans la cendre
feat Elincia Lunargent





Voilà… Celle que je devinais être « Elle » faisait son apparition… Elle venait de la maison que j’espionnais quelques minutes auparavant. C’était une femme de très grande taille, et ce qui m’a surpris, c’étaient ces ailes faites de deux grandes feuilles ! Un pouvoir ? De plus elle utilisait une technique que je n’avais plus vue depuis que j’ai quitté le Nouveau Monde… Le Geppou, principalement utilisée par le Cipher Pol et la Marine, mais j’ai croisé des pirates la maîtrisant également. Elle n’était présente que depuis quelques secondes, mais j’avais déjà compris qu’il s’agissait d’une personne potentiellement très forte.

Elle finit par arriver au niveau du rassemblement, restant dans les airs. Outre le fait qu’elle me paraissait encore plus grande maintenant qu’elle s’était rapprochée, je pus déjà l’observer un peu plus en détail… Ses cheveux étaient blancs et… A peine le temps de m’attarder sur elle qu’elle avait plongé sur l’homme qui tentait toujours d’entrer dans la bâtisse en ruine, le frappant au crâne de son poing, un coup assez puissant pour qu’il soit projeté contre le sol, tandis qu’elle recula en usant de nouveau de son Geppou. Elle faisait dos à moi ainsi que Mikaho, la tavernière, j’ai fini par apprendre son nom, et Horel, qui étions un peu plus proche de la scène que les autres… C’est à ce moment qu’un détail me frappa… Bien plus que la fleur qui sortait de son œil, même si cela semblait assez étrange et douloureux. C’était ce tatouage, je n’en voyais qu’une partie, mais aucun doute, cette marque, c’était celle des Lunargent !

Les Lunargent… Voilà un moment que je n’avais pas eu un membre de cette famille en face de moi. Qui étaient-ils vous me demanderez ? Eh bien, la mère de cette grande famille, Morticia Lunargent, était une Yonkou ! Ouais, une Empereur Pirate… Le même titre que papa Florin, et eux n’entretenaient clairement pas des bonnes relations… Un froid ? Des petites batailles de temps à autres, en tant que rivaux ? Non non… Une guerre ! Pourquoi me demanderez-vous ? Eh bien les Lunargent sont très réputés pour leur emprise sur les domaines de l’esclavage, ce depuis des siècles… Et évidemment, dans ces esclaves capturés et revendus, ils y avaient des géants. Les géants étaient très prisés dans le domaine, ils valaient vraiment beaucoup… Vegas, le seconde de l’équipage, si ça ce trouve c’était un esclave revendu par la famille Lunargent. Vous comprenez pourquoi le vioque fait la guerre à cette famille depuis des dizaines et des dizaines d’années… Il a combattu les parents de Morticia, et probablement ses grands-parents.

Personnellement j’ai déjà rencontré des Lunargent… Lors des batailles j’étais mis à l’écart, mais malgré l’animosité entre les deux équipages, les deux capitaines étaient assez lucides pour organiser des pourparlers… A quelques reprises, j’ai pu rencontrer, sur des îles neutres, les quatres membres les plus importants de la famille Lunargent, Morticia évidemment, mais aussi ses trois filles ainées : Sophia, Victoria et… Rah impossible de me rappeler du nom de la troisième, cela faisait déjà quelques années. En tout cas, celle que je voyais désormais à l’œuvre… Je ne l’avais jamais vue, pourtant aucun doute que le tatouage était celui de leur famille… Et puis ces cheveux, cela m’intriguait, dans mes souvenirs les Lunargent avaient toutes les cheveux rouges… Serait-ce une exception ? Ou alors c’était une fausse Lunargent ? Non la couleur de cheveux n’était qu’un détail…

Alors que l’homme s’était relevé, et avait insulté la dame aux cheveux blancs, elle le frappa à nouveau, dans un silence terrifiant, à la gorge cette fois… Connaissant la réputation cruelle des Lunargent, je me doutais que cette homme allait souffrir, et aussi con soit-il d’avoir voulu rentré dans ces ruines, méritait-il vraiment de mourir pour ça ? Je me devais d’intervenir… J’ai refait quelques pas en avant…

-Hoy hoy… Je pense qu’il a retenu la leçon non ? Tu vas pas le tuer pour ça quand-mê…

Encore une fois, je me suis fait interrompre, attrapée par les épaules, par Horel, mais aussi par Mikaho cette fois, le chef prit la parole.

-Mademoiselle Florin, n’intervenez pas… Vous y risqueriez votre vie… Cette fille, c’est elle la fameuse navigatrice... Mais, Mikaho vous expliquera plus tard… Au calme… Je vous en conjure n’intervenez pas.

J’ai hésité, mais j’ai obtempéré, il me semblait toujours aussi sincère sincère… Et c’était donc elle la navigatrice ? Je n’attendais désormais plus que le moment où Mikaho me donnerait des explications

© Jawilsia sur Never Utopia



Theme Song:
 


LSDLCB
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Les fleurs poussent aussi dans la cendre   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les fleurs poussent aussi dans la cendre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» “Les fleurs poussent aussi parmi les ruines.” [PV Tyler]
» Baptême de Mariciaange
» L'IKEBANA (art floral japonais)
» La misère c'est aussi dans la tête. Alors déploie tes ailes brisées, et envole-toi. [Kenya]
» Paraît que les fleurs poussent mieux quand tu leur chante des chansons.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Shin Jidai :: Les mers :: Les Blues :: North Blue :: Paku Paku-
Sauter vers: