lienlien

N'oubliez pas de voter tous les deux heures!


Une nouvelle histoire, une nouvelle vague... Quelle sera votre voie?
 

Partagez | 
 

 Coup de chance et destin [Quête]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Masuro Cavaco
avatar
Pirate

Feuille de personnage
Rang: 4
Expériences:
44/200  (44/200)
Pouvoir(s):
MessageSujet: Coup de chance et destin [Quête]   Lun 10 Avr - 3:11

-Et là paf! J'lui ai collé la torgnole de sa vie!

-D'accord je pense que tu as assez bu pour aujourd'hui Samuel.

-Ho mais tu vas arrêter un peu oui? T'es pas ma *hips* ma mère si?

Samuel et Edouard, deux joyeux lurons dans la ville de Shell Town prenait du bon temps dans le petit bar du coin, rien de tel qu'un petit verre en compagnie d'un camarade de beuverie. L'ambiance était chaleureuse et, bien qu'Edouard semblait bien mieux tenir l'alcool que son compagnon, tout deux s'amusant au rythme des sons de guitare jouer par le musicien qui animait la pièce du haut de sa petite estrade.

 Non loin de ce dernier, derrière un comptoir, une femme qui devait avoir dans la quarantaine nettoyait doucement ses verres et ses choppes, attendant le prochain client et surveillant d'un œil sévère les quelques uns qui ne tenaient pas droit. En somme, une journée comme les autres à Shell Town, cependant, un événement vint perturber la monotonie habituelle, ou plutôt un homme.

 Les portes de l'établissement s'ouvrirent pour laisser entrer une silhouette aux contours presque humains. La créature portait sur son dos un large sac qui semblait plein à craquer. De nombreuses armes étaient accrochées un peu partout sur son corps, sans parler de son visage effrayant aux traits squelettiques.

-Hé... Vise un peu ça... Murmura Samuel à son compère entre deux gorgées. Tu crois que c'est...?

-Ça y ressemble... Répondit celui-ci. Mais qu'est-ce qu'un homme poisson viendrait faire ici? Avec tout ça sur le dos? Tu crois qu'il va tenter un braquage?

-Si près de la base de la marine? C'est du suicide, enfin, qui *hips* sait de quoi ces créatures sont capables? 

L'homme-poisson continua sa marche jusqu'au bar, il posa une main sur le comptoir tandis que sa tête se tournait vers une direction qui semblait aléatoire, cherchait-il quelque chose? Brisant le silence, la femme qui tenait l'établissement s'adressa à lui, bien moins bornée que la majorité des clients, elle semblait plutôt à l'aise.

-Bienvenue au "requin-cendré", qu'est-ce que je te serre? Une bière? Un rhum? Quelque chose de plus fort peut-être?

L'inconnu tourna la tête dans la direction de son interlocutrice, mais il semblait manquer de précision, comme si il ne la regardait pas dans les yeux. Cependant, ce n'était pas chez lui ce qui troubla le plus la salle où tout les regards étaient posés sur lui.

-Bonjour madame! Répondit-il d'une voix douce et enjoué. Je prendrais une grenadine s'il vous plaît.

Même la tenancière était étonnée d'entendre un ton aussi poli et agréable venir d'une créature à l'allure si menaçante. Cependant, elle acquiesça et prépara sa commande. 

-Une grenadine pour le monsieur, c'est un sacré sac que t'as là d'ailleurs si je peux me permettre, tu es marchand ambulant?

-Je suis plus artisan que marchand, je forge armes et armures à qui le désire.

-Le travail du métal? C'est un art plutôt complexe ça non? Voilà la grenadine.

-C'est un art qui se travail avec passion, merci, combien je vous dois?

-C'est écrit là-haut mon grand. Dit-elle en désignant un tableau où étaient écrits à la craie les prix des différentes consommations.

-Ha... Répondit l'homme-poisson, quelque peu gêné. C'est à dire que... Je suis aveugle...

-Ho, désolé l'ami, ça fera trois berries.

Alors que l'échange entre le forgeron et la tenancière avait rassuré une partie des clients, d'autres restaient encore là, les yeux rivés sur l'homme-poisson. Parmi ces paires d'yeux, il y avait Edouard et Samuel.

-l'est aveugle? Ca explique ces mouvements bizarres de la tête. Mais *hips* dit voir, avec un sac de marchandises pareil, c'est que le commerce doit bien aller... J'irais bien vérifier si il aurait pas des berries en trop... Entama Samuel en se grattant le menton, le regard envieux.

-Arrêtes tes conneries Sam'! Tu sais bien que c'est pas réglo de faire ça! Il y voit rien! Répondit Edouard sur les nerfs.

-Roooh ça va, c'est pas la première fois qu'on pioche dans les poches d'un infirme! Et pis *hips* ça va je sais faire, il verra que du feu... Ha bah non du coup héhé! Dit-il dans un rire gras.

-Débrouilles-toi sans moi, je veux pas être mêlé à ça.

C'est ainsi qu'ivre il se leva de sa table et avança à pas de loup vers le comptoir. Ses yeux étaient rivés vers la bourse accrochée à la ceinture de l'homme-pieuvre qui riait gaiement avec la tenancière. Il devait y avait une bonne centaine de Berries là-dedans, avec ça il pourrait s'enfiler une bonne dizaine de tournée, il avait déjà l'eau à la bouche rien que de pensé aux litres d'alcool qui allait arroser sa soirée, cependant, il se stoppa net, terrifié et tétanisé.

-Je peux vous aider?

Comment? Comment avait-il fait? L'inconnu s'était retourné vers lui, pire, son visage était tourné dans sa direction! Il était aveugle, il l'avait bien dit! Et Samuel était sûr de pas avoir fait le moindre bruit. Alors comment savait-il où il était. Accroupit derrière le forgeron, l'ivrogne prit la décision d'atteindre le point de non retour. Dégainant un couteau de sa ceinture il le tendit devant l'infirme.

-Fais pas l'idiot la poiscaille! J'ai un couteau et j'hésiterais pas à te transformer en sushi si tu fais mine de sortir le moindre de tes jou*hips*joux c'est clair?! Cria-t-il.

-Calmez-vous, inutile de se montrer agressif. Répondit le forgeron d'un ton calme et posé.

-C'est moi qui *hips* qui parle ici! Alors tu vas m'écouter et me filer ton pognon sinon j'te plante! Vu?

Une seconde de silence accompagna l'immobilité de l'homme-poisson.

-Vous comptez vraiment me blesser si je refuse de coopérer? Demanda-t-il.

-Je vais pas te blesser je vais te buter alors dépêche toi et fais claquer la monnaie!

-Mais comment comptez-vous me tuez?

-Quoi? En plus d'être aveugle t'es *hips* sourd?! Je t'ai dit que j'avais un couteau!

-Non, vous ne me tuerez pas avec cette lame, même si vous y mettiez tout les efforts du monde. Elle est bien trop malade. Votre couteau ne demande qu'à être brisé je peux le sentir d'ici. Je suis désolé de vous le dire mais c'est une arme en souffrance que vous avez, et une arme qui souffre est une arme inutile, est-que vous la lavez de temps à autres? Continua l'homme-pouple, toujours aussi calme.

L'agresseur était trop ivre pour comprendre un traître mot de ce que disait l'infirme et de toute façon, il en avait assez, poussant un rugissement gras et rauque il se jeta sur sa cible. Cependant, chose étonnante, il fut en un clin d'oeil renvoyé de là d'où il venait. Samuel venait de recevoir un coup de poing d'homme-poisson, la force du choc l'avait renvoyé en arrière et son nez décrivait maintenant un angle contre-nature alors que ses narines saignaient abondamment. Se relevant avec difficulté, repoussant Edouard qui était venu l'aider à se remettre debout, il quitta l'établissement en se tenant le nez et en hurlant.

-Ça va pas se passer comme ça! Je vais appeler la marine! Tu vas voir le colonel Sonalletsac! Son épée divine va te remettre les idées en place saloperie d'pouple!

Le "pouple" en question se tourna vers la tenancière du bar, sa tête divagant toujours, comme si elle cherchait où se trouvait son interlocutrice.

-Je suis vraiment désolé je ne voulais pas vous causer de problème. Dit-il d'un air attristé.

-Bah ne t'en fais pas l'ami, du moment que tu ne casses rien a part son nez moi ça me va, et ne t'en fais pas pour la marine, ils n'écouteront pas un ivrogne comme lui. Si tu veux boire autre chose dit le moi heu...

-Masuro.

-Et bien si tu as besoin d'un truc en particulier fais moi signe Masuro.

-Maintenant que vous le dites, j'aurais bien besoin d'informations, ce type a parler "d'épée divine", vous pourriez m'en dire plus?
Revenir en haut Aller en bas
Masuro Cavaco
avatar
Pirate

Feuille de personnage
Rang: 4
Expériences:
44/200  (44/200)
Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Coup de chance et destin [Quête]   Lun 10 Avr - 18:56

La tenancière rangea le verre qu'elle nettoyait tout en répondant à son interlocuteur.

-C'est une légende locale, le colonel en fonction ici serait en possession d'une épée que l'on dit bénie des dieux. Il ne manque pas de la montrer lorsqu'il pavane avec sa garde rapprochée.

-Pensez-vous qu'il accepterait de me montrer une lame comme celle-ci? Demande Innocemment Masuro.

La barmaid retenue un rictus.

-Si tu veux finir avec la tête roulant au sol, c'est exactement ce qu'il faut faire, un conseil l'ami, ne t'approches pas de ce type et de son épée. Il est peut-être "représentant de la justice" mais quand on a un travail comme le mien on voit des choses que les autres civils ne voient pas forcément.

-Vous voulez dire qu'il abuse de son autorité? 

-Pas directement, mais il sait comment obtenir ce qu'il veut sans se faire attraper, d'ailleurs il ne craint pas grand monde ici, c'est le plus haut gradé de l'île. D'après ce que je sais, il traîne dans des échanges pas très légaux, on parle d'armes, d'épices, d'alcools, de contrebandes, en bref rien de ce qui devrait normalement concerner un marine. Expliqua la tenancière.

-Mais vous ne devez pas être la seule au courant tout de même, n'y a-t-il aucun moyen de reverser la tendance? De remettre ce renégat à sa place? S'indigna le forgeron.

-Quiconque s'oppose à la volonté du colonel Sonalletsac sera fermement puni, ça va de l'emprisonnement à l’exécution pure et simple en fonction du motif. Forcément ça refroidit.

Masuro ne savait que penser de cette situation. Il n'était pas du genre à se mêler des affaires qui ne le regardait pas, mais ce gradé avait en sa possession une arme apparemment légendaire, si c'était elle la fameuse lame dont il était à la recherche? De plus, pouvait-il vraiment laisser ces gens à leur triste sort? Quoiqu'il en soit, il avait maintenant assez d'informations pour pouvoir quitter l'endroit et aller réfléchir en paix.

-Merci d'avoir partagé cette discussion avec moi, je dois partir à présent, passez une bonne journée!

-Bon courage l'ami!

Quittant le bar, l'homme-pieuvre se chercha un coin tranquille, loin de la foule citadine. C'est en se dirigeant vers le port qu'il trouva l'objet de sa convoitise : la base militaire. Le colonel en question devait être à l'intérieur, mais, d'après ce que Masuro pouvait ressentir, il y avait deux gardes qui bloquaient l'accès principal, avec sa tête de céphalopode, il y avait très peu de chance pour que ces derniers guident gentiment le forgeron jusqu'au gradé. Non il fallait trouver autre chose. Un autre point d'accès peut-être? Prendre de la hauteur serait dangereux, inutile d'escalader les murs de l'enceinte il se fera abattre avant même de savoir s'il était passé.

 C'est l'air marin qui lui offrit la bonne idée. Si la base se trouvait sur le port, alors il y avait sans doute un quai intégré. Marchant le long du port, Masuro se cacha derrière la coque d'un navire commerçant pour plongé dans l'eau, espérant que personne ne l'ai vu. Il était bien plus à l'aise dans les flux océaniques que sur terre. Il se sentait libre, comme si il volait, bien que dans ce cas précis, il nageait, de plus sa vitesse de pointe était plutôt rapide, malgré le poids qu'il portait sur lui. Frôlant les fortifications et les piliers de la base, il se glissa jusque sous un quai, sortant la tête de l'eau il écoutait attentivement. Il y avait du mouvement, quelqu'un marchait au dessus de lui, Masuro le laissa passer avant d'escalader le petit ponton.

 Bien maintenant il y était, il fallait maintenant trouver un endroit où il serait capable de se cacher. Suivant les formes que lui décrivaient les murs, il arriva devant une porte entrouverte, l'homme-pieuvre passa le bout des doigts sur l'écriteau et pu ainsi lire "entrepôt". Parfait, d'ici, personne ne pourrait le détecter sans bien chercher. Dans un mouvement vif et discret, il pénétra la grande pièce, mais étonnement, tout ne se passa pas comme prévu.

-Mains en l'air! On ne bouge plus! 

Comment était-ce possible? Fallait-il réellement que quelqu'un soit présent à ce moment là? Fallait-il vraiment qu'il se fasse avoir aussi facilement? Pire encore, il n'allait pas pouvoir se débarrasser de la menace si facilement, le soldat n'était pas seul, ils étaient une bonne dizaine et à entendre le ton de leur voix, ils devaient sans doute avoir le fusil pointé dans sa direction.

-Je me rends. Dit-il d'une voix neutre et calme.

Il pourrait tous les éliminer, il pourrait jouer sur la peur que ressentent les humains lorsqu'ils sont en présence d'hommes-poissons, mais agir ainsi relevait d'un acte barbare et inconcevable, qu'avait fait ces soldats? Leur travail, ils avaient trouvé un intrus, donc il fallait le mettre aux arrêts. De plus, peut-être étaient-ils eux aussi tenus sous la coupe du colonel? Evidemment ils lui obéissaient vis-à-vis de son grade, mais peut-être misait-il sur la même peur qu'il inspire aux civils pour faire régner sa loi dans ses propres rangs? 

-Amenez-le au colonel, il décidera de son sort.

Finalement, le plan avait changé, mais la finalité allait rester la même, Masuro allait rencontrer ce fameux colonel et sa "lame divine". Deux hommes lui saisirent chacun un bras, bien que leur prise soit faible, l'homme-pieuvre se laissa faire, il préférait coopérer plutôt que de déclencher un affrontement général qui risquait de faire des blessés, lui y comprit, il n'était pas invisible, loin de là. De ce qu'il ressentait, on le faisait traverser la cour d'où il était arrivé, juste à côté des quais.

 Apparemment, il grimpait un escalier, le colonel se trouvait-il dans une des tours? Un des tentacules de Masuro se frotta accidentellement au mur, c'est là qu'il comprit où était son erreur. Sur le mur, il ressenti la présence d'un petit être vivant. Une escaméra était placée plus haut. C'était à cause de ça? Un oubli si évidant pourtant! Il avait été filmé depuis qu'il était entré, pas étonnant qu'il ai trouvé autant de monde dans le hangar. Mais qu'importe à présent, il avait une autre affaire à gérer, ils étaient visiblement devant une porte, sur laquelle toqua un des soldats.

-Entrez.
Revenir en haut Aller en bas
Masuro Cavaco
avatar
Pirate

Feuille de personnage
Rang: 4
Expériences:
44/200  (44/200)
Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Coup de chance et destin [Quête]   Mar 11 Avr - 21:49

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
COLONEL SONALLETSAC

il était là, juste en face de lui, l'homme qui détenait l'objet de sa convoitise, celui qui avait la main mise sur toute l'île, sans doute un des hommes les plus influant d'East Blue. Il avait ce regard de braise, ce regard brûlant que même le forgeron, affaibli par son handicap, pouvait ressentir, il se sentait creusé, sondé jusqu'aux tréfonds de son âme et jugé par cette homme à la prestance et l'assurance débordante.

-Mon colonel! Voici l'intrus qui s'est introduit dans le camp sans autorisation! S'écria l'un des soldats.

-Bien, bien. Répondit-il. Alors c'est bien un homme-poisson qui a posé ses nageoires sur notre territoire? Intéressant...

-En réalité je ne possède pas de nageoire, je m'aide de mes tentacules pour nager. Corrigea Masuro calmement et poliment.

Un large sourire se dessina sur les joues du colonel.

-Impressionnant, tu es devant le porteur de l'épée divine et par la même occasion devant les portes de la mort et tu n'es pas en train de gémir pour qu'on t'épargne, voilà qui change des froussards habituels qui se retrouvent dans mon bureau.

-Ne vous méprenez pas, colonel, je tiens à la vie et je ne doute pas de votre force, un grade tel que le votre n'est pas donné au premier venu. Seulement, je n'ai pas à craindre la mort puisque je ne suis pas un criminel.

Masuro entendit les doigts du gradé claqués, comme si il donnait un ordre silencieux, le forgeron senti alors le contact froid de deux lames sous sa gorge, les soldats n'avaient besoin que d'une petite impulsion et la tête de l'homme-poulpe roulerait sur le sol. Les lames avaient soifs, elles avaient déjà goûtés au sang, l'infirme pouvait le ressentir, mais elles en voulaient plus, sans peurs, elles ne prenaient pas en compte la possibilité qu'elles se brisent un jour où l'autre. Des lames tueuses bien trop confiantes qui se croyaient à un plus haut niveau qu'elles ne l'étaient vraiment.

-Ici c'est moi qui décide si tu es un criminel ou non, or tu es entré sans ma permission sur MON territoire. Avant que je ne te tue, j'aimerais savoir ce qui pousse une créature comme toi à venir ramper sur un sol qui est mien. Grogna le colonel.

-En vérité, je ne suis pas venu pour vous importuner, je voulais simplement confirmer la légende de votre "épée divine". 

Le gradé se mit à sourire si fort que Masuro pouvait entendre ses joues se tendre.

-Alors c'est l'épée que tu veux? Demanda-t-il d'un ton joueur. Ma foi, si tu as trouvé le courage de t'infiltrer chez moi, j'imagine que je peux t'accorder une partie.

Sur ces mots, les lames qui dansaient sur la gorge du forgeron s'écartèrent, les soldats reprenant leur place de gardes.

-Je vous demande pardon? Une... partie? S'étonna l'homme-pieuvre.

-On a tous nos passions dans la vie n'est-ce pas? Et bien moi ma passion c'est le jeux, le hasard, les cartes, les dés tous ces petits défis jetés au destin. Voilà ce que je te propose : nous allons faire une petite partie de cartes toi et moi. Si tu gagnes alors peut-être que je me monterais clément avec toi, mais si je gagne, alors tu connaîtras le sort que je réserve aux criminels et à ceux qui pensent pouvoir s'opposer à moi.

Ce que le colonel proposait était une véritable partie morbide, Masuro allait devoir jouer pour pouvoir, peut-être, quitter ce bureau en vie. Soit, si il devait miser sa vie de la sorte, alors il le ferait, il ne comptait cependant pas perdre, il était venu ici pour la lame, alors il verrait la lame, temps pis si il y a des complications. 

-Très bien, ça me semble honnête, j'accepte votre offre, cependant, j'espère que vous êtes bien conscient que vos chances de gagner sont très faibles? Répondit Masuro avec la plus grande innocence.

Le mot "honnête" fit presque rire le colonel autant que la question du prisonnier. Sonalletsac n'a jamais perdu une seule partie depuis qu'il est en poste et ce pour deux raisons, la première, c'est un excellent joueur, la deuxième : c'est un tricheur. Il sait comme ne pas se faire repérer par son adversaire tandis qu'il truque le jeu.

-Ha oui? Et pourquoi es-tu si confiant alors, futur perdant? Lança le colonel d'un ton moqueur.

-Parce que je suis aveugle.

Cette réponse laissa le gradé sous le choc. Son opposant était... aveugle? Non, impossible. Il ne serait pas si confiant et si calme si il était vraiment infirme... Ou alors... l'était-il vraiment? Après tout, c'était peut-être un bluff. Peut-être essayait-il d'impressionner le gradé en lui présentant sa plus grande faiblesse et en restant confiant à l'extrême pour la suite du jeu? Qu'importe, le colonel n'allait pas se laisser distraire pour si peu.

-Alors temps pis pour toi calamar, Sergent, distribuez les cartes.

-Heu... O... Oui oui tout de suite Colonel. 

Masuro entendit le son des cartes glissé sur la table alors qu'il prenait place.

-Je te propose une petite partie de poker, tu connais les règles n'est-ce pas?

-J'y ai déjà joué quelques fois, avec deux cartes en mains, il faut réussir à créer des combinaisons avec les cinq posées sur la table, comme des paires, des brelans, des suites etc...

-Alors nous gagnons un temps précieux. Qu'as-tu à miser pour ce premier tour?

-Voyons un peu... Masuro tâtonna sur la table du bout des doigts jusqu'à trouver ses deux cartes. En passant la main sur celles-ci il put lire les chiffres suivants :

Un 10 de trèfle et une dame de cœur. Si cette main était jouée intelligemment alors elle pourrait lui assurer la victoire, mais il ne fallait pas se montrer trop ambitieux, la confiance peut mener parfois jusqu'à la défaite. Rester prudent allait être le maître mot de cette partie car ici, le forgeron allait miser gros, si il était le perdant, c'est de sa tête qu'il devrait se séparer.

-Je vais miser ma hache. Dit-il en la déposant sur la table.

-Parfait, dans ce cas je vais miser mon grade.

-Pardon?
Revenir en haut Aller en bas
Masuro Cavaco
avatar
Pirate

Feuille de personnage
Rang: 4
Expériences:
44/200  (44/200)
Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Coup de chance et destin [Quête]   Mar 9 Mai - 16:25

L'officier venait réellement de mettre son grade en jeu, avait-il seulement le droit de faire ça? Masuro commençait seulement à comprendre qu'ici, le droit n'était qu'une question de point de vue, celui du colonel en l’occurrence. C'était sans doute du bluff, il ne pouvait pas être aussi confiant alors que les cinq cartes centrales n'avaient pas encore été tirées. Trichait-il? Evidemment, c'est comme ça qu'il avait toujours fonctionné, c'est comme ça qu'il était arrivé à ce grade, c'est comme ça qu'il avait gagné sa réputation.

-Alors? Tu suis?

Il fallait que Masuro trouve de quoi égaliser la valeur du grade de son opposant, mais il n'était pas sûr d'avoir quoique ce soit de ce niveau sur lui. Un grade de colonel tout de même! Ce n'était pas rien, il fallait là prouver au militaire qu'il avait encore de la ressource... Mais justement, il n'avait pas grand chose, de physique du moins, au niveau matériel, Masuro ne pouvait pas être qualifié de quelqu'un de très riche, sans compter que son instinct lui faisait bien comprendre que ce n'est pas l'argent qui lui permettrait d'égaliser la mise...

-Pardonnez moi mais je suis un peu confus... Ai-je quelque chose sur moi qui vous intéresse au point de risquer votre grade? Dit-il en déballant ses affaires.

Le colonel prit le temps d'observer toutes les possessions de l'homme-pieuvre et après de longues minutes de réflexions, il se décida et déclara dans un large sourire.

-Bien, je prends tout.

-Tout?! S'étonna Masuro.

-Enfin tout... Je ne suis pas un monstre, je vais te laisser de quoi miser, tu peux garder deux de tes couteaux.

"De quoi miser", comme si le forgeron allait pouvoir continuer la partie avec seulement deux petits couteaux. Malgré ça, il resta positif, sans sourciller il prit les petites lames et les posa sur la table, juste devant lui là où devrait normalement se trouver des jetons.

-Bien dans ce cas nous pouvons continuer. Dit-il calmement.

Le colonel eût une seconde de doute. Pourquoi ce gamin avait l'air si calme alors qu'il était en train de perdre toutes ses possessions? Non c'était du bluff, ça ne pouvait être que du bluff. En plus, il l'avait dit lui-même, il est aveugle! Il n'a même pas conscience des cartes qu'il avait en main! La victoire du militaire était assurée! A ça il fallait ajouter la triche qu'il avait mit en place, la poiscaille n'avait aucune chance!

La partie se déroula normalement, les cinq cartes centrales furent tirées normalement et révélées sans qu'aucun des joueurs n'augmente la mise, ce qui est rare dans ce genre de partie. En réalité, le colonel ne voulait pas écraser son adversaire dès le premier tour, préférant lui offrir le tour suivant pour s'amuser encore un peu, comme un chat laissant une souris courir avant de la dévorer. Les cartes centrales furent les suivantes : 2 de trèfle, 6 de cœur, valet de trèfle, dame de pique et 9 de cœur. La dame de pique permettait à Masuro de former une paire avec sa dame de cœur, peut-être pourrait-il accéder à la victoire malgré tout? 

-Il est temps de dévoiler nos mains... Énonça le colonel.

Les deux joueurs posèrent leurs cartes sur la table en même temps.

-Pas mal, mais je suis désolé pour toi le poulpe...

Posant d'un coup sec ses cartes sur la table, le militaire dévoila son jeu : une dame de trèfle et une dame de carreaux.

-Le brelan bat la paire, je récupère ton matériel, tu devrais t'inquiéter pour le prochain tour, je ne serais pas aussi gentil que je l'ai été ce tour-ci?

Masuro venait de perdre la quasi totalité de ses biens, pourtant, sa seule réaction fut la suivante, il pencha la tête sur le côté et demanda d'un ton innocent :

-Pourquoi?

-Q...Quoi?

-Je vous demande pourquoi je devrais m'inquiéter?

Du bluff, ça ne pouvait être que du bluff, il était doué, très doué, sa confiance semblait infinie mais il était impossible qu'il ait une quelconque chance de vaincre.

-T... Tu as bien conscience que tu es condamné n'est-ce pas? Il n'y a aucun moyen pour que tu te refasses après la défaite de ce tour-ci! Insista le colonel qui commençait à douter de la suite des événements.

-Ha? Vous êtes sûr? Parce que de mon point vue la victoire me semble plutôt assurée.

Son ton n'était même pas arrogant, il était terriblement... Innocent et sincère. Était-ce réellement du bluff?... Oui ça ne pouvait être que du bluff... n'est-ce pas? Tout allait se jouer au second tour, mais cette fois-ci, le colonel n'allait pas laisser la moindre chance de victoire à Masuro, il allait utiliser toute ses meilleures méthodes de triches, se réserver la victoire sans que son opposant n'ai le moindre espoir de vaincre.

-Second tour!

Les cartes furent distribuées, mais soudainement tandis, alors que le jeu commençait, le colonel senti un long frisson lui rouler le long de la colonne, il eût l'espace d'un instant la sensation que Masuro le regardait droit dans les yeux. Pourquoi cette insistance? Pourquoi ressentait-il soudainement cette culpabilité? Comme un enfant qui vient de se faire prendre à voler des bonbons.


-Pardonnez moi Colonel mais je crois que le sergent à fait tomber une carte.

-H... Ha?

-Oui il semblerait qu'elle soit tomber dans votre manche, vous devriez faire attention, je sais qu'il est très désagréable de chercher une carte manquante lorsque l'on range le jeu à la fin de la partie.

Comment avait-il vu le tour de passe-passe? Alors il n'était pas aveugle? Si? Peut-être? Le colonel ne savait plus où donner de la tête. Bien que sa respiration commençait à se saccader, il faisait le maximum pour ne pas perdre la face.

-Ha... Ha oui? Mais pourquoi évoquer la fin de la partie si rapidement? Nous ne sommes qu'au deuxième tour!

S'accoudant sur la table, Masuro prit son aise avant de diriger sa tête dans la direction de son opposant, comme si ses yeux morts sondaient son âme.

-Parce que ces deux tours sont tout ce dont j'avais besoin pour vous battre.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Masuro Cavaco
avatar
Pirate

Feuille de personnage
Rang: 4
Expériences:
44/200  (44/200)
Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Coup de chance et destin [Quête]   Jeu 18 Mai - 15:40

La terreur était maintenant clairement présente dans l'attitude du colonel. Pourquoi diable l'homme-poisson était-il si confiant?! Non il fallait se ressaisir, impossible pour la poiscaille de gagner quoique ce soit, le jeu était truqué, le sergent ne distribuait pas les cartes au hasard, bien au contraire. les cartes avaient été distribuées de la façon suivante : 

Le colonel avait reçu un roi de carreaux et un as de carreaux

Masuro avait reçu un 2 de trèfles et 5 de cœurs

Tandis que les cinq cartes qui seraient distribuées au centre de la table étaient un dix de carreaux, un valet de carreaux, une dame de carreaux, un roi de piques et un as de piques.

Dans une telle situation, impossible pour le militaire de perdre. Ce satané poulpe allait vite comprendre qu'on ne joue pas avec le feu sur Shell Town, le colonel est ici chez lui! Reprenant quelques peu confiance, il posa ses cartes sur la table, laissant le jeu se faire.

-Tu es un peu trop confiant à mon goût, il est temps que je t'apprenne le respect.

Passant le bout du doigt sur ses cartes, le forgeron ne déplaça même pas sa tête pour s'adresser à son interlocuteur.

-Ne confondez pas confiance et certitude colonel, je "n'espère" pas gagner, je sais que je vais gagner, là est la nuance.

Des goûtes de sueurs glissèrent sur les tempes de l'officier. L'absence de doute chez son adversaire était une expérience encore inédite pour lui. Mais il ne pouvait pas perdre... N'est-ce pas? Masuro posa la paume sur la table alors qu'il reposait ses cartes.

-Vous auriez vraiment de la chance si les cartes centrales étaient des cartes de carreaux.

-Qu'as-tu dit?!

-Je ne fais qu'énoncer un fait.

Il savait. Pour raison que le colonel ne comprenait pas, son adversaire avec vu son jeu. Il avait vu sa main. Mais comment?! Les cinq cartes au centre étaient maintenant posées, une par une, elles allaient être retournées, mais d'abord, il fallait miser. Nul besoin de paniquer, c'est là que tout allait se jouer. Le pouple avait lu sa main, et alors? Qu'importe! La sienne le guidait vers la défaite! Il ne pouvait rien miser avec un jeu si impuissant!

-... Non je ne peux pas me permettre de perdre mes couteaux...

Ha, enfin! Enfin une faiblesse! Il comprenait enfin qu'il n'avait aucune chance de victo...

-Je vais en avoir besoin pour ma mise.

D'un geste vif, il plaqua sa main sur la table et à l'aide d'un de ses tentacules, il se saisit d'un de ses couteaux et le positionna au dessus de ses doigts.

-Je met mes doigts en jeu.

-QUOI?!

-Ce sont mes doigts qui me permettent de travailler, sans eux, je ne pourrais plus produire d'armes ou d'armures, je ne pourrais donc plus faire mon métier.

-Qu... Je... Dans ce cas... Je... Je met mon grade en jeu...

Ce type était vraiment assez cinglé pour parier ses doigts?! Il l'avait dit lui-même! Sans ses doigts, il ne pourrait plus travailler, il ne pourrait plus gagner sa vie! Pourquoi une mise aussi grande avec une main si faible? Il avait bien une main faible n'est-ce pas?

-Dans... Dans ce cas... Nous pouvons commencer le tour...

-Un instant. J'ai encore le droit d'augmenter la mise.

-AU... AUGMENTER?!

Un des tentacules du forgeron se plaqua lui aussi sur la table, tandis qu'un autre saisit le dernier couteau et le fit danser au dessus du premier tentacule.

-Je mise un de mes tentacules, pour les humains, ça ne peut sembler être qu'un détail esthétique, mais pour moi c'est un membre à part entière, le couper serait comme si je me coupais un bras, de plus, son poids est essentiel dans mon équilibre, si je m'en débarrasse, je devrais réapprendre à marcher correctement, sans quoi je passerais mon temps à tomber.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Non... Il ne pouvait pas... Il ne pouvait pas avoir une telle confiance dans ses cartes! Le sergent les avaient sélectionné à l'avance n'est-ce pas? Elles étaient truquées hein?! De toute façon, rien ne pouvait battre une quinte flush royale!... Mais admettons que le sergent se soit trompé, admettons que le pirate ai reçu de bonnes cartes, alors il y avait des chances pour que les carte centrales n'aient pas été sélectionnées non plus!!

-Maintenant colonel, si vous voulez suivre, il faut miser quelque chose d'équivalent... Et pour ça, la mise parfaite serait l'épée divine!

L'é-l'épée divine?! Il n'était pas sérieux? Il ne pouvait pas... Non il bluffait, évidemment qu'il bluffait! Il ne pouvait pas! Impossible! Haha! Il allait y perdre ses doigts et son tentacule collant! Ha! Oui! Il allait perdre bien plus que de simples armes! Tout ce que le colonel avait besoin de faire, c'était de suivre!

-Je s...

P...Pourquoi le mot ne voulait pas sortir de sa gorge? Pourtant il ne pouvait que gagner non? Qu'est-ce qui le retenait?

-Je su...

Impossible, il ne pouvait pas le dire parce qu'il doutait, après tout, peut-être que le sergent s'était trompé, peut-être que le jeu n'avait pas été truqué correctement? Comment expliquer la confiance de ce type autrement?!

-Je... Je...

-Colonel, tout ce que vous avez à dire c'est que vous suivez, alors dites le clairement!

Ho oui il allait le dire! Il allait le dire! Il... allait... le dire!

-JE... je... je... je su... je s... je... JE SU... je... j... je s... je su...

Le stress l'envahissait, le doute l'étouffait, il ne parvenait plus à respirer!

-Je... Je s... Je su... JE SU... JE S... JE... je... je... je su... je s... je... j...

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Il venait de perdre connaissance, le colonel était tombé dans les pommes tant le stress et le doute l'avaient rongé intérieurement. Il s'écroula lourdement sur la table tandis que Masuro se releva doucement et commença à ramasser ses affaires.

-C... Colonel!!

L'homme-pieuvre venait d'exécuter un des plus grands tours de bluff de sa vie et contrairement aux apparences, il était terrifié. Il était facile d'afficher une image extérieure forte et invincible, surtout avec une apparence physique comme celle du forgeron qui est disons... atypique... Mais au fond, Masuro n'avait pas eût un instant de répit de toute la partie, il avait bien cru qu'il allait devoir sacrifier ses doigts et son tentacule! Mais heureusement, sa capacité de pieuvre lui permettant de lire la surface des choses lui avait permit de lire les cartes retournées, en particulier celles du colonel lorsqu'il les avaient posées sur la table. On dit que la plus dangereuse des armes, c'est le savoir et la connaissance, et bien le pirate venait de prouver que c'était vrai.

 Ayant connaissance des cartes, il avait pu jouer sur l'impact psychologique et ainsi, faire perdre tout ses moyens, à son opposant. Certes, il ne s'attendait pas à une telle réaction, il ne voulait pas pousser le vice si loin mais le colonel était en vie et seule son estime avait été blessée, les événements avaient plutôt bien tournés. Maintenant, le forgeron s'attaqua à son véritable objectif : l'épée. Il était venu pour la lame, il allait donc la récupérée. Il commença à détacher le fourreau de la ceinture du colonel quand les soldats se mirent à le menacer.

-Qu'est-ce que tu crois que tu fais? Tu vas venir avec nous!

Masuro eût un instant de silence.

-Mais j'ai gagné ma liberté non?

-Tu as plongé le colonel dans l’inconscience!

-De... Comment ça "j'ai" plongé le colonel dans l'inconscience? Ha non c'est lui qui est tombé tout seul j'ai rien fait moi!

-Assez discuter tu vas nous suivre tout de suite!

Masuro venait de gagner un pari très risqué, et il était sur le point d'en faire un encore plus dangereux. à sa droite se trouvait une fenêtre. Quelles étaient les chances pour qu'elle soit dirigée vers l'océan? Rappelons le, étant aveugle, le forgeron ne pouvait pas le savoir. Si il ne sautait pas, il serait exécuté, si il sautait et que c'était la terre ferme qu'il l'attendait en contre-bas, il s'écraserait sur le sol. Au moins avec la fenêtre il avait une chance! D'une geste vif, à l'aide d'un de ses tentacules, il se saisit de la "lame divine" et plongea au travers de la fenêtre.

 La chute lui semblait très longue mais quel ne fut pas son plaisir lorsqu'il entra en contact avec l'océan qui l'avait vu naître. Aussi rapidement qu'il le pouvait, il nagea jusqu'à trouver un endroit tranquille. Lorsqu'il fut enfin certain que personne ne viendrait interférer, il dégaina la lame. C'était bel et bien une lame d'exception. Elle était joueuse très joueuse, le manche avait tendance à légèrement glisser, laissant l'occasion à l'utilisateur de se tromper et de rater son assaut. 

-Une lame joueuse, la manier c'est parier... Je comprends maintenant pourquoi elle était dans les mains de ce colonel... Pourtant... Elle n'est pas comme lui... Elle n'est pas malfaisante.

En effet, l'épée n'avait pas un mauvais fond, elle était juste... indécise. L'homme-pieuvre soupira... Ce n'était pas l'épée qu'il cherchait, ce n'était pas la lame de son père et elle ne lui correspondait pas, il ne pourrait pas la manier correctement. Le forgeron profita de la petite dizaine de minutes qu'il avait avant que toute la garnison de la ville ne soit à sa recherche pour se rendre dans une boutique d'arme et donner l'épée au marchand.

-Attendez... Vous me "donnez" cet épée?

-Oui, après tout je ne l'ai pas forgé, ce serait injuste que je m'enrichisse pour un travail que je n'ai pas fait.

Ainsi l'épée fut gardée dans la boutique jusqu'à ce qu'un bretteur digne de son maniement vienne la chercher. De son côté, le colonel Sonalletsac quitta son poste, l’expérience qu'il avait vécu et la perte de son épée dite divine lui avait laissé un goût bien trop amer. Le marchand ne fut d'ailleurs pas ennuyé par les forces de la marine qui étaient convaincues que Masuro était encore en possession de la lame. Ce dernier continua son chemin à la recherche de l'épée forgée par son père, cependant, son chemin n'allait sans plus être aussi tranquille puisque à présent, il était accusé d’agression sur officier de la marine, d'être entré par effraction dans une base militaire et de vol d'armement d'officier (aggravé par la nature de l'armement évidemment). De nouvelles rencontres attendaient le forgeron maintenant primé, et toutes n'allaient pas être amicales...

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Coup de chance et destin [Quête]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Coup de chance et destin [Quête]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quand le Destin nous file un coup de pied aux fesses, on ne lui sourit pas... - Renan
» Le coup marketing de Leslie Voltaire ; un coq comme symbole électoral
» Coup raté, coup réussi, — “coup d’Etat” sans Etat
» Coup d’État en Haïti « revisité
» Zimbabwe-Mugabe : La Nécessité d’un Coup d’état

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Shin Jidai :: Les mers :: Les Blues :: East Blue :: Shell Town-
Sauter vers: