lienlien

N'oubliez pas de voter tous les deux heures!


Une nouvelle histoire, une nouvelle vague... Quelle sera votre voie?
 

Partagez | 
 

 Le désespoir est la clé de cette réussite - 16

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Van Grugen
avatar
Adjudant-Chef

Feuille de personnage
Rang: 5
Expériences:
0/400  (0/400)
Pouvoir(s): Bari Bari no mi
MessageSujet: Le désespoir est la clé de cette réussite - 16   Ven 24 Fév - 13:45

Cela fait une semaine que je suis arrivé au Royaume de Torino et je m’ennuie à mourir. Au départ, c’était royaume avec des gens sympathiques ce qui me puait au nez. Des arrivages de groupe nouvellement former de pirate faisaient leurs apparitions ici et là. Nous les arrêtions et les jetions en prison. C’était bien monotone et cela manquait cruellement de grandeur. C’est alors que j’eus une idée. Nous avions comme mission de les arrêter et de les jeter en prison, mais dans quel but? Pourquoi ne pas les utiliser.

Ha tien! un nouvel arrivage de pirate viennent d’arriver en ville. Je les regarde sans rien faire. Je reste assis sur ma chaise sur une terrasse à déguster mon verre d’eau froide. Intriguer, ils viennent à ma rencontre.

Hey le marine, ne vas-tu pas nous arrêter?

Moi, non avez-vous besoin de quelques choses pour votre voyage par contre?

Quoi? Tu es ce genre de marine.

Je suis le genre qui aime faire des affaires. Du coup, si vous avez un problème avec le principe. Je peux toujours endosser mon rôle de marine, mais je doute que cela soit dans nos propres intérêts.

Gini dégaine légèrement son arme de son dos.

Non bien sûr que non, qu’avez-vous à vendre?

C’est comme cela que les choses commencent. Ils s’endettent avec des items de qualité de la marine contre des sommes extravagantes. En pensant revenir plus riche de Grand Line, avec aucun ne doute de l’échec qui les attend. Une fois qu’ils ont échoué, ils reviennent d’eux-mêmes au Royaume de Torino. Non pas par choix, mais par le fait que leur bateau est si endommagé et que la première ile avant Red Line est ce royaume puant.

Les pirates eux préfèrent dire sur « honneur d’un pirate ». Mais cela revenait au même pour moi. Ils devaient payer. Soit des sommes énormes et n’ayant pas cet argent, ils me prêtent allégeance.

À genoux vermine. Dis-je au capitaine pirate avec qui j’avais fait affaire.

L’homme en pleur s’exécute, puis tout l’équipage le suit comme des moutons.

Vous avez un dû à payer et jusqu’à ce que j’ai mon argent vous m’appartenez.

Je leur trouve du travail à leurs hauteurs d’insecte. Cela fait maintenant 1 mois que je m’amuse comme un petit fou. J’ai maintenant 80 hommes qui travaillent à mon compte ce qui me rapporte 70 000 Berry par semaine. Ce qui est un bon salaire supplémentaire. Sans compter, le plus important, c’est qu’il me rapporte des informations sur tout ce qui se passe. Ragot, potin, n’importe quoi. Ces informations sont cruciales. Grâce à elle, j’arrive à développer un réseau d’information aussi imposant sur South blue que celui de la marine elle-même. C’est un atout important de savoir ce qu’il se passe partout.

Côté compagnon d’armes, Gini n’aime pas trop tremper dans ce genre d’affaires, mais elle comprend pourquoi j’y suis forcé. Je la garde à mes côtés comme garde du corps. C’est elle qui me sert de gros bras. Grâce à elle, je n’ai pas à me servir de mon pouvoir que je garde que pour moi-même. Quant à Blackburn lui veille à ce que le maintien de l’ordre règne au travers des hommes de main. Celui- ci trouve ce genre de mission stimulante, quel ressort des missions ordinaires de merde de la marine qui fauche des pirates à longueur de journée à sueur de front.

De mon côté, je trouve que Blackburn n’a pas tort. La prison n’a pas de sens quand on pense que l’on peut avoir de la main-d’œuvre facile pour des projets encore plus grands. Et je dois être honnête cela me fait tellement plaisir de les voir remplis d’espoir au départ et de les voir revenir la tête basse au seuil du désespoir. Le désespoir est la clé de cette réussite. Est-ce que la marine approuverait? Certes je pige dans les réserves d’arme et autre, mais ce que j’arrive à faire pour un poigner d’équipement bas étage est surprenant.

Je suis à nouveau sur ma terrasse avec un verre d’eau en main. Un parasol au-dessus de la tête. J’attends un nouvel arrivage de pirate.


"Tuer une personne et vous êtes un meurtrier
Tuer des masses et vous êtes un dictateur
Tuer tout  monde et vous êtes un dieu
"
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Dernière édition par Van Grugen le Mer 8 Mar - 13:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Raven Castelrouge
avatar
Civil

Feuille de personnage
Rang: 5
Expériences:
0/400  (0/400)
Pouvoir(s): Archère
MessageSujet: Re: Le désespoir est la clé de cette réussite - 16   Ven 24 Fév - 15:15

Dans une base tenue secrète de South Blue :

Un homme de grande taille, à l’oeil jaune, l’autre étant masqué d’un cache œil, et aux cheveux noirs, coiffé vers l’arrière et habillé d’un élégant costume noir, est assis dans un grand canapé, un verre de whisky à la main. A ses côtés, se tient debout un homme de main plus petit, portant un costume semblable à l’autre homme ainsi qu’un borsalino.

-Mister Genovese… Les affaires vont très mal ces derniers temps…

-Je sais, Filio… Je sais. C’est à cause de ce mec sur l’île de Torino. Ce foutu marine… Van Grugen… D’un côté il a assez d’informateurs pour bloquer une grande partie de nos affaires, et de l’autre il nous pique une partie de la clientèle...

-Le Padrino ne va pas apprécier de savoir que sa filiale de South Blue meure...

Les yeux des Mister Genovese s’injectent alors de sang, il renverse son verre et étale alors son serviteur du revers de la main.

-Le Padrino n’en saura rien ! J’ai déjà envoyé quelqu’un...

-Vous avez envoyé l’ange ? Elle seule contre une organisation ?

-Il y a quelques hommes qui la surveillent en secret mais elle devrait y arriver seule, c’est une spécialiste. Et si elle meurt tant pis, on entre en guerre.


Dans une cabine d’un navire marchand

J’avais reçu une nouvelle mission de Danny-sama !  Je suis dans une chambre d’un grand navire marchand qui a accepté de m’emmener jusqu’au royaume de Torino. A moitié allongée sur mon lit, je déguste un délicieux verre de rouge que ma gentiment offert capitaine du bateau, en relisant la lettre que Danny-sama m’avait envoyée.

Chère Raven,

J’espère que tu te portes bien, et que tu as bien reçu la paye de ta dernière mission (sinon préviens-moi, je punirai l’homme qui devait te transmettre l’argent). J’ai une nouvelle mission à te confier ! Un marine méchant, très méchant du nom de Van Grugen qui se sert de son poste pour s’enrichir, et qui cause beaucoup de problèmes à notre Association des Justiciers ! Je souhaite donc que tu ailles l’éliminer, il se trouve sur l’île de Torino. Fais attention, essaye d’y arriver incognito, car n’oublie pas que tu es célèbre, tu as ton affiche de remerciement qui circule un peu partout, tu sais, l’affiche qui dit que tu vaux 7,8 millions de berrys !

Voici déjà un acompte de 100 000 berrys, le reste te sera donné quand tu auras accompli le travail.

Cordialement,

Danny, Chef de l’Association des Justiciers.


J’avais vraiment eu une super opportunité de travailler pour l’Association des Justiciers ! Ils m’ont contacté très rapidement après que mon affiche de remerciement soit divulguée un peu partout. J’accomplis des missions pour eux depuis plusieurs semaines et ils me récompensent généreusement. Je n’ai encore jamais rencontré Danny-sama mas d’après les collègues de l’Association qui me transmettent ses lettres, c’est un homme bon !

Me perdant un peu dans mes pensées, je finis par m’assoupir sur ce lit, un peu court pour mes 2 mètres 11. Quelques heures après je suis réveillée par les bruits causés par l’agitation sur le navire. Je sors alors de ma chambre, nous sommes arrivés à Torino ! Les marchands ne font plus trop attention à moi, occupés à débarquer leurs marchandises. Je vais remercier le Capitaine qui a accepté de m’accueillir et je descends du bateau.

J’ai suivi les instructions de Danny-sama et j’ai changé un peu ma tenue pour passer un peu plus inaperçue, ce qui n’est pas forcément le plus simple quand on est une ange de 2 mètres 11, qu’on a des ailes en métal et un tatouage en forme de main sur le visage. Mais bon, j’ai mis une tenue un peu plus basique que mon armure habituelle, j’ai du rétracter mes ailes pour les chacher. Où sont le reste de mes affaires ? Hé bien je tire derrière moi une grande valise avec mes affaires habituelles. Et je porte un grand sac à main ou se retrouve mon arc qui peut diviser en plusieurs parties, ainsi que quelques unes de mes flèches.

Tenue de Raven:
 

Danny-sama a eu la gentillesse de faire réserver une chambre pour moi dans une auberge que je repère bien vite, elle n’est pas bien loin du port. J’entre et je salue l’aubergiste.

-Bonjour ! Il y a une chambre réservée au nom de Danny pour moi !

Le monsieur me sourit et me guide vers ma chambre. Je le remercie, y dépose ma valise et ressort immédiatement, il faut que je repère un peu les lieux, histoire de trouver un plan pour éliminer ce marine. Je marche alors dans les rues, essayant d’avoir l’air d’une simple touriste. Comme je le pensais, ma grande taille et mon tatouage ne laisse pas les gens indifférents, je sens les regards se tourner vers moi. Je me force à ne pas y faire attention, je dois trouver où se trouve la base marine.

Sur mon chemin, mon regard se pose sur un bâtiments intriguant. Il est écrit au dessus de la porte « Club Echangiste ». Des échanges ? Des échanges de quoi ? D’objets ? D’informations ? Curieuse, et espérant obtenir des informations je pénètres immédiatement dans la bâtisse.


Quelques mètres plus loin dans la rue.


Deux hommes déguisés assez sommairement, moustaches postiches et lunettes de soleils se regardent.

-Elle est vraiment rentrée dans ce que je pense ?
-Oui… Elle n’y connaît vraiment rien…
-On va la chercher ?
-Bah il faudrait, mais on lui dit quoi ?
-Je sais pas… On improvisera…


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Van Grugen
avatar
Adjudant-Chef

Feuille de personnage
Rang: 5
Expériences:
0/400  (0/400)
Pouvoir(s): Bari Bari no mi
MessageSujet: Re: Le désespoir est la clé de cette réussite - 16   Lun 27 Fév - 13:31

Il a envoyé qui? Je m’écris dans un escagophone

L’ange?

L’homme continu de parler à Hans au téléphone.

Comment la reconnait-on?

Attente d'un moment.

Merci.

Je raccroche l’escargotphone doucement, car on vient de m’informer qu’on m’avait envoyé un assassin à mes trousses. Ce qui n’était qu’une question de temps. Un de mes larbins entre dans mon bureau.

Patron, il y a une nana vient d’arrivé en ville.

Une grande femme, avec des ailes en métal et un tatouage au visage.

Tandis que j’y repense oui monsieur ça pourrait le faire, mais monsieur comment…

Vous êtes un idiot voilà pourquoi.  Peu importe… où est-elle?

Dans le club échangiste.

Étrange mouvement pour une assassin aussi réputé dans South blue. Je regarde mon jeu d’échecs et j’avance un pion blanc sur le côté. Que vais-je jouer? Le jeu des blancs est ouvert et c’est à mon tour de faire un mouvement. Je regarde intensément le jeu d’échecs un moment.

Monsieur…

La partie commence. J’avance un pion noir centrale de deux cases. Je regarde l’homme qui se demande ce qu’il doit faire.

Bruler cet endroit aux cocktails Molotov et transformer cet établissement en gruyère à l’arme lourde. Aucun survivant, bien compris?

Bien monsieur.

Je regarde Gini et lui dit :

Voyons voir si la pêche est bonne.

Je me retourne vers BlackBurn et lui ordonne :

Blackburn retournez à la base marine et trouvez tout ce que vous pourrez sur cette ange.

Je vais me faire chier là-bas.

Je laisse un soupir s’échapper, mais il fallait que je m’y attende.

D’accord. Gini va faire les recherches.

Oui monsieur, mais pour ce qui est de votre sécurité.

Il n’y aura aucun problème. Je ne vais pas rester dans la base de toute façon personne ne saura où je me trouve.

Gini se déplace vers la sortie en regardant Blackburn avec un regard de mépris. Il lui répondit avec un doigt d’honneur et lui murmurant « Lèche cul ». Disons que cette décision de me laisser sans son garde du corps ne plait pas à Gini elle connait ma condition physique et mes aptitudes au combat qui sont équivalent a celle d’un petit chaton, mais les chances que l’Ange arrive à moi sont très minces voir nulle. Il lui faut déjà traverser ma première ligne de pions. Son prochain mouvement sera soit un mouvement d’attaque ou de défense. Dans l’attaque, elle pourrait capturer un de mes pions et le forcé à le conduire à moi, mais étant dans un endroit inconnu de mes larbins aucune chance qu’elle arrive à moi. J’avance le roi sur l’échiquier.

Dans un mouvement de défense, elle pourrait se replier pour mieux attaquer afin de se monter une défense solide pour mieux survivre à mon attaque de pions. Elle pourrait appeler des renforts. Avec les informations que Gini va me rapporter, nous serons bientôt si elle a des amis avec qui elle pourrait collaborer.

Faire la morte afin que je baisse ma garde qui sait peut-être. Mais si elle pense que je vais me faire avoir par une tactique aussi pitoyable sans être préparé, elle va se mettre le doigt dans l’œil jusqu’au coude. Il est trop tôt pour spéculer davantage. Elle n’a pas fait d’autre mouvement voyons voir sa réaction face à l’attaque de pions. Cela me dira quelque truc sur le type de joueur que j’ai devant moi. J’ordonne au dernier soldat restant :

Tant à vous Blackburn, allez avec les autres hommes. Rester à longue portée en observation. Je veux avoir un rapport toutes les 10 minutes sur ces mouvements via escargophone.

C’est dans mes cordes chef, mais cela doit être vraiment 10 minutes.

Oui, si vous voulez toujours la victoire Blackburn.

D’accord chef.

Je déplace le fou noir sur le côté droit. Mettant le roi blanc en échec.

Club Échangiste__________________________________________________________________


Les 80 hommes se présentent au alentour du club échangiste armé jusqu’aux dents. Quatre hommes s’approchent du bar et lancent chacun une bouteille de liquide inflammable devant les entrées et sorti du club. C’est alors que commence la symphonie d’arme lourde qu’avait demandé le patron. Les balles fusent de toute part. Le cri des fusils est assourdissant. Des hommes et des femmes nus sortent de l’établissement littéralement en feu en criant « au secours » et « À l’aide ». Ils finissent par la suite en lambeau de chair sous le feu nourri de 80 pirates surarmés qui pilonnent l’établissement. L’édifice est rapidement la proie de flammes plus intense. Le bâtiment sous la lourde attaque et les flammes semble valser et commence à montrer quelques lacunes de sécurité.

De retour dans la base secrète__________________________________________________

Je lève de mon grand fauteuil en cuire dans mon bureau sombre. Celui-ci semble être dans un sous-terrain du royaume de Torino. Je laisse le jeu d’échecs sur mon bureau. Celui-ci semble manquer une pièce, le roi blanc. Je me déplace dans la noirceur des tunnels de la ville. Je lève la main m’adresse à la pièce d’échec.

Voyons voir quel sera votre prochain coup, l’Ange. Je l’attends avec impatience.


"Tuer une personne et vous êtes un meurtrier
Tuer des masses et vous êtes un dictateur
Tuer tout  monde et vous êtes un dieu
"
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Raven Castelrouge
avatar
Civil

Feuille de personnage
Rang: 5
Expériences:
0/400  (0/400)
Pouvoir(s): Archère
MessageSujet: Re: Le désespoir est la clé de cette réussite - 16   Lun 27 Fév - 16:12

Un des deux hommes qui suivaient Raven s’arrêta soudain et bloqua son camarade.

-Attends… Y a quelque choses qui se trame…

Dans le club échangiste :

J’étais absolument choquée, traumatisée ! Cet endroit n’était pas du tout un lieu d’échange de matériel ou d’informations, mais qu’est-ce que c’était que cette devanture mensongère ? La plupart des gens étaient complètement nus, mais que font-ils exactement ?! Je suis instantanément devenue rouge de honte et j’ai caché mon visage, alors que des hommes et des femmes dénudées se mirent à tourner autour de moi, est-ce que je vais mourir ici ? Alors que je commençais à me recroqueviller sur moi-même j’entends quasiment simultanément des bruits d’explosions que j’ai déjà eu l’occasion d’entendre lors de mes diverses missions au royaume de Bellavita, des cocktails molotov ! Le combat commence déjà ? Il ne m’en faut pas plus de reprendre mes esprits.

Je me relève instantanément. J’entends les balles qui commencent à pleuvoir tandis qu’une panique monstrueuse se déclare dans le bâtiment ? Les gens commencent à courir dans tous les sens, sortant du bâtiment, alors que tout prend feu, gens y compris ! Si je les imite, je vais me retrouver criblée de balles d’après ce que j’entends, je dois prendre une autre sortie ! Je jette un coup d’oeil rapide autour de moi, j’ai trouvé un chemin parfait ! Je sors rapidement mon arc et une flèche explosive.

-Viola Freccia !

Qu’est-ce que je vise ? Le plafond ! Je vais former un trou, en espérant qu’il ne s’effondre pas. Ma flèche atteint sa cible et provoque instantanément une explosion qui détruit le tiers du plafond.

-Parfait !

J’entame alors une série de saut, d’abord sur une table, puis sur le bar, ensuite sur le grand vaisselier qui lui est conjoint. Une fois sur ce meuble, je déclenche un saut plus puissant, abandonnant mes chaussures par la même occasions, pour mieux ressentir le sol et m’accrocher au grand lustre qui orne ce qui reste de plafond. Je jette un œil en bas, le feu est entrain de tout consumer, tandis que les hurlements diminuent sous le bruits des balles, ça ne fait aucun doute, les gens se font tuer à l’extérieur ! Je me balance alors à l’aide du lustre avant de le lâcher pour passer à travers le trou et atterrir sur le bord du toit. Je peux comprendre l’ampleur de la situation. Des dizaines d’hommes, lourdement armés, près d’un centaine peut-être, entourent le bâtiment et le crible de balles. J’avais donc été découverte, je me disais bien que je ne pourrais pas passer inaperçue bien longtemps.

Je vois alors plusieurs balles qui se dirigent vers moi, je me retourne le plus vite que je peux.

-Scudo dell’Angelo !

Je déploie mes ailes de métal qui déchirent mes vêtements, ma veste, déjà abîmée par les flammes se retrouve complètements déchirées et tombe sur le sol. Mes ailes bloques les balles qui se dirigeaient vers moi, je me retourne à nouveau et saute pour atteindre un autre bâtiment assez proche, qui est plus ou moins à la même hauteur que le Club échangiste, qui allait s’effondrer d’un instant à l’autre, une sorte de vieille banque semblant fermée depuis des années. Je ne vais pas simplement me contenter d’un saut, je vais passer à l’offensive à mon tour ! Quand je passe d’un d’une bâtisse à l’autre, je tire une flèche vers une petite dizaine d’homme. Un seule flèche pour dix hommes ? Oui mais c’est à nouveau une flèche explosive, j’espère bien faire un maximum de dégâts.

[-Viola Freccia!

Ma flèche est décochée et j’atterris lourdement sur le toit de la banque désaffectée. Je bande immédiatement mon arc et tire plusieurs fois de suite mes flèches explosives parmi mes ennemis, afin de m’en débarrasser un maximum, mais aussi de créer une fumée qui se joint à celle de l’incendie et à m’éclipser ne serait-ce qu’un moment, le temps de récupérer mon équipement complet.

-Vous n’êtes que le menu fretin, arrêtez de me faire perdre mon temps !

Je saute alors de l’autre côté du bâtiment et cours vers la taverne, où les gens qui restent se cachent sous les tables. J’ouvre la porte de ma chambre d’un violent coup de pied et m’empresse d’enfiler mon armure de cuir, mon gant protecteur, et de m’équiper de mon carquois et donc de l’ensemble de mes flèches. Je bande d’avance mon arc avec l’une de mes flèches et lâche un sourire.

-Monsieur Van Grugen, je suis maintenant fin prête pour un combat sérieux !

Dans la base de Danny Genovese :

Le grand homme aux yeux jaunes déguste son whisky tout en communiquant dans un escargophone.

-Comment ? Elle a déjà été repérée ?

-Ou… oui Mister Genovese… Mais sans vouloir vous manquer de respect, elle ne peut pas faire grand-chose pour cacher son identité, elle a beaucoup de signe distinctif…

-Je sais Filio… Mais elle vient à peine de débarquer sur l’île. Où en est-elle ?

-Eh bien elle est ressortie indemne du club échangiste, c’est bien la seule à avoir survécu au carnage, puis je n’ai pas trop compris mais elle a pu faire diversion pour quitter le champ de bataille. Mais la connaissant elle ne va pas fuir.

-Le club échangiste ? Mais qu’est-ce qu’elle foutait là-dedans bordel ?

-Vous savez comme elle est… Elle veut découvrir tout ce qu’elle n’a jamais vu ! Devons-nous faire intervenir nos troupes ?

-Mmh non pas tout de suite, ne prenons pas le risque de perdre inutilement des hommes au combat, vous connaissez bien les capacités de Raven. Elle vous surpasse presque tous. Mais tenez-vous prêts et continuez de m’informer régulièrement sur la situation.




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Van Grugen
avatar
Adjudant-Chef

Feuille de personnage
Rang: 5
Expériences:
0/400  (0/400)
Pouvoir(s): Bari Bari no mi
MessageSujet: Re: Le désespoir est la clé de cette réussite - 16   Sam 4 Mar - 5:12

Heee chef, l’Ange vous a mangé le pion.

Pourrais-tu être plus clair s’il te plait?

Avec son arc et des flèches explosives, elle a amoché 40 de nos escla... homme de main. Et je l’ai perdu de vu.

Humm intéressant, elle est passée à l’offensif au final.

Dites aux hommes restants de ramasser le matériel, mais de laisser les cadavres dans la rue.

C’est cool chef.

Je sors le roi blanc de ma poche et me dit qu’il s’agit peut-être d’une bonne prise au final. Après tout ce temps à espérer, à faire des sacrifices. Je regarde la pièce blanche qui fait contraste dans ma main vêtue de noir.

Ne me décevez pas l’Ange.

J’appelle Gini pour avoir l’information que je lui avais demandé.

Grugen a l’appareil, qu’avez-vous trouvé?

Gini parcourt tous les détails de l’épais document avec Van qui écoute avec attention tout en fixant la pièce d’échec dans le creux de sa main. La prise d’information dura deux heures au total. Hans en savait surement plus sur la vie de Raven Caslterouge qu’elle-même. L’homme à l’épaule pointé joue avec la pièce entre ces doigts en écoutant les derniers détails. Je pense à mon prochain coup. Tandis que le terrain est dégagé, je peux désormais jouer des pièces plus importantes comme mes tours.

Donnez ce dossier à la marine dites que cette femme a été repérée dans le royaume. Rajoutez qu’elle a fait un carnage dans le club échangiste de la ville en tuant tout le monde à l’intérieur et à l’extérieur que c’est une criminelle à considérer comme armée et dangereuse.

Bien Hans.

Premier tour joué.

J’appelle par la suite le roi du royaume de Torino.

Bonsoir, Majesté un terrible événement c’est produit ce soir.

Je vous écoute mon cher.

Une criminelle arrivée dernièrement dans votre royaume a fait un carnage dans un bar que vous connaissez bien. Le club échangiste.

C’est bien de savoir tout sur tout le monde.

Je crois qu’elle en a après vous majesté.

Juste ciel, mais pourquoi?

D’après ce que nous savons, il s’agit d’une tueuse expérimentée. Peut-être qu’un contrat plane au-dessus de votre tête.

Mon dieu…

Voulez-vous mon conseil?

Oui, oui, ils ont été très judicieux jusqu’à présent.

Déployer votre armée dans votre royaume.

Mais cela terroriserait-il mon peuple?

Pas si vous la joignez à l’effort marine qui est déjà à sa recherche.Vous obtiendrez la coopération que vous avez souhaiter entre votre puissance et la puissance de la marine. Vos sujets verrons une unification des deux forces dans un but commun. La justice et la capture d'une dangereuse criminel qui tue de sang froid. Tout le monde en ville vous aime et vous soutiendrons. Vous devriez faire un message dans les escargophone de la ville afin de mettre en place votre initiative. Afin de faire passer le message de force contre toutes attaques contre votre royaume.

D’accord, je vais en aviser mon conseiller de guerre. Merci Grugen.

Seconde tour joué. Vous n’aurez bientôt aucune place où vous cacher Miss CastleRouge. Courrez tant que vous le pouvez, mais cela ne changera rien. Je saurais qui est votre employeur. Je vous ferai cracher son nom.


"Tuer une personne et vous êtes un meurtrier
Tuer des masses et vous êtes un dictateur
Tuer tout  monde et vous êtes un dieu
"
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Raven Castelrouge
avatar
Civil

Feuille de personnage
Rang: 5
Expériences:
0/400  (0/400)
Pouvoir(s): Archère
MessageSujet: Re: Le désespoir est la clé de cette réussite - 16   Sam 4 Mar - 17:01



Je m’attelais à quelques derniers ajustement au niveau de mon armure, je vérifié que mes flèches sont bien aiguisées, puis je ressors de l’auberge. En quelques bond je monte sur le toit, histoire d’avoir une meilleure vision du champ de bataille. Le Club Echangiste n’est plus qu’un tas de ruines finissant de se consumer. Les gens se cloîtrent chez eux, j’espère que le combat ne fera pas plus de victimes collatérale. Passant devant le bâtiment enflammé je constate que mes adversaires ne sont plus là, seuls les corps de ceux qui se sont pris mes flèches sont encore sur place. Je saute alors du toit ou je me trouvais, peut-être que l’un d’entre eux est vivant et pourra me dire ou se trouve ce fameux Van Grugen.

Je marche d’un pas tranquille au milieu des corps, cherchant un homme qui respire encore. Je finis par entendre des râles, celui-ci est vivant ! Je m’accroupis alors près d’un homme au visage ensanglanté.


-Bonjour, désolé de t’avoir causé du mal, mais je n’allais pas mourir pour te faire plaisir. Alors si tu veux avoir une petite chance de survie, tu vas devoir me dire où est ton chef ! Je me doute qu’il n’est pas simplement resté dans la Base de la Marine...

-Arrrh… ‘Fectivement… Pas dans la b… base… Mais… Sais pas où… se cache… arrrh...

-Mmmh tu n’as pas l’air d’aller très bien… Avec un peu de soins tu pourras m’en dire plus peut-être ?

Je le prend alors sur mon épaule comme le ferais un ouvrier avec un sac de ciment et je me dirige vers le cabinet de médecine le plus proche. Le médecin nous ouvre la porte terrorisé. Je suis perturbée, j’ai l’impression d’inspirer la peur alors que je fais partie d’une association de justiciers… Les gens ne sont pas très reconnaissants quand-même.

-Bonjour docteur, est-ce que vous pouvez soigner cet homme ? J’aimerais discuter un peu plus avec lui mais il à l’air de trop souffrir pour parler.

Le médecin, toujours l’air apeuré s’exécute, je vais alors m’asseoir dans la salle d’attente, lisant les quelques vieux magazines qu’on peut y trouver. Je passe près de deux heures à attendre quand le médecin vient me chercher, l’homme est dans un état stable. Je suis le médecin et m’approche de mon « protégé »

-Alors, est-ce que tu peux m’en dire un peu plus sur Van Grugen maintenant ?

-Je… Je n’ai pas menti… Je ne sais pas où il se cache. Par contre je peux vous dire un peu l’influence qu’il a. Les pirates de l’île sont tous à ses pieds, on s’est fait entubé par ce mec et on ne peut plus sortir de ce bordel. En plus le Roi de l’île… Il lui donne son entière confiance, pour lui comme c’est la marine, c’est forcément le bien.


-Je vois… Il a beaucoup de cartes entre les mains. Bien, je n’insiste pas plus, bon rétablissement.

Je sort donc du cabinet du médecin, et que vois-je ? Les soldats du rois, déployés dans toute la ville ! Je me mets rapidement à l’abri des regards et j’entends une voix venant du ciel ! Qu’est-ce que c’est ? C’est Dieu qui parle ? Il sait tout, il va pouvoir révéler au peuple que le vrai méchant c’est Van Grugen ! Eh mais… Il dit aux gens que je suis la méchante ! C’est pas vrai je suis une Justicière ! Dieu, je ne crois plus en toi ! Mince, je suis maintenant une criminelle aux yeux de l’entièreté de la population ! Qu’est-ce que je vais faire ? Un homme s’approche alors de moi… Un marine ! Je bande immédiatement mon arc dans sa direction.

-Doucement Mademoiselle Castelrouge je suis heum… De votre côté !

Un sourire apaisé vient se dessiner sur mon visage et je baisse mon arc.

-Vraiment ?!

-Heum… Ou… Oui ! Venez, je vais vous guider vers Van Grugen...

Un allié ! Enfin ! Je suis immédiatement ce nouvel ami, je vais enfin rencontrer l’homme que je dois tuer. Alors qu'on commence à marcher, un coup de feu retentit et il s'effondre ! On a tué mon allié, je point mon arc immédiatement dans la direction d'où vient là balle... Cet homme... C'est un collègue de l'Association des Justiciers ! Que fait-il là ?

-Ne crois pas n'importe qui Raven ! Comme si quelqu'un allait t'aider plus facilement ! Maintenant il va falloir que tu t'efface un peu, les soldats du rois et la marine sont à ta recherche. Tu as entendu les ordres du Roi non ?

Comment ?! C'était pas un message de Dieu ?!

-Mais quoi ? Comment est-ce que tu peux déduire ce genre de choses ? Bref ! Fais toi un peu oublier !

Se faire oublier, comme si c'était facile ! J'ai une mission à accomplir ! Comment vais-je faire pour retrouver ce Van Grugen maintenant. Et si... Et si j'allais parler au roi ? Peut-être que je pourrai lui dire que l'homme en qui il met toute sa confiance est le vrai méchant de l'histoire ! Je fais quelques bonds pour me retrouver sur un toit, et saute de bâtiment en bâtiment en direction du palais royal, mais nul doute que je n'y accéderai pas sens encombres.



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Van Grugen
avatar
Adjudant-Chef

Feuille de personnage
Rang: 5
Expériences:
0/400  (0/400)
Pouvoir(s): Bari Bari no mi
MessageSujet: Re: Le désespoir est la clé de cette réussite - 16   Mer 8 Mar - 13:43

Gini, Blackburn rendez-vous au palais.

Je ferme mon escargophone et j’ouvre une porte secrète. Voilà que je suis dans le palais royal. Je rencontre des gardes à toutes les intersections. Ceux-ci me connaissent et me laissent passer sans problème. Je porte mon regard sur les fresques sur les murs en attendant mes deux subordonnés. L’histoire du pays y était peinte et affichée tableau par tableau. Je prends le temps de regarder ceux-ci. Il y a avait les premiers plans de la ville et l’ébauche des premiers murs de l’enceinte du royaume. Le grand incendie qui avait été causé par un groupe de pirate pyromane. La première révolution où il avait pendu l’ancien roi parce qu’il avait vendu son pays à des pirates parce que c’était à la mode. J’entends des pas sur ma gauche. Je détourne mon regard des peintures et vois le roi actuel qui vient à ma rencontre accompagnée de femme de joie en monokini. Elles ont l’air de bien s’amuser, mais ce genre d’activité me laisse de glace. Je fais une habituelle révérence en plaçant ma main au niveau du ventre.

Relever vous Hans, je vous en pris.

Les filles nous encerclent et essai comme d’habitude de me faire succomber à leurs charmes. L’une me flatte le dos pour finir à l’épaule. L’une se jette carrément sur moi et me regarde avec des yeux de merlan frais et la bouche en cœur. Je porte un regard sur son visage, mais n’y trouve rien d’attirant. Rien aucune réaction chimique ne se produit dans mon cœur et corps. Désoler chérie cela ne marche pas avec moi. Je porte mon regard sur le roi tandis que les petites aguicheuses continues leurs manèges. Le roi me dit :

Comment avance la capture de la criminelle.

Tous nous efforts sont maintenant combinés. Ils ne devraient tarder à la retrouver. Ce n’est qu’une question de temps.

Une des femmes de joie se pend à mon épaule et commence à faire des petits mouvements du bas vers le haut sur mon bras tout en se frottant le sexe sur ma main. C’est complètement dégueulasse, mais ne réagis pas.

Vous faites du bon boulot. Je ne saurais jamais comment vous remercier pour ce que vous avez fait pour ce pays.

Ce n’est rien, je n’ai fait que mon travail.

Non, je suis sincère. Vous avez relancé l’économie du royaume entier. Vous avez démonté le crime organisé qui rongeait l’âme de ce pays. Vous avez monté une armée de soldat avec l’aide de la marine. Celle-ci est la fierté du pays, maintenant. Nous… nous n’avions rien de cela avant. Nous avons de bonnes relations diplomatiques avec les autres iles. Autrefois, il n’y avait que des embargos et des déclarations de guerre. Ce que vous avez fait à grandement fait grandir ce royaume et cela en moins d’un mois. Imaginer, ce que vous pourrez accomplir en restant ici.

Je…

Ne me coupez pas s’il vous plait. Vous avez fait de grandes choses pour ce pays et nous serions honorés d’avoir un tableau de vous en votre honneur. Qu’en pensez-vous?

Moi en peinture parmi l’histoire de ce pays? Je fais une rétrospection de ce que j’ai accompli et je pense que le roi n’a aucune idée du prix que cela à couté pour qu’en arriver là. On ne peut pas bâtir une cité qu’avec du mortier, de la brique et de la bonne volonté. Il y a aussi un prix élevé en vie humaine, mais personne ne veut se salir les mains. Prix dont je n’ai aucun ne remord à dépenser sans compter. Je regarde les tableaux tandis qu’une deux des filles m’embrasse les doigts. Je me demande si je veux que ma tronche s’y trouve, mais pour que les filles finissent leurs manèges je dis :

Oui aucun problème Votre Majesté.

Parfaits, nous verrons après la capture de la criminelle pour vous peindre.

Oui Majesté.

Allez les filles, nous devons laisse l’adjudant-chef faire son travail pour qu’il capture la vilaine criminelle pour lui donner une bonne correction.

Tout en claquant une fesse d’une de ces concubines. Je vais une révérence à son départ et me dit que c’est enfin terminé. Je prends place sur l’un des bancs afin d’observer les tableaux. Une femme de joie en monokini cachée derrière un cadre de porte m’observe en train d’observer les tableaux. Elle se rapproche de moi tranquillement l’air timide. Je la regarde de haut. Elle s’assoit à côté de moi et prend une minute de son temps pour observer les toiles. J’ordonne à un soldat de se rapprocher. Je peux sentir le malaise de voir la femme de joie ainsi vêtue en monokini. Je lui ordonne de me donner son manteau et de retourner à sa garde. Je couvre la jeune femme et me doute de ces intentions. Je lui dis :

C’est le roi qui vous envoie?

Gênée, elle me répond à l’affirmative par un signe de tête. Je me lève et vois de la honte dans le regard de la jeune femme et lui dit :

Je ne suis pas intéressé.

La femme se lève d’un bond et dit :

Je veux être avec vous. Amenez-moi avec vous.

Cela me rappelle quelque chose. Je stoppe net.

/*Flashback quelque part dans les blues*/:
 

Il répond à la jeune femme :

Non, tracez votre chemin avec vos pieds.

Quelque part en ville [Gini]____________________________________

Gini court sur les toits, c’est sa manière à elle d’aller plus rapidement au palais royal en évitant tous les soldats et tous les embouteillages créés par la recherche de la criminelle. Elle repense à sa rencontre avec Hans. L’homme tout maigrichon qui n’avait pas peur d’insulter un capitaine, car il a toujours une longueur d’avance sur tout le monde. Il en viendra à bout de cette tueuse, elle en est sûre. Tandis qu’elle avance sur les toits, elle voit qu’elle n’est plus seule à prendre le même raccourci. C’est peut-être Blackburn ou un soldat qui veille à ce que les toits ne soient pas une autoroute. Elle se rend vite compte que la silhouette est plutôt féminine rien à voir avec ce connard de Blackburn. En plissant les yeux, elle y voit une femme avec un arc. C’est Raven sans aucun doute. Gini pense à l’ordre d’Hans qui lui a demandé de le retrouver au palais royal. Mais Gini ayant la sécurité de son adjudant-chef à coeur pense qu’il serait mieux qu’elle combatte maintenant aux lieux d’avoir à protéger Hans en même  temps.  Confiante, elle cri :

Raven est sur les toits.

Tous les gardes et les marines du coin se retournent. Ils voient la criminelle prise en chasse par Gini. C’est alors qu’elle sorti son arme, une sorte d'éventail gigantesque, et envois une bourrasque, d’une telle une violence qu’on pourrait se croire dans une tempête, dans la direction de Raven afin de la déséquilibré.


"Tuer une personne et vous êtes un meurtrier
Tuer des masses et vous êtes un dictateur
Tuer tout  monde et vous êtes un dieu
"
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Raven Castelrouge
avatar
Civil

Feuille de personnage
Rang: 5
Expériences:
0/400  (0/400)
Pouvoir(s): Archère
MessageSujet: Re: Le désespoir est la clé de cette réussite - 16   Jeu 9 Mar - 18:44

Toujours sur les toits, je poursuis ma route vers le palais du roi. Je saute de maison en maison, j’arrive plus ou moins à la moitié du chemin. Alors que je venais d’atterrir sur la boulangerie j’entends un voix masculine « Elle est l... ». Je coupe la personne dans son élan, en tirant un flèche à quelques centimètres de sa tête (hors de question que je tue des civils innocents) et lui fait signe de se taire. Je quitte le monsieur qui semblait tétanisé et continue ma traversée des toits.

Et voilà, encore un autre obstacle, un marine cette fois ! Il venait de monter sur le toit visiblement. Un sergent d’après ses gallons, si je me souviens bien du moment où j’étais avec cet horrible marine. Il me voit et me tire dessus avec une sorte de bazooka ! Trop obnubilée par ses gallons, je n’avais pas vu son arme. Je tire immédiatement une flèche explosive pour faire exploser le boulet en vol. Un épaisse fumée se déploie alors dans un rayon d’une bonne dizaine de mètres. J’en profite pour tirer une seconde flèche, ayant bien mémorisé sa position, une flèche normale, je ne veux pas tuer ce marine, il ne fait qu’obéir aux ordres. J’entends un cri de douleur à travers la fumée qui commence à se dissiper. Le marine a la flèche plantée dans son épaule. Il me lance un regard noir puis me vise à nouveau avec son arme. Je tire une nouvelle flèche en direction de sa main pour lui faire lâcher son bazooka.

Le marine lâcher son arme et se tient la main, j’en profite pour quitter le toit de ce bâtiment, j’en suis au trois-quart de ma route. Ce n’est plus qu’une question de minute avant d’arriver au palais royal. Une nouvelle voix, féminine cette fois se fait entendre. « Raven est sur les toits ». J’ai été repérée, alors que je me retourne pour voir la femme qui a crié, je ressent une grosse bourrasque qui me fait perdre mon équilibre. Je tombe du toit, mais me rattrape au dernier moment, du bout des doigts.

Je remonte alors, non sans efforts sur le toit, et me tient bien droite, regardant vers mon adversaire. Une femme blonde, aux yeux bleu marine, elle tient dans ses mains une sorte de gigantesque d’éventail, certainement l’arme qui a causé cette bourrasque. Elle a l’air bien plus forte que ceux que j’ai affronté sur cette île jusqu’ici. Je bande mon arc, l’équipant d’une flèche enflammée.

-Que me veux-tu ? Je n’ai pas de temps à perdre

Je n’attend pas spécialement de réponse et je tire ma flèche. Mon but premier avec cette flèche n’est pas forcément de la blesser mais de toucher son éventail afin d’y mettre le feu, après tant mieux si je la touche, ce n’est que du bonus. Toutefois elle provoqua une nouvelle bourrasque avec son espèce d’éventail qui dévia ma flèche. Celle-ci dévia et tomba sur le toit d’un bâtiment proche, qui commença à prendre feu.

-Quelle drôle d’arme...

Pour toute réponse, elle agita puissamment son arme pour créer une lame d’air. J’ai pu l’esquiver à la dernière minute, ressentant une légère coupure sur mon épaule, c’était juste ! Je vais décocher une flèche un peu plus imprévisible, celle qui se divise en deux.

-Doppio Freccia !

Je tire ma flèche qui se sépare en deux dans les airs, l’une se dirige sur un genou et l’autre vers la tête, mais les deux n’attendront pas leur cible, elle les dévie facilement de son arme. La première se plante dans le toit où nous nous trouvons et l’autre s’en va briser une vitre avoisinante.

-Aurais-je donc trouver une adversaire qui peut éviter mes armes… Intéressant.

La technique qu’elle utilisa après m’étonna, elle créa une puissante bourrasque, puis elle monta sur son éventail pour planer, à une vitesse relativement importante, vers moi ! J’essaye de me décaler afin d’éviter un éventuel coup, mais trop tard, elle me percute en plein visage avec son arme, ce qui me fait chuter, puis descend de l’éventail et crée une nouvelle lame d’air, je ne peux pas l’éviter. Mon armure atténue le coup, mais s’ouvre et me coupe relativement profondément au niveau du ventre. Alors qu’elle s’apprête à créer une nouvelle lame d’air je me relève rapidement et déploie mes ailes tranchantes en sa direction. Elle l’évite de justesse en faisant un pas en arrière.

Je me tiens le ventre, je souffre et je saigne mais je ne pense pas que la blessure soit trop grave. Mais pourtant il faut que j’arrive à la toucher, sinon je ne survivrai pas à ce combat. Je vais devoir utiliser les grands moyen, je vais enchaîner deux flèches explosives ! Je décoche rapidement la première flèche.

-Viola Freccia !

La flèche se dirige vers elle, et tandis qu’elle la dévie, j’ai déjà tiré la deuxième, vers le sol cette fois. La première explosion retentit sur un bâtiment proche, ayant été déviée, mais l’autre se fait ici, sur le toit ! Une épaisse fumée se déploie alors, ai-je réussi ? Alors que la fumée commence à se dissiper, mon adversaire n’est plus là ! J’entends sa voix derrière moi, elle a utilisé son éventail pour échapper à l’explosion, elle crée cette fois une très puissante bourrasque, pleines de petites lames d’air. Je me protège le visage mais je ressent de nombreuses coupures sur la surface de mon corps, mon armure et mes vêtements se déchirent. Je suis coupée de partout, qu’est-ce que je peux faire contre cette adversaire… Attendez… Je crois que j’ai trouvé son point faible.

Je me met alors à courir, sautant de bâtiment en bâtiment vers le palais, j’essaye d’aller le plus vite possible pour l’obliger à monter sur son éventail pour me suivre. Une fois arriver sur un bâtiment très proche du palais, je m’arrête et me tourne pour voir ou en est mon adversaire. Elle a fait ce que je pensait, elle se sert de son arme pour me suivre ! Ca y est, elle a perdu.

-Urtica Freccia !

Je tire une flèche enflammée, vers son arme, je vois à son visage qu’elle a compris mon objectif et essaye de descendre de son éventail, mais trop tard, ma flèche enflammée transperce l’éventail qui s’embrase immédiatement.

-Tu ne peux pas créer de bourrasque quand tu es sur ton éventail !

Elle est contrainte d’abandonner son éventail et de se laisser tomber sur le toit. Je tire alors une nouvelle flèche.

-Viola Freccia !

Je ne la vise pas directement, je n’ai pas envie de la tuer, je tire à quelques mètres devant ses pieds, pour faire s’effondrer le toit. Je saute du toit au moment de l’explosion et me met à courir vers le palais, dont l’entrée est certainement sérieusement gardée !


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Van Grugen
avatar
Adjudant-Chef

Feuille de personnage
Rang: 5
Expériences:
0/400  (0/400)
Pouvoir(s): Bari Bari no mi
MessageSujet: Re: Le désespoir est la clé de cette réussite - 16   Sam 11 Mar - 15:48

Je regarde la ville par une fenêtre. J’y entends des explosions et un feu qui commence à se propager sans que personne ne s’y attarde. Les maisons de ce royaume sont faites du seul arbre qui y pousse. L’arbre du nom scientifique Arbribus est très résistant une fois sec, mais il a tendance à être très inflammable. On ne se demande pas pourquoi les pirates qui y étaient venus jadis avaient eu autant de facilité à la bruler une première fois ce royaume. Je regarde attentivement la scène. Celui-ci n’aurait pas pu prendre aussi rapidement. Par effet logique, je constate rapidement que Gini a dû affronter Raven sur son chemin du retour. Je l’appelle via escargotphone, mais rien. Je continue d’admirer le spectacle d’une ville en feu. C’est magnifique. Je suis obnubilé par le spectacle. Comme si j’y étais aspiré par une passion profonde. Mes pupilles se dilatent afin de profiter de chacun des détails des flammes qui consument les maisons de la 49 ième, c’est beau. Le feu éclaire la ville assombrie dans noirceur de la nuit, cela me fascine tellement. Reprends-toi Hans, reprends ton rôle, il y a quelque chose qui cloche. Je sors mon escargotphone.

Unité 9 aller m’éteindre le feu sur la 49 ième rue.

Nous sommes très loin de cet emplacement conseillé, nous sommes à la poursuite de l’Ange.

Je raccroche j’appelle le chef d’unité.

Qui avez-vous envoyé pour éteindre ce feu?

Un feu. Quel feu?

Le feu sur la 49 ième rue.

Je… je..

Vous savez ce qu’il y a sur la 49 ième…

C’est alors qu’une première gigantesque explosion se produit. J’active mon bouclier. Toutes les fenêtres du palais sont soufflées en éclat sauf la mienne. De ces fenêtres est projeté du verre, du shrapnel et d’écharde de bois. Aucun endroit n’est sur pour se cacher, les éclats rebondissent de partout à des vitesses folles. Je sens les vibrations de l’explosion. Puis vient deuxième explosion encore plus puissante. Une boule de feu aux allures que l’on ne voit que dans les pires catastrophes se forme au-dessus de la fabrique touchant ainsi toute la ville par des débris de toute sorte allant de la petite vise au madrier de bois de 100kg. Le feu continue de se propager un peu partout en ville. C’est le chaos. Si j’étais subjugué par le petit incendie du début, maintenant je suis comblé. Le royaume entier est à feu et à sang. Merci, Raven, merci pour ce que tu as fait pour moi. Ce magnifique cadeau, cette vision de destruction. Merci d’être venu sur cette ile.

Mon escargotphone sonne, mais je ne réponds pas. Je profite de l’instant présent à regarder le désastre. Le royaume entier est sous le joug de la catastrophe, j’entends des hurlements partout en ville, douce musique à mes oreilles. Un frisson de plaisir me parcourt l’échine. Ce n’est pas tout, mais il faut ramasser les pots cassés. Je décroche mon escargotphone et reprends mon rôle de conseiller.

Grugen a l’appareil.

Le chef d’unité répond :

Chef, il y a du feu partout, des morts…

Reprenez-vous soldat ce n’est pas le moment de paniquer. Je vais vous dire quand il sera temps. Pour le moment, nous avons du pain sur la planche.

L’homme se reprend et je continue.

Cessez toutes les activités de capture de Raven Castlerouge. Il y a 65.2% des chances qu’elle ai survécu au désastre et si elle y a survécu elle ne doit plus être plus en état de combattre pour le moment. Je veux un rapport combien de troupes disposons-nous encore? Déléguer un homme vigie qui ira au sommet du palais pour faire un contre-rendu des dégâts. Envoyé moi une escorte à cheval pour me prendre au palais. Faites-le vite, faites-le bien.

Oui monsieur.

J’appelle le QG de la marine et j’ai le capitaine à l’escargophone et lui explique ce qu’il s’est passé. Sachant que je suis le plus intelligent de la base. Il attend mes conseils.

Brand le bas de combat. Nous avons un feu à éteindre.

Bien Grugen, je mets à disposions toutes mes troupes. Dites-nous ce dont vous avez de besoins.

Établissez un camp de fortune pour accueillir les blessés et les sans-abri au nord de la ville, il semble n’y avoir presque aucun feu vu d’ici. Soyez prêt à accueillir 15891 personnes…

Voyant mes calcules trop poussé pour le capitaine je corrige :

Pour 20000 personnes.

Bien, nous nous y mettons. Bon travail Grugen.

Je raccroche et le roi encore sonné de l’explosion m’interpelle dans le corridor suivi d’une femme de joie et me demande :

Mais que ce passe-t-il?

Je réponds calme :

La fabrique de poudre monsieur. Elle a explosé.

Juste ciel.

Mon dieu… répond la femme de joie dit-elle en regardant avec terreur le ciel rouge habillé de son monokini et le manteau de garde.

Nous avons commencé les préparatifs pour sauver le plus de gens possible.

Le roi est pris de panique.

Mais il n’y a rien à sauver. Tous ces gens sont morts. Il n’y a aucune chance, que l’on s’en sorte. Vous avez vu.

Majesté…

Non, vous allez m’écouter. Vous êtes intelligent, mais vous avez bien une limite de compréhension. Nous ne pouvons pas nous relever d’un coup pareil. Sauvez-moi en premier. Le royaume est perdu, mais il y a une chance de me sau…

C’est alors que la femme de joie décoche une bonne directe du droit qui balance le roi par l’arrière. Le roi surpris reste bouche bée.

Tout comme Grugen, je continue de croire en l’espoir.

Elle me regarde et me dit :

Je commence à tracer mon chemin avec mes pieds.

Satisfait d’avoir pu trouver le désespoir dans un roi apeuré et une femme de joie qui a plus de courage qu’un roi. J’invite celle-ci à venir me rejoindre et laisse le roi à lui-même dans son royaume perdu en flamme.

Mon escargophone sonne c’est le chef d’unité :

Il nous reste encore des troupes un peu partout en ville.

Envoyer la moitié de vos hommes contrôler l’incendie et l’autre moitié à la recherche survivants. Je ne veux plus aucune personne dans sa maison. Nous ne savons pas comment cet incendie va réagir. La marine est en train d’établir un camp de réfugiés au nord envoyer les là-bas. Tous les hommes capables d’aider à recherche de survivant seront conscrits à cette tâche. Faites-le vite, faites-le bien.


"Tuer une personne et vous êtes un meurtrier
Tuer des masses et vous êtes un dictateur
Tuer tout  monde et vous êtes un dieu
"
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Raven Castelrouge
avatar
Civil

Feuille de personnage
Rang: 5
Expériences:
0/400  (0/400)
Pouvoir(s): Archère
MessageSujet: Re: Le désespoir est la clé de cette réussite - 16   Sam 11 Mar - 17:11

Ce n'est qu'une question de minutes avant d'atteindre ce fameux palais. Mais je m'interrompis dans ma course. Trop concentrée sur ma mission, je ne me suis pas rendu compte du carnage qui se déployait alors dans la ville : Un violent incendie se propageait à une vitesse folle... Des cris retentissaient de partout... Non... Ce serait à cause de mes flèches ? Ce serait de ma faute ? Non... Je ne voulais pas... Je ne faisais que me défendre ! J'étais désamparée devant cet horrible spectale... J'en laissai tomber mon arc, me modrillant la lèvre inférieure, je sentais des larmes monter jusqu'à mes yeux.

J'entends alors une violente explosion... Une deuxième ! Des débris tombent de partout, qu'est-ce que je vais faire... C'est vraiment de ma faute tout ça ? Peut-être mais il ne faut pas que je reste ici... Je peux peut-être rattraper mes erreurs. Je ramasse alors mon arc et l'accroche à mon dos.

Je m'apprête à reprendre ma course vers le palais quand mon regard est attiré vers un enfant. Une énorme poutre va s'abattre sur ce gosse ! Je n'hésite pas une seule seconde et sprinte vers l'enfant, je parviens à le prendre de justesse dans mes bras, juste avant que la poutre s'effondre sur le sol dans un violent fracas. Le petit garçon est en larme, je cours le plus vite possible vers le palais... J'ai une mission à accomplir mais... Il y a des gens à sauver, et ce marine à beau être méchant ou corrompu, il va être obligé d'intervenir pour garder son statut. Pouvons-nous temporairement  allier nos forces ?

Dans ma courses je croises les gardes du palais qui font le chemin inverse pour aller apporter leur secours à la population certainement, certains ne me voient pas, d'autres se tournent mais n'ose pas tirer en voyant que je suis avec un enfant.

-C... C'est l'ange !

J'arrive à la porte du palais, je m'arrête :

-VAN GRUGEN ! C'EST MOI, RAVEN ! TU VOIS CETTE HORREUR DEHORS ? PEUT-ÊTRE QUE J'EN SUIS RESPONSABLE. MAIS SI TU NE M'AVAIS PAS ENVOYÉ CETTE FEMME, ON EN SERAIT PAS LÀ!  ALLIONS-NOUS POUR ARRÊTER CETTE MASCARADE ! TU PEUX ESSAYER DE M'ELIMINER APRÈ, MAIS LAISSE MOI SAUVER CES GENS !

Je reprends ensuite mon souffle après cette course et ce discours que j'ai crié.Je confie le gamin à u garde, complètement bloqué par mes paroles, je sens qu'ils ne savent pas s'ils doivent m'attaquer ou pas, il m'entourent en pointant leur armes vers moi, silenceusement



Dans la base de Danny Genovese

L'homme aux yeux jaunes est en pleine conversation à l'escargophone, son verre de whisky est renversé,  tremble, ses yeux son écarquillé... Il semble terrifié.

-C... Co... Comment Padrino ?

-Vous m'avez très bien compris, Genovese... La filiale de South Blue est démantelée... Vous ne faite plus partie de la Costa Nostra, vous et vos hommes.

-N...non laissez moi une autre chance ! Je ne vous décevrai plus !

-Vous avez eu assez de chances Genovese. Le carnage qui a lieu à Torino va faire trop de bruit... Vous avez très mal géré la situation. Prenez toutes les responsabilités sans inculper notre organisation, sinon vous connaissez les conséquences. Au revoie Genovese.

La communication s'arrêta là. Danny semblait dévasté, il attrapa son verre et le balança contre le mur.

-MERDE !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Le désespoir est la clé de cette réussite - 16   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le désespoir est la clé de cette réussite - 16
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Mais qu'est-on allé faire dans cette galère ?
» Cette accalmie m'inquiète.
» quel est cette objet
» quelle est cette décoration militaire ?
» Devine d'où vient cette image?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Shin Jidai :: Les mers :: Les Blues :: South Blue :: Royaume de Torino-
Sauter vers: