lienlien

N'oubliez pas de voter tous les deux heures!


Une nouvelle histoire, une nouvelle vague... Quelle sera votre voie?
 

Partagez | 
 

 Phoh Lust - FINI

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Phoh Lust
avatar

Feuille de personnage
Rang: 1
Expériences:
0/0  (0/0)
Pouvoir(s):
MessageSujet: Phoh Lust - FINI   Sam 1 Juil - 10:55


 
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Phoh Lust "Phoh Lust est un loup pour l'Homme"


 
Mon identité

 

  ¤ Surnom : Le réformiste
  ¤ Âge : 22 ans
  ¤ Sexe : Homme
  ¤ Race : Humain
  ¤ Camp : Pirate
  ¤ Rang visé : 5
  ¤ Pouvoir demandé : Choki Choki No Mi (by Loterie)
 



 
Ma personne


Je ne sais pas si l'on peut me juger sur mon physique. C'est vrai que je ne suis pas l'homme le plus musclé sur Terre, mais je ne suis pas non plus maigre. Si dans mon enfance, on m'avait comparé à une allumette, c'était pour la forme de mon corps et cette envie ardente que j'avais chaque fois que l'on pouvait jouer à des jeux de ballon. Je ne suis pas non plus le plus grand, je pense que je fais l'affaire. Mesurant un mètre soixante-quinze, je suis peut-être d'une taille que l'on pourrait qualifier de parfaite. Ensuite, je ne me considère pas parfait et cela loin de là. Beaucoup trop de choses de moi me dégoûtent. La première des choses et la pire serait sans doute ma musculature. Ensuite, j'ai bien évidemment d'autres problèmes comme des petites malformations, des taches de naissance ou encore des cicatrices. Mais je ne pense pas que la dernière chose que j'ai mentionnée soit un réel problème. Peut-être oui, mais sûrement non, alors je ne dois pas trop me poser de questions. Cependant, je me plains de ma musculature, mais j'ai fait de grands efforts pour ne plus donner cette image d'allumette que je donnais auparavant. Maintenant, je suis, pourrait-on dire, normal. Après, je devrais toujours m'entraîner pour arrêter d'être complexé. S'il y a quelque chose que je ne peux pas entraîner et que je n'ai pas besoin d'entraîner, c'est mon visage. C'est sans doute mon plus grand atout. Depuis mon adolescence, mon apparence m'a servi à cacher mon essence et plaire aux gens, alors que ce n'est pas trop cela que je cherche. Je cherche à me plaire et à me montrer de quoi je suis capable. Ce que dégage mon visage, c'est la paix, l'amour, la compréhension, la sympathie. Mais en vrai est-ce que ce que montre, mon visage, c'est ce que je ressens? Je ne crois pas. Je me dis que mon visage est comme un sort de magie noire qui ensorcelle tous ceux qui cherchent la paix, l'amour, la compréhension ou la sympathie. Mais en vrai, je hais l'être humain ou du moins ceux qui ne sont pas de ma famille ou qui n'aident pas ma famille... Mon précieux m'aide à séduire, après il réduit le vrai contact, ce que je préfère sans doute dans les relations humaines. Car oui, je pense que l'être humain, même si je le déteste, doit communiquer. Et quoi de mieux que de communiquer vrai pour s'approcher de la vérité. Je suis un homme d'idées, j'aime les idées et donc l'idéal qu'elles visent. Bref, revenons à mon visage. Je ne peux pas me définir comme craquant, car au fond de moi je sais que je suis odieux et que je ne mérite pas d'être qualifié ainsi. Même si j'arrive à l'apparenter, je ne suis rien d'autre qu'une farce, un tour de magie. Je cache bien de choses en ma personne et sans doute, je dois me les cacher à moi-même aussi. Mes yeux sont comme une palette de couleurs d'un peintre, ils sont le mélange de différents pigments: le bleu et le vert. Cela me donne alors des yeux que les masses considèrent comme magnifiques quand ils les observent. Or je me suis aperçu après tant d'années de vie, même si vingt-deux ans c'est trop peu pour avoir un jugement véridique, que les gens n'observent jamais les yeux des autres. Il y a une certaine peur ou une approche trop vague. Comme si les gens se lassaient vite de leurs rencontres et partaient vite sans examiner le regard de leur interlocuteur. Cependant, on dit que les yeux sont le reflet de l'âme, et si tout le monde n'ose pas se regarder dans les yeux, c'est alors un grand problème social qui commence. Nous nous trompons nous-mêmes en n'ayant pas le courage ou quelconque force pour regarder les gens et les examiner. On juge trop vite et on se perd dans ces jugements. J'espère que plusieurs personnes dans ma vie auront au moins apprécié le reflet de mon âme. Je ne dis pas être pur, seulement qu'il reflète une vie difficile, pleine d'obstacles et des désillusions. Je doute qu'une personne ait pu avoir les valeurs suffisantes pour m'examiner, pourtant, je ne demanderais que ça, quelqu'un qui pourrait me comprendre. Je ne cherche pas quelqu'un qui aurait pitié et par conséquent se sentirait supérieur à moi. Moi, je cherche juste à me faire connaitre. Et je me ferais connaitre, même si ce n'est pas avec cela que j'y parviens. Ensuite, comment je m'habille? Eh bien, je pense que je m'habille à ma façon. C'est-à-dire que je peux changer radicalement de style tant que celui-ci me plaît. Je ne suis pas une de ces personnes qui est limitée à sa culture et à sa vision centrale. Si je vous ai parlé de mes yeux, les yeux arrivent à voir sur les côtés, même si la vision est floue. Moi, je vois l'homme comme un oeil omniscient, après je ne le positionne pas à la place de Dieu, seulement, je pense qu'il doit s'ouvrir et voir la vérité. Mes couleurs préférées sont le noir qui en soi n'est pas une couleur, le marron et tous ses dérivés et le vert. Si vous voyez bien, les couleurs que j'aime renvoient à la terre, puisque comme une fleur, nous naissons de la Terre et nous mourrons sur la Terre. La vie est complexe et mon style vestimentaire aussi. Je ne suis pas maniéré même si certains pourraient le penser. Au contraire, je n'aime pas être comme les autres et m'adapter à un moule. Ça m'embête, je préfère être moche qu'être beau comme d'autres. Sauf que je me dis, qu'il y a aussi beaucoup de moches. Alors je pense, ma tête tourne, s'use et je me dis que finalement je n'ai à être que ce que je suis et vise à être. Car mon problème c'est de me demander qui je suis? Suis-je un pirate? Je sais que je serais capable de beaucoup de choses dans le but de couronner le bien. Mais alors, pourquoi n'avoir pas inclus la marine? Non, non, je ne peux pas. Rentrer dans un moule, quelle horreur. Qu'est-ce qui me permettrait de défendre ce que je crois juste? Un chasseur de primes? Jamais, je serais soumis à capturer des gens que je ne connais pas et qui pourraient avoir le même but que moi, puis tout cet argent me tournerait vite à la tête et je commencerais à m'engager dans des missions impossibles. Mais, alors, la révolution? Non, c'est la même chose, il y a un chef qui te dicte ce que tu dois faire. Je ne veux pas prêter à une cause, je veux défendre la cause. Je ne veux pas être celui qui aura exécuté les ordres venus d'en haut et aura subi le jeu des gros poissons. Je veux devenir un gros poisson, naviguer. C'est pour ça que rester un civil neutre me perturbe. Mais, alors, la piraterie, qu'est-ce qu'elle m'offre? Liberté, aventure? Je ne saurais trop me répondre, je ne l'ai jamais été. Après tout, les gens changeraient radicalement leur vision en me sachant pirate. J'ai plus d'avantages que d'inconvénients. Je suis décidé, quoi que. Si je me fais attraper et exécuter ou que je passe le restant de ma vie en prison? Ça ne sert à rien de vivre si c'est pour végéter, il faut vivre, risquer sa vie, s'abandonner à la chance et tourner les yeux fermés vers son destin. Peut-être qu'une Sphinx m'attend et que le bonheur m'accompagnera ou alors le contraire. Je ne veux pas vivre de regrets, ça serait trop dur pour moi, donc je serais pirate.

 
Mon Histoire

 
 

Né d'un père alcoolique et d'une mère souffrant les violences de mon père, j'ai été condamné depuis ma naissance à vivre dans la violence. Un soir, quand j'avais douze ans, mon père revenait d'une longue soirée entre amis. Il était bien tard et ma mère dormait. Pour pouvoir rentrer, mon géniteur commença à alerter tout le quartier avec des cris. Il appelait ma mère qui dormait et qui ne se souciait pas du sort que la nuit pouvait lui réserver. Seulement, par quelque chose qui ne saurait être expliqué, la porte s'ouvra seule. Je ne sais toujours pas ce que ça pourrait être et penser au paranormal me donne des frissons. En tout cas, cette nuit, il y avait eu quelque chose qui fit bousculer ma vie. Entré dans la suite parentale, mon père enleva ses chaussures pour s'asseoir quelques secondes sur le lit. J'avais entendu mon père crier et du coup, je m'étais réveillé. Au début, j'aurais cru que c'était des cambrioleurs, mais sa démarche m'était trop familière. Après avoir pensé un instant, mon père saisit le bras de ma mère et commença à dire - "Oh! Tu m'entends? !". Ma mère trop fatiguée pour répondre ne contesta pas et elle continua à dormir. L'énervement croissant de mon père s'entendait partout dans la maison. Les pièces me parlaient. Elles me conseillaient. Je devais aller voir ce qui allait se passer. Je n'étais surement pas prêt à voir ce que j'allais voir et pourtant, je l'ai vu. Sans doute, que c'est ce qui m'a fait grandir. Il commença à lui mettre de petites claques pour la réveiller tout en gueulant. Une vingtaine de secondes plus tard, ma mère se réveillait énervée, car il n'avait même pas prévenu qu'il allait revenir tard et il se plaignait qu'elle l'avait laissé dehors. La température montait et la maison devenait un vrai chaudron. J'avais la peur au ventre. Regardant par le coin de la porte, j'observais l'interaction avec un oeil craintif car mon père avait déjà frappé ma mère lui causant des pertes auditives et lui déboitant la mâchoire. Le voisinage connaissait la valeur de mon père, qui n'arrivait même pas à un homme de bronze.

Pourtant, ils se taisaient. Jamais quiconque n'avait eu le courage de lui dire de se comporter avec sa femme, de la chérir, d'être un mari. Seulement, cette nuit il allait rompre le pacte sacré du mariage. Bourré, il ne mesurait aucunement la force de ses coups et pour punir ma mère il commença à enchainer les coups de poing. Elle avait commencé par pleurer puis à un moment elle ne dit rien. J'avais compris qu'elle était morte. Celle qui m'avait mise au monde était morte aux mains d'un criminel et moi je n'avais rien pu faire pour l'en empêcher... J'étais petit certes, mais j'aurais tout de même éviter sa mort. Pris par la rage et les remords, je savais qu'une chose: j'allais venger ma mère. La cuisine était juste à côté, je savais ce que je devais faire. Un couteau bien affilé était posé sur la table de la cuisine. Il ne demandait qu'à être pris et utilisé. Je fonçai à ce moment-là dans la chambre. Ce qui m'avait servi de père dormait. Il n'avait même pas pensé à vérifier si ma mère était décédée. Il ne paniquait pas ou il s'en moquait. Quand j'approcha de son cou avec le couteau, il ouvrit les yeux et il me dit ironiquement - "Tu veux quoi sale mioche? Finir comme ta mère?". J'avais tout de suite compris que ce n'était qu'un assassin. Il avait provoqué au plus profond de moi un sentiment que je ne saurais décrire mais je me sentais vivant. Je savais très bien ce qui allait se passer et je savais comment le faire. Je prévoyais ses mouvements, ses mots, ses regards. Vu que je ne répondis pas sur-le-champ, il continua - "C'est bien, t'es un lâche, comme ton frère". Je ne savais pas que j'avais un frère. Jamais on me l'avait mentionné. J'avais parcouru les albums de photos, mais rien. Il voulait surement me rendre confus, car l'alcool l'affectait trop. Tellement qu'il était cloué au lit. Il était allongé sur son lit de mort. Je n'hésita pas à lui trancher la gorge juste avant qu'il ne continua à parler. Le destin avait parlé, il voulait que je devienne un homme.

Les forces de l'ordre me recherchaient, ils pensaient que j'avais tué mes deux parents. Ce qui est logiquement impossible vu que ma mère est morte sous des coups et que j'étais faible. Errant dans les rues à la recherche du moindre endroit pour se cacher et grignoter, je m'exposais aussi. C'est alors quand un homme de la marine me repéra. C'était un ami de mon père, qui ce soir-là avait lui aussi bu aux côtés du criminel et qui croyait trop bon ce dernier. Il me saisit par le bras et me dit - "Viens par ici toi". Sentant le pire arriver, je lui dis que je devais rendre des livres à la bibliothèque avant tout. Il décida de m'accompagner. Cependant, arrivé dans la bibliothèque qui était remplie de monde, je me mis à courir et me faufiler dans la foule. Le marine commença à écrier en tirant avec une arme à feu - "que personne ne bouge, on est à la recherche d'un criminel !". Le tir avait fait rappliquer quelques marines. Ils devaient être une quinzaine. Tous à ma recherche. Cependant, je savais où me cacher. J'étais dans le grenier de cette bibliothèque et l'entrée du grenier n'était connue que du personnel. Or, terrorisé, ils ne parlaient pas. Je n'étais jamais allé dans ce grenier, j'avais juste repéré cet endroit deux semaines auparavant comme si le destin me préparait à ce moment-là. Caché et assombri par le noir, j'allumai la petite ampoule qui permettait aux bibliothécaires de se repérer. À ce moment-là, je vis des explosifs. Au début je me demandais ce que ça pouvait être, mais je n'étais pas analphabète et quand c'est écrit dynamite, je comprends. Je savais donc ce que je devais faire. C'était bien trop risqué, j'allais surement mourir. Mais, soit j'étais jugé à tort sur la mort de ma précieuse mère, soit je sortais l'as que je cachais dans ma manche. Je me précipita à déballer le plus rapidement l'une de ces bombes. Je prépara le terrain. Tout aller exploser. Je n'avais surement pas conscience des conséquences de mes actes, mais je préférais penser à moi avant que penser aux autres. Je n'allais pas payer pour mon père. Je força la fenêtre du grenier qui n'avait pas été ouverte depuis un lustre et regarda comment m'évader. Il y avait énormément de poubelles puisque la bibliothèque était collée à un restaurant et c'était ma porte de sortie assurée. C'était trop parfait, j'avais eu l'aide des Dieux et un coup de génie. J'alluma la mèche et aussitôt sauté dans les poubelles. Une grande explosion s'enclencha. J'étais blessé, mais rien de grave comparé à tous ceux qui avaient péri à cause de l'effondrement du plafond puis des structures. Je ne sais toujours pas combien de personnes sont mortes. Les journaux locaux ont qualifié cela d'attentat. On pensait que c'était la révolution qui avait encore frappé. Moi, ça me couvrait, donc je profitais.

Après la mort de ma mère, de nombreux événements s’enchaînèrent. J'ai passé huit ans à errer dans les rues et vivre de ce que je pouvais. Puis un beau jour, à vingt ans, j'ai réussi à décrocher un emploi. En quoi consistait-il? Eh bien, je devais à tout prix ramener ce que l'on me demandait. Dit comme ça, on ne sait pas de quoi je parle. Je travaillais pour un certain Marcus. Je ne l'ai jamais vu. Je sais juste que j'étais bien payé. Je devais accomplir des missions. Un jour je devais ramener une personne à un endroit, un autre jour de l'argent, un autre du cachemire, etc. Je devais me procurer les choses puis les refourguer à mon contact qui connaissait directement Marcus. Deux ans après, j'ai décidé d'arrêter cette entreprise. Ce ne fut pas facile, car Marcus et ses hommes avaient peur que je parle à la marine et les dénonce pour avoir des avantages, mais je ne suis pas comme ça. J'ai caché mon identité trois mois pour survivre et enfin pouvoir partir vers le West Blue vivre une nouvelle vie. Mais le voyage me conseilla. Je ne pouvais pas utiliser le nom de mon père, ça me répugnait. Je ne me sentais pas prêt à assumer la mort de ma mère. Je me sens responsable et c'est bien pour ça que je suis décidé à faire tout mon possible pour qu'elle puisse un jour me pardonner. M'effacer n'est pas une option. - "Je suis né pour quelque chose, pour devenir quelque chose. Ce n'est pas mon père qui va m'en priver" me disais-je. Faire mon mea culpa m'avait permis énormément de choses. Je m'étais remis en question, mais après y avoir pensé je me suis dit que mon voisinage n'avait jamais rien dit pour aider ma mère. Je m'étais fixé un objectif: me venger par tous les moyens possibles des autres. À présent je haïssais l'Homme et j'étais à la recherche de ce fameux frère. Ce lien de parenté me faisait penser que j'avais encore une famille à trouver et agrandir.



 
Derrière l'écran

 

  ¤ Un Pseudo?: Dora
  ¤ Ton Âge?: 17 ans
  ¤ Comment es tu venu ici?: A pied
  ¤ Des impressions, un mot?: Je n'ai pas d'imprimante
 

  ©never-utopia
 
Revenir en haut Aller en bas
Phoh Lust
avatar

Feuille de personnage
Rang: 1
Expériences:
0/0  (0/0)
Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Phoh Lust - FINI   Sam 8 Juil - 17:05

J'up pour signaler que j'ai fini ~
Revenir en haut Aller en bas
Bobichi
avatar
Civil

Feuille de personnage
Rang: 5
Expériences:
177/400  (177/400)
Pouvoir(s): Kuma Kuma no mi : modèle ours Kodiak
MessageSujet: Re: Phoh Lust - FINI   Sam 8 Juil - 21:00

Hey Phoh,

C'est moi qui ait l'honneur de te faire un premier débrief de ta préz Very Happy

Tout d'abord, je pense que tu aurais pu faire quelques retour à la ligne dans ta présentation physico-mentale. Ça aurait permis d'aérer un peu ton texte et rendu la chose plus lisible et agréable. Wink

Pour ton histoire, il y a pour moi un petit souci de cohérence. Juste sur le moment où tu es en fuite et q'un Marine t'accompagne à la bibliothèque plutôt que de t'arrêter, c'est bizarre. Ensuite trouver des explosifs dans le grenier de cette dite bibliothèque me parait encore plus étrange.

Dernier point, tu n'abordes pas comment tu as trouvé et mangé ton fruit. Donc je ne peux pas te le valider pour le moment.

Pour l'instant, je te valides rang 2 sans le fruit, mais avec l'accord de l'ensemble du staff, je te laisse deux choix:

- tu acceptes ce rang
ou
- tu souhaites modifier ton histoire pour viser un meilleur rang

Pour ton fdd, la même chose :

- tu abandonnes le fruit pour le moment et tu pourras l'avoir via une quête plus tard
ou
- tu ajoutes dans ton histoire un passage où tu nous expliques comment et où tu l'as eu

Je reste à ta dispo si besoin ^^




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Phoh Lust
avatar

Feuille de personnage
Rang: 1
Expériences:
0/0  (0/0)
Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Phoh Lust - FINI   Sam 8 Juil - 21:31

Salut,

Je vais modifier un peu tout ça pour améliorer mon rang, le fdd je peux l'avoir avec un rp c'est pas le soucis, juste qu'on m'avait habitué à ne pas mentionner le fdd choisi dans l'histoire.

+ Mon personnage a le destin avec lui, parfois il est là au bon moment (je ne sais pas si vous l'accepterez mais bon) donc les explosifs ils sont là car les bibliothécaires complotent avec des révolutionnaires, mais je ne suis pas censé le savoir vu que je parle à la première personne. Le marine connaissait mon père et du coup moi plus ou moins indirectement, d'où l'indulgence. Après si ça ne vous va pas, je le modifie. Je vais pas pleurer pour ça mdr.

Je cherche à entrainer mon écrit, donc si faut pousser, je le ferais.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Phoh Lust - FINI   

Revenir en haut Aller en bas
 
Phoh Lust - FINI
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Validée]Godwrath D. Alexander [Fini]
» Petite tornade [fini]
» [fini]Baptème d'Azurely
» Sarkozy ap fè rondomon lè Obama fini pale
» Ohoh, voici Liana ! [Fini.]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Shin Jidai :: Le commencement :: Gestion du personnage :: Présentations-
Sauter vers: