lienlien

N'oubliez pas de voter tous les deux heures!


Une nouvelle histoire, une nouvelle vague... Quelle sera votre voie?
 

Partagez | 
 

 Ile Syrup : Raging Stars VS Lune Noire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zack Kalaan
avatar
Pirate

Feuille de personnage
Rang: 5
Expériences:
29/400  (29/400)
Pouvoir(s): Sandai Kitetsu
MessageSujet: Ile Syrup : Raging Stars VS Lune Noire   Mar 18 Juil - 9:43

La fuite de Loguetown n'avait pas été la plus remarquable des sorties pour Ian Wilson et Zack Kalaan. Un fiasco serait même le terme le plus approprié. Même le fait d'avoir eu des informations sur le Wadô Ichimonji n'avait pas été un baume suffisant pour la contrepartie cinglante de la suite des événements. Kassidia, une amie de Ian, avait perdu la vie alors qu'ils avaient tenté de la sauver d'une exécution. Au départ, les choses avaient commencé vivement mais avec espoir. Zack avait même tenté de calmer les effusions de sang, du côté de Ian comme de celui de la Marine. Il se rappelait chaque protagoniste... Davian Thule notamment et ce Zimmer... cet homme plus tout à fait Humain... Bon sang, dire qu'ils auraient pu presque réussir. Mais voilà, les Pirates et la Marine ne peuvent apparemment pas arriver à un terrain d'entente sans se battre, comme le credo des uns était en totalement contradiction avec celui des autres. Zack en avait été profondément meurtri... pas seulement par le fait que Kassidia soit morte en voulant les sauver d'un boulet de canon qui les visait, mais aussi parce que Ian en était devenu tellement fou de Rage qu'il avait tué... assassiné... les auteurs de l'attaque. Cependant, il avait épargné leur chef, Davian Thule... pour combien de temps seulement ?

Mais les dommages collatéraux n'en étaient pas demeurés là. Pendant leur fuite de la ville, Zack, en ayant voulu protéger Kassidia, alors extrêmement affaiblie même avec son fruit du démon, s'était pris plusieurs projectiles dans le flan et le ventre. Tirs incontestablement multiples de la Marine durant la course-poursuite et la vitesse du semi-mink n'avait pas suffi pour lui faire éviter la totalité des projectiles.

Au départ, il n'avait rien voulu montrer à Ian, mais cela avait été peine perdu. La veste blanche immaculée du Pirate Lumineux lui était arrivée autour du corps, solidement serrée et rougissant déjà de carmin. Cela avait suffi, un temps, pour permettre la fuite au large. Mais... avec toute la volonté du monde et son endurance, Zack avait fini par flancher en pleine mer.

Ayant perdu trop de sang, malgré que Ian lui ait horriblement porté des premiers soins de fortunes, entre sa récupération d'une ou deux balles et la cautérisation made in lumière, le jeune sabreur, alors à la barre, s'était écroulé d'un coup. Douleur, fatigue, nourriture insuffisante, soins limités... Bref, il avait donné le cap au Navire sur une des terres les plus proches avant de sombrer inconscient, s'excusant pitoyablement auprès de Ian qui s'était précipité en l'entendant tomber sur le pont. Il lui avait laissé sa précieuse boussole en lui mettant autour du cou avec la carte ouverte non loin, ayant noté la direction, le cap et la destination salvatrice... avant de finir dans les songes.

Tout reposait sur le Blondin maintenant, alors que le semi-mink était entre vie et mort dans une cabine et que l'Archipel des Gekko n'était plus très loin. Autant dire que l'arrivée au port le plus proche ne serait pas douce et que Ian allait sûrement gueuler partout avec les forces qui devraient lui rester. Car non content d'avoir un mort en sursis à bord, il n'avait pas plus de nourriture pour lui. Dans ses minces moments de réveil, Zack avait vu le Blond penché sur lui pour tenter de le faire manger et boire un peu. Le jeune métis lui avait probablement murmuré un « t'en as plus besoin de moi », mais aller savoir s'il avait parlé assez fort et de manière audible parce qu'à chaque fois que la conscience de Zack perçait faiblement, c'était avec Ian qui avait une assiette et une cuillère de pitance tendue vers lui.

Idiot.

Au moment où pointait enfin un port à l'horizon, Zack ne s'était pas réveillé depuis un moment, trop affaibli. Autant dire que si le fracas de l'arrivée du Navire ne le réveillait pas, c'est qu'il était vraiment à une ligne de plus en plus critique.

Il n'y avait plus qu'à espérer que Ian puisse avoir encore assez de force pour les sauver tous les deux.

Welcome to Syrup !


Le Chaton a grand succès !:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ian Wilson
avatar
Pirate

Feuille de personnage
Rang: 5
Expériences:
0/200  (0/200)
Pouvoir(s): Pika Pika no mi
MessageSujet: Re: Ile Syrup : Raging Stars VS Lune Noire   Mer 19 Juil - 0:47

Raging Stars VS Lune Noire


Une jour s'achève... Un autre commence


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]




Chienne de vie...

C'est tout ce que j'ai eut la force de penser à ce moment là, les cocos. J'étais là, l'œil humide et la larme au groin, planté comme un con à bégayer son nom, sur le pont du New Dawn fouetté par les embruns, ne pouvant me résoudre à la laisser partir. Le regard chassieux et passablement alcoolisé, un nœud dans la gorge et une enclume dans le cœur, je me sens misérable, plus bas que terre, en dessous de tout. Elle avait l'air si paisible... je ne pouvais m'empêcher de la regarder dormir, de presser mon front contre le sien, froid comme la glace, retardant encore le moment de notre séparation définitive, que je savait pourtant inéluctable...Ou plutôt, déjà passée depuis longtemps.

Les yeux en marée haute, j'ai le bateau qui tangue.

Un mince filet d'eau salée s'échappait de mes paupières closes tandis que je levais mon visage fatigué vers le ciel gris et hostile de cette journée qui s'achève. Je suis bourré depuis notre départ catastrophique de Loguetown. J'ai l'impression d'avoir revécu les événements un millier de fois, dans mon pauvre esprit embrumé que j'ai tenté de faire taire à grands coups d'éthanol ambré. Sans succès. J'ai l'alcool joyeux, mais la cuite triste.
Ça fait longtemps que je n'ai pas assisté à des funérailles. Très longtemps même. Alors pour mener celles-ci... mais les mots me sont revenus naturellement. Ma voix était rauque, rugueuse de peine, et j'ai dut m'y reprendre à deux fois pour sortir un son audible, bien que je ne m'adressait qu'aux nuages et aux étoiles qu'ils cachaient. Tâchant de me tenir aussi droit que possible, de ravaler ma douleur, de montrer une carrure d'homme à cette absurdité que certains appellent « la vie », j'ai reniflé un glaviot plus épais qu'une soupe de pois, et me suis éclairci la gorge. Ce message, il devait retentir haut et fort, par delà les mers et les monts, plus loin que le ciel et la lune, derrière les soleils de tous les univers.


"Sala kahle, Kassidia Nadaho, indodakazi yezwe lakithi.
Ngifisa sengathi ngabe ukuthula, kuphi lapho ukhona.
Ngisho noma umzimba wakho enishiyela,
Emini noma ebusuku, uzobe iwuhlelo yami.
"

(Et comme je suis un gros connard, je vous laisse vous démerder pour comprendre ! Internet est votre ami alors soyez de grands garçons, un peu ! Même les filles !)

Je me suis redressé et, après avoir pris la plus longue respiration de ma vie, j'ai poussé son corps lavé et enveloppé de lin dans les flots tumultueux de l'océan. L'écume s'est refermé sur elle au moment ou la nuit tombait sur le monde comme sur mon cœur. Et alors que les profondeurs l'accueillaient en sa dernière demeure, j'ai mis genou à terre, achevant de me vider de mon chagrin. Sur mes larmes et sur ma douleur, je me suis fait la promesse que plus jamais cela ne se reproduirait, même si cela devait me coûter la vie.

Quand j'y pense... à l'aube d'une nouvelle existence... Après tout ce qu'elle avait traversé... À un cheveu de la délivrance...

Chienne de vie...


"Regardes-moi de là haut... Je deviendrai le Roi des Pirates. Et je brillerai si fort que tu me verras, d'où que tu sois."

J'ai pris une ultime respiration et, ma paume ravagée posée sur le bois du navire, je me suis, pour la première fois depuis longtemps, tourné vers le futur. Depuis l'horizon, le dernier rayon d'un soleil orangé a percé les nuages, m'enveloppant dans sa chaleur, et c'est le cœur allégé que j'ai enfin put sourire. J'ai eut l'impression que c'était la première fois de ma vie que je souriais comme ça. De l'intérieur.

"Maintenant nous sommes libres. Et nous nous reverrons...

Mais pas encore...

Pas encore...
"

Le passé était définitivement révolu, et ce simple constat se suffisait à lui-même. Désormais, il n'y avait plus qu'un seul cap possible : droit devant. Il était temps.


...

24h plus tard.

...

Okay les cocos, j'peux vous le dire maintenant : le futur, c'est d'la merde en barre !!!

Zack a perdu connaissance à cause de ses blessures. Les soins sommaires que je lui avait prodigués n'ont pas suffit, et bien que j'ai miraculeusement réussi à extraire plusieurs balles de son corps et cautériser certaines plaies, l'hémorragie a eut raison de ses forces pourtant prodigieuses. Il n'a eut que l'énergie nécessaire pour mettre le navire sur la bonne voie, me passer la boussole et me dire de tenir le cap avant de piquer un roupillon qui me fait de plus en plus douter de ses chances de se réveiller.

Moi. Je dois piloter un brick de 400 tonneaux tout seul. Alors que j'ai déjà du mal à le faire avec une pauvre barque à la con.

Vous pigez le tableau ???

...

Ouais, ça vaut bien une ellipse, ouais !





Alors que le navire s'écrase avec pertes et fracas contre le ponton d'arrimage du port, je n'ai que la force de m'écrouler comme une merde sur le levier de l'ancre, sous la violence du choc. Groggy, je rampe plus que je ne marche vers la cabine dans laquelle j'ai installé le Démon Rouge. Dans les coursives, je me heurte à chaque poutre, je m'accroche à chaque clou, je me cogne à chaque coin, tant mes forces m'ont abandonnées. Je ne sais même pas combien de temps cet enfer sur mer a duré... Trois jours ? Une semaine ? Ça m'a semblé un mois, mais les heures comptent triples compte tenu de ce que j'ai dans les pattes. Seuls le teint cireux et la respiration faiblarde de mon pote réveillent le peu de tonus qu'il me reste. Je détache les ceintures de cuir avec lesquelles je l'ai sanglé au lit, de crainte qu'il ne roule par terre à cause du roulis, et je le soulève avec un râle, ployant sous l'effort demandé à mes bras déjà tétanisés par le manque de sommeil et le rude combat que j'ai mené contre les éléments. Merde, il pèse son poids, l'animal...

Dehors, c'est un soleil cuisant qui nous écrase de toute son arrogance tandis que je titube vers la terre ferme, manquant de tomber à l'eau tant le ponton dressé par les ouvriers du port est étroit. Je ne remarque même pas les visages médusés et les regards aussi curieux qu'ahuris qui se tournent vers moi et mon paquetage improbable. Je sais bien que je dois avoir l'air d'une véritable loque : mes vêtements sont déchirés, aussi sales et usés que moi. Je transpire, respire moi aussi avec difficulté. Mon corps n'est déjà plus qu'un gigantesque bloc de douleur, mais j'avance. Encore et encore. Un pas après l'autre, je chancelle à qui mieux-mieux vers le centre de ce que je perçois vaguement être une ville d'une taille assez imposante. Chaque pavé semble vouloir ma mort sur cette route vers l'enfer, mais je tiens bon, presque uniquement à la seule force de ma volonté. Je puise dans les ultimes ressources accordée par mon fruit du démon, je me nourris autant que je peux de chaque rayon de soleil, de chaque photon. Je brûle les dernières calories présentes dans mon organisme... Mais j'y arriverais.

Me voilà devant un bâtiment tellement grand et tellement blanc que même mort, je n'aurais pas pût le louper. Papillonnant des yeux pour chasser les tâches qui flottent devant, je vois une foule de gens qui ont tous l'air plus ou moins amochés, mais soignés : couverts de bandages ou dans des fauteuils roulants, ils sortent de cet établissement avec un sourire jusqu'aux oreilles, accompagné le plus souvent par des types en blouses blanches qui leur tapotent gentiment l'épaule.

Je veux bien être le mec le plus stupide d'ici à South Blue, mais je comprend tout de même qu'il s'agit de médecins. Je suis devant un centre de soins dont j'ignorais jusqu'à l'existence. Hallelujah, bordel !!! Je me met à appeler à l'aide, à gueuler que mon ami est gravement blessé et qu'il a besoin de soins de toute urgence. Naïvement, je pense que tout va rouler comme sur ta grand-mère un soir de beuverie (oooh elle est dégueulasse celle là !!! Tant pis, je la garde quand même), qu'on va voler à mon secours et que je suis tiré d'affaire... Mes aïeux, je dois vraiment avoir une gueule de cafard parfumé au jus de caleçon de cycliste professionnel, parce que tout le monde s'écarte avec des yeux ronds, me regardant comme si j'étais le dernier des déchets. Je ne comprend pas.

Certains parlent d'appeler la Marine.

Je comprend.

Et ça me fout en rogne.

"Mais... Mais qu'est ce que vous avez à me regarder comme ça ?!? Vous voyez pas que ce mec pisse le sang ??? Vous allez le laisser crever comme ça ??? MAIS SORTEZ DE VOTRE CONNERIE, SACRÉ D'BON DIEU !!!!"

C'est ce moment que choisit mon estomac pour émettre une plainte sonore qui me cisaille de douleur. Faut dire à sa décharge que je n'ai rien mangé depuis que Zack est parti sucrer les fraises. Pas le temps. Et puis, il avait plus besoin que moi de reprendre des forces. À Jahanstown, on disait souvent que manger permettait de refaire le sang qu'on avait perdu. J'ignore si c'est vrai, mais ça m'a pas empêché de mettre toutes les chances de son côté. Résultat : un frigo vide comme le programme d'un élu de droite, et un capitaine qui n'a même plus de rhum dans l'estomac.

Mes jambes me lâchent. Mes genoux heurtent douloureusement le sol, mais mes bras tiennent bon : au prix d'une souffrance terrible qui me déchire les épaules et les lombaires, je maintiens Zack en hauteur.
C'est pas vrai, pas comme ça... Je vais pas crever comme ça, sans pouvoir rien faire pour mon pote ?!? C'est pas vrai... Pitié... Pas encore... C'est pas possible de mourir aussi connement alors qu'on est capable de se déplacer à la vitesse de la lumière !!!  C'est à se coincer les couilles dans une porte !!!

J'ai la tête qui tourne. Mais derrière le brouillard qui me voile les yeux, je voix quelqu'un...

Il... Elle ? Des cheveux blancs... un œil rouge...

Kassidia ??

Non, c'est impossible, je dois délirer... Mais je crois percevoir qu'il s'abaisse à ma hauteur. Je lui agrippe le poignet avec vigueur.

"J't'en prie... C'est mon ami..."

Je ne pleure pas. Je n'en ai plus la force.

"C'est le seul qu'il me reste..."

Il me reste assez d'énergie pour... marcher. Difficilement, mais je le peux...

Chienne de vie...


Code by Joy / reworked by Sajnek


Whoop Whoop Whoop Whoop Whoop !!!
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Succès déverrouillés ::
 
Revenir en haut Aller en bas
Hizamo Azsuna
avatar
Pirate

Feuille de personnage
Rang: 5
Expériences:
0/0  (0/0)
Pouvoir(s): Doku Doku no mi
MessageSujet: Re: Ile Syrup : Raging Stars VS Lune Noire   Mer 19 Juil - 14:35



feat. Les Raging Stars


Raging Stars vs. Lune Noire

Archipel des Gekko – Île de Syrup


Voilà maintenant quelques jours qu’Hizamo est en mer. Il a été accueilli dans un navire marchant en partance de South Blue en direction d’East Blue. Plus précisément pour l’Archipel des Gekko, qui est connu à travers le monde pour ses nombreuses stations balnéaires, mais aussi et surtout, pour l’Hôpital des Magnolias, bâtisse créée il y a des années sur l’Île de Syrup qui attire de nombreux médecins et autres scientifiques prêts à découvrir la nature humaine. En effet, quoi de mieux qu’un hôpital pour en apprendre plus sur le corps humain et sa nature. C’est un point de rencontre de nombreux scientifiques connus internationalement. Des maîtres de la médecine. Et c’est dans l’objectif de rencontrer ces Hommes qu’Hizamo a décidé d’entreprendre un si long voyage.

Bien que sa soif de connaissance le pousse vers cet endroit, c’est aussi dans l’optique de revoir un ancien ami à lui, qui est parti étudier la médecine et qui d’après les dires de la « Gazette Médecine » est devenu l’un des meilleurs chirurgiens que la terre ait connu. Hizamo a donc décidé de partir de sa mer natale afin de commencer son aventure. Il croisa sur sa route un groupe de médecins qui embarquaient justement pour l’Île de Syrup à bord d’un navire marchant transportant de nombreux médicaments destinés à ce fameux hopital. C’était donc une aubaine pour lui qui voulait s’y rendre, mais qui ne savait absolument pas comment il allait faire pour changer d’océan. Maintenant il pouvait en avoir la certitude, il allait passer par les voies maritimes marchandes afin de se rendre d’un Blue à l’autre.

La terre est en vue. Cela fait maintenant quelques semaines qu’Hizamo a quitté South-Blue, et son objectif est en vue. Depuis le pont, l’immensité de la ville de Syrup était flagrante. Notamment l’hôpital, qui jonchait la seule colline de l’île. Un immense bâtiment d’un blanc immaculé et d’une trentaine d’étages. Un véritable édifice qui montre la splendeur de la puissance architecturale de l’Homme. Hizamo n’en revenait pas. En effet dans ces souvenirs, la seule bâtisse qui était d’une grandeur semblable était le Palais Royal de Wisdom Island, son île de cœur, l’île des moines.

Il était temps. Hizamo venait de poser le pied à terre. Après plus de trois semaines à bord d’un navire sur l’eau, il pouvait enfin ressentir la chaleur du sol d’East-Blue sous ses pieds. Un sol qu’il n’a jamais foulé. Et c’était un véritable bonheur pour lui. Mais le bonheur fût de courte durée. En effet, l’un des médecins, qui a effectué la traversée avec lui, lui tendit un bout de papier.



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


« Je viens de trouver ça collé sur le mur là-bas. Je pense qu’il est temps que nous nous séparions. Va voir mon cousin Ripe dans la forêt au Sud, il pourra t’aider. Prends soin de toi, mon ami. »


Hizamo n’en revenait pas. Même après 2 longues années d’entrainement loin de tout, la marine en avait encore après lui, et même pire, le gouvernement avait émis une prime sur sa tête. Notre protagoniste savait maintenant qu’où il aille, il sera persécuté par la marine et autres chasseurs de prime. Mais ce qui rassura Hizamo, c’est que les liens forts qu’il avait créés avec les autres médecins à bord du navire étaient réciproques. Qui aurait proposé son aide à un pirate par ces temps incertains ? Pas grand monde, je vous le dis ! Le jeune homme décida de suivre le conseil de son homologue et alla trouver ce fameux Ripe dans la forêt de Syrup avant de partir en quête de savoir.

Une fois sur place, il n’était pas très compliqué de savoir quelle direction prendre. En effet, la fumée guidait Hizamo à travers les bois. Arrivé à sa destination finale, notre jeune homme tomba sur une petite maison de bois. Il s’avança jusqu’à la porte afin de prévenir de sa présence. C’est alors qu’un immense personnage lui ouvrit la porte. Un véritable homme des bois. Il faisait au moins 2m30 pour un poids de 200kg minimum. Barbu de partout, même du torse, il accueillit Hizamo à bras ouvert avec son plus grand sourire et une pinte de « rhum maison ». Notre héros raconta son histoire à l’homme prénommé Ripe autour d’un festin digne d’un prince. Hizamo ne refusa point, lui qui n’avait mangé que des plats fades et peu garnis pendant plus d’un mois. L’homme des bois offrit le gîte et le couvert au jeune homme et lui indiqua les meilleurs endroits où passer pour éviter tous conflits avec la marine. En effet, lui-même étant quelqu’un de recherché sur l’île, il connait tous les recoins de l’île, et sait où il peut se cacher, malgré sa corpulence et sa taille.

Après quelques jours de récupération, Hizamo décida de partir vers la ville afin de retrouver son ami, et de faire ce pourquoi il est venu : apprendre la science et la médecine régionale. Il prépara quelques médicaments avant son départ afin d’en faire part à ses homologues, et en prévision d’une quelconque altercation dans la dite ville. Une fois sur le départ, Ripe lui donna de quoi se nourrir et se désaltérer (à comprendre de l’alcool) pour l’aller et le retour. Autant vous dire que le sac d’Hizamo était plus rempli de bouffe et de rhum que de bandages ou de médicaments. Mais l’intention toucha énormément Hizamo qui se sentait maintenant redevable envers Ripe.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] « Nous y voilà ! »

L’hôpital était là, devant lui. Et il était encore plus impressionnant de près. Sa grandeur cachait le soleil, et Hizamo pouvait enfin voir la quantité de personne qui siègaient devant la batisse. Entre les malades qui étaient dans l’attente d’être soignés et ceux qui en sortaient, guérit ou phase de guérison, accompagnés de nombreux médecins vêtue de leur blouses immaculées, il y était enfin. L’intérieur était comme pouvait se l’imaginé Hizamo, les murs immaculés, des malades partout, des médecins partout, des infirmières courant après les patients ou tout simplement pour un patient dans le besoin d’une intervention ou autre. Un véritable brouhaha, qui faisait se sentir Hizamo plus que vivant. Il alla s’annoncer à l’accueil comme un ami du Docteur Ysami, mais celui-ci n’était pas là, parti en voyage scientifique. Hizamo décida donc de quitter l’hôpital et de revenir plus tard au retour de son ami. Il pourrait en profiter pour visiter un peu la ville et ses nombreux bars en utilisant les astuces de Ripe pour se faufiler tranquillement à travers la ville sans avoir à se farcir la marine.
Mais à sa sortie, Hizamo était loin de savoir ce qui allait se passer. En effet, il aperçut au milieu de la place deux misérables personnes, l’une inconsciente et dans un mauvais état, et l’autre bel et bien conscient, mais dans un état pas forcément mieux que la personne qu’il tenait dans ses bras. Hizamo décida de s’approcher d’eux afin de mieux voir de quoi il en était. Une fois arrivé à leur niveau, il pouvait compter plus d’une dizaine d’impact de balle sur la personne inconsciente, dont certaines ayant subis les premiers secours, et pouvait ressentir la famine et l’épuisement chez l’autre. Il sorti sa gourde d’eau et se rapprocha du géant conscient. Celui-ci agrippa son poignet avec une telle force qu’Hizamo en aurait presque perdu son équilibre.


« J’t’en prie… C’est mon ami… C’est le seul qu’il me reste… »


« Bois ça déjà, ça va te faire du bien. » Il sorti quelques comprimés de sa poche et les donna en complément à celui qu’il venait aider. « Prend ça, ça va te calmer un peu et tu auras moins mal. Par contre ton pote je peux rien faire pour lui ici. Va falloir que j’l’opère, et dans la rue c’est compliqué. » Il se baissa au niveau du jeune homme inconscient et lui appliqua les quelques bandages qu’il avait pris avec lui pour ralentir le saignement. Il se déploya ensuite afin de porter l’homme. Une fois sur ses épaules, Hizamo se releva et regarda l’autre qui était en train de boire l’intégralité de la gourde jusqu’à sa dernière goutte.


« Je peux vous aider, mais va falloir bouger. Tu peux marcher ? »


La foule s’était déjà bien regroupé autour du petit groupe d’homme, et d’après certains, la marine était en route. Il fallait se hâter, en espérant que les trois hommes arriveraient à destination avant de croiser le fer avec les soldats de la marine..

© Code de Anéa pour N-U



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Raven Castelrouge
avatar
Civil

Feuille de personnage
Rang: 5
Expériences:
0/400  (0/400)
Pouvoir(s): Archère
MessageSujet: Re: Ile Syrup : Raging Stars VS Lune Noire   Mer 19 Juil - 18:01

J’ai du passer un bon moment dans cette cale, terrée dans mon coin. Comme je suis restée plusieurs jours, je ne pouvais pas me permettre de reste sans manger ou boire,  j’ai donc pris des risques on sortant de ma cachette pour aller prendre de la nourriture et de l’eau. J’attendais tout de même la nuit, quand plus personne ne passait. Je dormais également très peu, j’essayais de rester éveillée le plus longtemps afin de ne pas me faire repérer.  Ce séjour désagréable finit par s’arrêter, le navire des Marines finit par s’arrêter à un port ! J’entendis un grand nombre de marine sortir du bateau, ils avaient l’air assez pressés. Je suis sortie, à pas de loup de cette cale, il ne restait absolument personne sur le navire ! Une urgence ? En tout cas j’ai eu beaucoup de chance et je me suis rendue dans un hôtel de cette ville appelée « Logue Town ».

Je suis restée plusieurs jours sur l’île, pour pouvoir reprendre des forces en mangeant de vrais repas, et attendant ma prochaine mission. J’ai appris pendant mon séjour que je n’étais plus sur South Blue mais sur East Blue ! C’était la première fois que je me retrouvais sur cette mer. J’ai appris aussi qu’il y avait eu il y a quelques jours une exécution qui avait été interrompue, et au moment où je suis arrivé, un groupe de révolutionnaire avait été découvert, d’où l’agitation des marines. Ah oui ! J’ai aussi appris que ma prime était montée à 15 millions de berrys, j’avais toujours du mal à me faire à l’idée que j’étais recherchée… Je n’ai rien fait de mal, je suis une justicière ! En tout cas ça m’a permis de loger gratuitement à l’hôtel, sympathique le gérant. J’ai fini par recevoir une lettre du grand patron de mon association.

Chère Raven,

J’ai appris ce qu’il s’était passé à Balnear, cette fois-ci les marines nous ont devancés. Je suis heureux d’apprendre que tu n’as pas été emmenée avec cet imbécile de Genovese. J’ai maintenant une mission importante pour toi comme tu es sur East Blue. Il y a sur l’île de Syrup un pirate très mauvais, capitaine de « La Lune Noire » faisant du trafic d’esclaves ! Il est ta nouvelle cible, des collègues t’y aideront, et tu a l’autorisation de te faire des alliés.

Bonne chance.


Du trafic d’esclave ? Quelle horreur ! Je devais absolument me débarrasser de cet homme, j’ai tout de suite été me renseigner au port pour connaître le prochain navire qui partirait pour Syrup, et par chance, un convoi de médicaments devait y être envoyé le lendemain matin. J’ai donc pu accompagner ce convoi.

Le voyage prit quelques jours, mais c’était plus court que mon trajet dans cette cale… Quoique… j’ai un peu perdu la notion du temps quand j’y étais, et le fait de ne rien faire d’autre que me cacher, manger et boire a du faire paraître le temps bien plus long qu’il ne l’était. C’est en matinée que je suis arrivée sur cette île de Syrup, connue apparemment pour son académie de médecine. Je ne savais pas trop où commencer à chercher, surtout que mes collègues se faisaient en général assez discrets, j’ai donc simplement commencé par déambuler dans les rues afin de visiter l’endroit… Soudain un bâtiment attira mon attention « Droguerie Baxter & fils »… En pleine rue un trafiquant de drogue ? Et la marine ne fait rien ? Ils doivent avoir un rapport avec ces pirates, peut-être qu’ils sont sous leur protection ! Je n’ai pas hésité, je suis directement rentrée dans la boutique tenue par un petit homme d’une cinquantaine d’années… Les produits qu’ils vendaient ne ressemblaient pas à de la drogue : de la peinture, des huiles, du savon… Ce n’était peut-être qu’une manière de cacher les produits illicites… Mais alors pourquoi afficher en grand qu’on vend de la drogue si c’est pour le maquiller… Je devais revenir enquêter avec mes collègues, je ressortis du bâtiment en fixant le petit homme d’un air méfiant.

Poursuivant ma route, je me rendis vers le grand bâtiment blanc, qui devait être le célèbre hôpital. Et non loin de là, il y avait un petit groupe qui se formait, curieuse, je m’y suis rendue pour voir ce qu’il s’y passait… Tous observaient trois hommes, l’un dans un mauvais état mais qui recevait des soins, et un autre blond qui n’avait pas l’air très heureux. Les gens parlaient de marine qui arrivait… Pourquoi ? Qu’est-ce que ces hommes avaient fait de mal ? D’ailleurs pourquoi le blessé n’était pas soigné à l’hôpital ? C’est la spécialité de l’endroit non ? Enfin… Les marines me recherchaient aussi sans raison, cela ne m’étonnait pas tant que ça. Ou alors… Ou alors ce sont des pirates de « La Lune Noire » qui se sont battus près de l’hôpital ! Voyant qu’ils partaient, je me suis décidé à la suivre discrètement pour mener mon enquête.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Zack Kalaan
avatar
Pirate

Feuille de personnage
Rang: 5
Expériences:
29/400  (29/400)
Pouvoir(s): Sandai Kitetsu
MessageSujet: Re: Ile Syrup : Raging Stars VS Lune Noire   Hier à 12:12

C'était beau, c'était héroïque, c'était... C'était la merde, oui.

Les regards fuyants, les présences qui s'effacent, les murmures qui se soufflent et toutes ces sortes de choses lorsqu'on est tiraillé par un sens du devoir et un rejet, un dégoût profond, une peur fondée ou non.

La population de Syrup était tout cela en cet instant. Depuis ceux que Ian croisait au port jusqu'au chemin de l'hôpital afin de sauver la vie de Zack, et la sienne si possible. La Marine était aussi rassurante qu'intimidante. Mais était-ce bien cela qui retenait les médecins et la population parquée autour du groupe alors que Ian criait, suppliant, qu'on leur apporte de l'aide.

Sauvez le...
Sauvez le, c'est mon seul ami...
Le seul qui me reste...


Zack n'entendait probablement pas ces paroles, trop gravement blessé, inconscient et au bord de la ligne à ne pas franchir. Pourtant... il avait l'air calme, malgré la douleur qui était probablement insupportable. L'air marin était bon, mais les embruns et le sel n'avaient certainement pas aidé au tableau, même avec les bandages de fortune que Ian avait opéré sur lui, avec ses propres vêtements. Voilà qui expliquait son accoutrement actuel, couplé au temps en mer qui avait paru interminable.

Le jeune semi-mink était pratiquement de la couleur de la neige -chose qu'il n'avait encore jamais vu de sa vie, du reste-. La pigmentation noire de son corps et de son visage ressortait davantage en contraste avec le reste de sa peau. Un docteur voulut s'approcher pour faire son devoir, comme tout médecin se devait de le faire sans distinction de camp ou d'origine d'une personne. Mais il fut retenu, à sa grande colère, par quelques autres. On avait reconnu Ian. Sa fiche avait probablement déjà circulé jusqu'ici. Pour ce qui était de Zack... aller savoir si c'était son apparence, sa propre fiche de prime qui avait été peut-être déjà éditée et diffusée, ou simplement le fait que ce soit Ian Wilson qui le portait, mais malheureusement, les réticents étaient tout aussi nombreux.

« Vous êtes fous ! » s'offusqua le médecin. « Vous êtes docteurs, médecins, infirmiers et infirmières ! Nous n'allons pas laissé ces gens mourir ! Avez-vous oublié votre serment, le code de nos métiers ?! »

Mais il ne trouva pas beaucoup d'écho à ses paroles. Tout au plus, certains et certaines rougissaient de honte, mais quelque chose les retenaient. La peur de la Marine ?... Ou autre chose ?... Le médecin inconnu se détacha de ses collègues qui le retenaient. Cependant, alors qu'il allait s'approcher pour les aider, un bruit non loin lui fit tourner la tête. Des soldats de la Marine arrivaient, déjà alertés par quelques personnes qui s'étaient empressées de dénoncer le Pirate et son colis. Non mais... Quels...

Entre temps, un homme était apparu, auquel Ian s'était désespérément accroché par le poignet en le suppliant de sauver le sabreur qui oscillait toujours entre vie et mort. Miracle, celui-ci se penchait vers lui, offrant de l'eau et lui conseillant le retour au calme afin de pouvoir les aider au mieux. Le médecin le reconnut quasiment aussitôt. C'était le jeune homme qui avait fait le voyage avec eux depuis South Blue ! Le Docteur Ysami lui avait parlé à plusieurs reprises. Cet homme avait au moins du bon sens !

Voyant les soldats de plus en plus proches, le médecin se rapprocha d'eux aussitôt et aida Ian à se relever alors qu'il finissait la gourde d'eau d'Hizamo, et que ce dernier mettait des premiers bandages au patient.

« Allez-y, filez ! Vite ! Je vous donnerai autant de temps que possible... »

Un trop-plein de quelque chose, un énervement qui se contenait depuis des lustres, ou peu importe, ce médecin n'était pas prêt à accepter le comportement de ses pairs, quitte à se mettre en danger. C'était tout bonnement insupportable de voir à quel point ceux-ci s'étaient recroquevillés en ayant compris que ces deux hommes étaient des Pirates. Ils étaient des membres de la Médecine, bon sang !

S'assurant que le trio s'en allait, il lança un regard courroucé aux gens présents, furieux et bien décidé à tous leur faire la morale s'il le fallait.

« J'espère que vous êtes fiers de votre profession ! En attendant, nous allons voir jusqu'où votre lâcheté et votre morale vont vous conduire... »

Les soldats étaient bientôt là, le médecin coula un dernier regard pour s'assurer que le trio s'éloignait déjà suffisamment. La foule se dispersait un peu alors que le chef du petit groupe de patrouille s'avançait en demandant ce qui se passait...

Cet homme serait-il seul, ou ses collègues, les passants et autres présents l'aideraient-ils à empêcher le groupe d'être rattrapé ? Aller savoir. Mais le fait de dialoguer avec les membres de la Marine donnerait un temps supplémentaire au trio pour rajouter de la distance et leur permettre de se mettre à l'abri.

Le groupe était déjà trop éloigné pour en connaître la conclusion en l'état.

Collaboration, délassions, entraide, soutien, devoir, moralité, chacun se retrouverait avec sa conscience tôt ou tard. A chacun donc de savoir, de faire le point afin de conclure si les choix faits ont été les bons ou non. En cet instant, la population de Syrup était partagé entre professionnalisme, surprise, morale, colère et peur. Mais quelle peur en particulier ?...

Zack aurait sans doute apprécier ce médecin, s'il avait été éveillé. Mais pour l'heure, il était transporté par Ian et l'homme aux cheveux blancs, qui par heureux hasard s'était mis en tête de les aider. Les précieuses secondes, peut-être minutes, offertes par le docteur en tout cas, furent probablement salvatrices pour les Pirates dans le besoin.


Le Chaton a grand succès !:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Ile Syrup : Raging Stars VS Lune Noire   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ile Syrup : Raging Stars VS Lune Noire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un Vent de Liberté [Libre]
» Premier pas dans le nid d'amour de Cupidon. (16/09 - 21h00)
» Reprise de la peinture: quelques figurines
» La vie n'est pas un cadeau du ciel, c'est juste une obligation. | Lune Noire.
» petite retrouvaille en famille![pv Nuage de Lynx,Lune Noire et Nuage de Sucre(Requiem Oublié si tu reviens)]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Shin Jidai :: Les mers :: Les Blues :: East Blue :: L'Archipel des Gekko-
Sauter vers: