lienlien

N'oubliez pas de voter tous les deux heures!


Une nouvelle histoire, une nouvelle vague... Quelle sera votre voie?
 

Partagez | 
 

 La seule chose que nous apprend la mort, est qu'il est urgent d'aimer. [Finish]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fondateur
avatar

Feuille de personnage
Rang: 16
Expériences:
1500/1500  (1500/1500)
Pouvoir(s):
MessageSujet: La seule chose que nous apprend la mort, est qu'il est urgent d'aimer. [Finish]   Mar 24 Jan - 23:00

Cela  faisait maintenant quelques jours que Gareth et moi étions sur Grand Line et plus précisément sur l’île de Saibhreas. Vous vous demandez très certainement pourquoi nous nous trouvions sur Grand Line? C’était simple, un navire marchant partait de l’île d’Orange Town afin d’aller y livrer ses oranges, logique me direz-vous et Gareth avait très envie d’y aller et comme j’ai un très grand cœur, je n’ai pas eu choix que de lui faire plaisir. Pour tout vous dire, je me fichais complètement d’où est-ce qu’on allait. Nous avions les moyens de nous payer des voyages ainsi et nous ne mangerions pas dans les poubelles et nous avions assez pour nous loger. Et pas dans une petite auberge toute miteuse où les lits étaient directement sur le sol et qu’on ignorait si les draps étaient lavés entre chaque client. Le genre de petit endroit miteux qui sent la pisse de chat et la sueur et où la nourriture semble être avariée. Bref, vous comprendrez que j’ai longtemps vécu dans ce genre d’endroit, mais maintenant, il m’était possible de faire autrement. Enfin, je vais m’arrêter ici puisque la ville où nous nous trouvions, Máthair la cité,  ne semblait pas du tout être de ce genre. J’avais seulement l’impression d’être retournée à l’époque des chevaliers ce qui semblait toujours les cas ici. Il y avait des hommes en armure, des femmes dans de belles robes alors qu’il y avait les citadins plus ordinaires avec de simples vêtements et qui semblaient être majoritaires en ces lieux. Bref, Gareth et moi faisions très contraste avec nos vêtements sombres parmi cette foule de gens. Et pour tout vous dire, je n’avais pas vu une seule fois une personne se plaindre de ses conditions. Ils arboraient tous un grand sourire au visage et leurs yeux brillaient d’amusement et de joie. Peut-être était-ce dû à cette journée spéciale?

Des festivités avaient été organisées afin d’amuser le peuple par le grand roi Hurtar. Festivité où la plupart des hommes avaient droit de participer. Les femmes avaient le droit de regarder et d’observer leur champion, ce que je ne comprenais pas. Enfin, il s’agissait là d’une tout autre façon de vivre que je ne puisse me permettre de juger, bien que je savais un peu ce qui en était, puisque toute jeune, je devais être la gentille et parfaite petite fille qui ne devait rien faire d’autre que d’observer et avoir de bonnes manières. Nous nous étions joints à la foule d’un commun accord afin de nous rendre sur les lieux des festivités. On nous remit un petit dépliant expliquant les activités de la journée. La première journée était consacrée à la joute, la seconde au tir à l’arc et la dernière aux épreuves d’escrimes. Tous les hommes avaient la possibilité de participer même les visiteurs. Et à la fin de chaque journée, un grand repas était organisé sur la place publique où tout le monde était invité à venir manger, boire et danser. Ce que je n’allais très certainement pas faire, mais encore une fois, je faisais plaisir à Gareth…

Maintenant que le contexte de notre voyage était maintenant mis en place, revenons au moment présent.


- Je crois que je vais aller m’inscrire pour l’escrime! Il accepte tous genres d’épéiste.
- Fais donc, de toute façon moi j’ai le droit que de regarder parce qu’on sait bien qu’une femme ne sait pas faire la même chose qu’un homme! Sois belle et tais-toi! Ça devrait être leur phrase d’accroche dans leur dépliant…

Je sentis à ce moment quelques regards se tourner vers moi et une grande main taper l’arrière de ma tête.

- Kassi! Ça ne se dit pas! Nous ne venons pas d’ici et tu n’as pas le droit de juger leur façon de vivre!
- Oh que oui je vais juger alors ne me dit pas quoi faire, sinon tu sais très bien que je vais faire tout sauf me taire. Je ne suis pas de ce genre et tu le sais bien. J’ai la langue bien pendue et c’est ce qui fait mon charme. Alors, je sais que je pourrais très bien étaler la moitié de ces chevaliers en armure en ayant que ma simple tenue…
- (rire) Simple tenue? Ne vient pas me tire que tu n’utiliserais pas ton pouvoir?
- (Petit sourire en coin) Il n’est écrit nulle part qu’il s’agit de tricherie. J’utilise ce que je peux.

Nous poursuivons notre chemin nous frayant ainsi notre chemin jusqu’aux inscriptions où une file gigantesque était déjà présence. Un gros soupir s’échappa d’entre mes lèvres. S’il espérait que j’attende avec lui, il se mettait alors le doigt dans l’œil.

« Bon, écoute, va t’inscrire et moi je vais fouiner et étudier les lieux. »

Il ne me répondit pas. J’avais l’habitude de faire cela, pour ma propre sécurité si jamais quelque chose devait nous arriver. Il nous fallait un endroit où fuir. Je m’éclipsai alors m’éloignant de l’attroupement et m’aventurer dans les réseaux sombres de la ville. Bon étant donné que tout le monde était présent aux festivités, il n’y avait pratiquement pas un chat en ville. Je marchai un moment avant de sentir une main s’accrocher à mon poignet. Je me retournai vivement et remarquai un homme d’une grande stature qui me regardait. Enfin, ce n’était pas qu’un simple homme. Il s’agissait là très certainement d’un homme poisson au corps musculeux. Je l’observai un moment assez surprise par ces muscles saillants et ses pectoraux bien formés… Je secouai vivement la tête, mais à quoi je pensais moi?! Je ne l’avais même pas entendu me suivre et il avait pu s’approcher de moi aussi facilement. Je tentai de me défaire de son emprise, mais je vis les veines de son bras saillirent de son avant-bras m’empêchant ainsi de m’éloigner.

« Combien? »

Je clignai des yeux plusieurs fois, sans réellement comprendre sa question.

« Combien quoi? Parce que si je ne sais pas précisément ce que vous me voulez, je ne peux pas vous dire. Et puis, commencez d’abord par lâcher mon bras, parce qu’à ce moment je pourrai vous dire combien de coups je devrai vous donner en guise de châtiment! »

Bon, l’accent bourgeois refaisait surface. Vous aurez remarqué que je parlais ainsi seulement à ceux que je ne bernais pas ou ceux que je ne connaissais pas. Donc si je ne vous aime pas, je risque de vous parler de cette façon hautaine. Enfin, je remarque un sourire carnassier qui s’affiche sur le visage de cet homme-requin.

- Avec une dégaine comme la tienne on croirait que tes une pute.
- Oh, dommage pour toi alors, je ne le suis pas! Alors maintenant, lâchez-moi, sinon je devrai utiliser les grands moyens et je ne veux pas m’attirer des problèmes.

Il plisse les yeux et desserre sa poigne sans pour autant me laisser libre.

- On ne se serait pas croisé quelque part? Ton visage me semble être du déjà vu.
- Peut-être qui sait, mais ta tête ne me dit rien par contre, t’as vu, quelqu’un qui arrive?

Je pointe derrière lui et il se retourne très certainement par réflexe. Je profite alors de ce moment d’inattention pour ne former qu’un pique de diamant à mon bras. Je tire alors fortement sur ce dernier et je le sens glisser de sa main. Je fais genre de secouer mon bras comme si cela m’avait fait mal et je m’éloigne de ce dernier sans même le saluer. Heureusement, il ne me pourchasse pas, mais je sens son regard pesant sur mon dos et pas que mon dos. Je frissonne de dégoût et me dépêche de m’éloigner tout en attendant son rire derrière moi. Beurk beurk beurk beurk! Et moi qui me suis presque laissé séduire par ses muscles… Je secoue la tête rapidement et j’essaie de rejoindre mon compagnon préférant ne plus m’éloigner de ce dernier. Je ne voulais pas risquer de me faire arrêter à nouveau par je ne sais trop quel personnage qui me demanderait encore combien mes services coûtaient. Je retrouve rapidement mon chemin et cherche rapidement mon compagnon parmi la foule. Il semble aussi m’attendre et lorsque nos regards se croisent, des sourires se dessinent sur nos lèvres. Je me dépêche de le rejoindre et me jette dans ses bras comme une gamine.

« GAREEETH!! Ne me laisse plus m’éloigner seule… y’a des gens étranges! »

Il éclate de rire et me donne quelques tapes réconfortantes dans mon dos et nous partons vers les estrades afin d’assister aux premières épreuves.


Dernière édition par Kassidia Nadaho le Lun 6 Mar - 17:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://op-shinjidai.forumgratuit.co
Fondateur
avatar

Feuille de personnage
Rang: 16
Expériences:
1500/1500  (1500/1500)
Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: La seule chose que nous apprend la mort, est qu'il est urgent d'aimer. [Finish]   Ven 27 Jan - 22:22

Nous nous étions installés dans les estrades afin d'observer les joutes qui avaient déjà débuté. J’avais beau regarder attentivement, je ne comprenais pas le principe de la chose. Et je ne vais pas m'attarder à vous décrire les moindres faits et gestes des participants parce qu'il n'y avait rien à dire. Il y avait des chevaux, des hommes en armure et des lances… ouuuh que ce fût passionnant et exceptionnel! J'en étais toute excitée! Je ne tenais plus en place. Je regardai à ce moment Gareth qui semblait apprécier le spectacle et qui se joignait à la foule acclamant ainsi les participants. Bon, je ne pourrai pas partir ici de si tôt. Je roulais légèrement des yeux et poussai un soupir. J'en profitai pour observer les gens qui se trouvaient en ces lieux, mais personne ne semblait attirer un peu plus mon attention si ce n’était pas de mes réactions de dégoût à tous ceux qui ne croyaient pas être vus alors qu’ils se récuraient joyeusement le nez. Enfin faux, une silhouette attira mon attention et d’ailleurs ils n’étaient pas seuls. L’homme poisson qui m'avait prise pour une prostituée était assis dans les estrades opposées au mien. Il n’était pas seul. À ses côtés se tenait une autre personne d'une plus petite stature toute vêtue de noir. De l'autre côté se tenait une femme. Du moins, c’est ce que je croyais. Il y avait quand même une bonne distance entre nous, mais j'avais tout de même l’impression d’être observée par le requin puisque lorsque je le regardai, j’avais le sentiment que ses yeux étaient posés sur le mien. Je crus même apercevoir un sourire.

Les joutes se poursuivirent encore un moment jusqu’à proclamer notre champion ultime de la journée. Les applaudissements retentirent le félicitant pour ses belles performances puis quand il reçut son prix, les gens furent invités à rejoindre le reste des festivités. Je me levai doucement tout en prenant le temps de m’étirer de tout mon long. C’était ennuyant, enfin, je m’ennuyais. Cela manquait d’action et d’un peu plus de sang… Je me surpris même à regarder en direction du requin, mais il n’était déjà plus là ainsi que ses acolytes. Je me surpris à être déçue un certain moment puis je secouai la tête et finis par suivre les autres afin de quitter cet endroit. Gareth se mit alors à mes côtés et je le regardai un moment avant qu’il ne fasse de même. Il me sourit à pleine dent et déposa sa main imposante sur ma tête.


« Ne tire pas cette tête, Kassidia, je sais que tu fais ça pour me faire plaisir, mais si tu ne te sens vraiment pas à l’aise parmi tous ses gens, nous pouvons ne pas y retourner. »

Je secouai la tête, refusant ainsi sa proposition. Je décidais toujours tout, il laissait toujours ses besoins passer après les miens. Bon, j’étais assez têtue comme fille et j’aimais que cela fonctionne à ma manière. Même s’il se considérait comme mon bouclier, il était tout un être humain avec des sentiments et avec la capacité de raisonné. Et même si je ne souhaitais pas le laisser partir loin de moi par pur égoïsme, je le considérais comme un ami. Le seul et véritable ami qui m’avait été donné de croiser dans ma vie. Bon je n’allais pas aller vers le sentimental puisque ce n’était absolument pas mon genre. Après tout, j’étais celle qui refusait tout amour et toute compassion. Je ne me faisais toujours pas à l’idée d’avoir un ami, alors bon.

Pour ce qui était du reste de la soirée, cela se passa calmement. Nous avions mangé jusqu’à ne plus savoir marcher et Gareth était parti boire avec d’autres hommes qui l’avaient invité afin de discuter avec ce dernier sur ses origines puisqu’on ne peut pas nié qu’il était bien impressionnant de taille et de carrure. Pour ma part, je m’étais faite toute petite au bout d’une table où il n’y avait personne autour. J’avais le coude appuyé sur cette dernière observant ainsi le faux géant qui s’amusait de son côté et je sentis alors le banc vibré à mes côtés ainsi qu’une présence. Je retournai la tête afin de voir, qui avait osé prendre, siège à mes côtés.


- Désolée, cette place est…
- Prise?  Haha, ne me fait pas rire, on voit bien que tu es seul et que ton plan cul t’as laissé de côté! Tu peux venir avec moi si tu veux.
- Pardon…Encore toi!

Et oui, il s’agissait du requin qui m’avait interpellée un peu plus tôt. Je ne sais pas si c’était le fait de le voir à mes côtés qui m’horripila ou bien la façon dont il avait traité Gareth. Quoi que je croie que c’était le fait qu’il croyait toujours avoir une chance avec moi. Je me retourne alors vers lui avec un sourire en coin, mais qui voulait lui dire d’arrêter de la prendre une pour une conne.

- On va mettre les choses au clair. Tu ne m’intéresses pas, comme il ne m’intéresse pas. Même s’il s’agissait d’une seule nuit, jamais de la vie. Il s’agit de mon ami et rien de plus. Nous sommes compagnons de voyage et puis je m’ai rien à te justifier. Je ne sais pas même pas qui tu es.

- Et pourtant… tu devrais. Les intimes peuvent m’appeler Jaws, alors que pour le reste, je suis Jason Voorhee. Je suis le second d’un équipage pourtant bien célèbre.

Son visage prit un air quelque peu terrifiant et il s’approcha de mon oreille pour y murmurer ses quelques mots.

« Mon capitaine est un empereur pirate et si je suis ici à tes côtés c’est pour te donner rendez-vous pas avec moi, pas avec mon capitaine, avec un homme qui est aussi membre de cet équipage et que tu connais. »

Je recule ma tête rapidement, ne comprenant pas ce qui se passait. De qui s’agissait-il. Qui était cette personne qui souhaitait me donner un rendez-vous et que je connaissais. Oui, vous pouvez remarquer que le fait de me trouver à côté d’une personne faisant partie de l’équipage d’un empereur pirate ne me dérangeait guère. Je n’étais pas idiote. Je n’allais pas lui sauter dessus en lui disant que j’étais maintenant une chasseuse de prime. Même si je pouvais profiter de l’élément de surprise, il m’était impossible avec mes compétences actuelles de le défier. Il me fallait beaucoup apprendre encore et pour le moment, ce n’était pas ce qui m’importait le plus. Je n’étais pas à la recherche du one piece, je ne cherchais pas à combattre le gouvernement, je ne suis pas plus marine et je ne cherche pas à capturer tous les méchants du monde. Je ne suis pas un ange et encore moins quelqu’un de pur. J’avais tué pour me défendre, par obligation, par simple plaisir. Contrairement à plusieurs, je n’avais pas d’objectif dans la vie qui m’obligerait à progresser. Je ne cherchais pas à me battre contre les plus grosses têtes primées. Je tenais à ma vie. Enfin, un mouvement me fit sortir de mes pensées et Jason sortit quelque chose de son côté opposé à moi et il s’agissait d’une robe longue rappelant celle d’ici. Je penchai légèrement la tête sur le côté cherchant à comprendre la raison de cette dernière.

- Demain, porte cette robe. Ce sera le signal pour nous dire que tu souhaites le rencontrer. Tu peux aussi refuser, mais tu ne pourras jamais lui parler, même si tu venais à savoir qui il était. C’est ta seule chance.

Il déposa la robe devant moi et se leva de son siège. Je le regardai s’éloigner un moment observant son dos musclé et son derrière bien moulé dans son pantalon. Dommage qu’il soit un homme poisson… Enfin, faux, dommage que son visage ne me donne pas confiance. Parce que je n’étais pas raciste loin de là, j’avais simplement des préférences… Bon, bref de bavardage! Je ne souhaitais pas que Gareth me voie avec cela en main et encore moins qu’il ne me pose plein de questions. Après tout, je n’avais pas été faire les boutiques seules et encore moins pour m’acheter une robe. Je me devais d’aller la cacher jusqu’au lendemain, du moins. Pour cela, je quittai le lieu de festivité afin de me diriger vers l’auberge qui nous servait de demeure temporaire pendant que nous étions ici. Je cachai la robe dans un placard où il ne regarderait pas et je pris le temps de prendre un bon bain sachant qu’il ne rentrerait pas de si tôt. Tout ce que je devais faire, c’était de réfléchir à cette proposition…
Revenir en haut Aller en bas
http://op-shinjidai.forumgratuit.co
Fondateur
avatar

Feuille de personnage
Rang: 16
Expériences:
1500/1500  (1500/1500)
Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: La seule chose que nous apprend la mort, est qu'il est urgent d'aimer. [Finish]   Sam 28 Jan - 20:16

Gareth avait festoyé une bonne partie de la nuit et était resté aussi longtemps que possible avec ses compagnons de beuverie. Pour tout vous dire, il avait complètement oublié la présence de Kassidia, ce qui n’était pas réellement mauvais. Pour une fois, qu’il se permettait de se laisser aller en sa présence sans avoir doit à une remontrance ou même à être repoussé, car si ce n’était que de lui, ça ferait longtemps qu’il l’aurait fait sienne. Enfin, ce n’était pas tout cela, mais toute bonne chose avait une fin. Gareth n’était pas ivre, mais il était pompette comme diraient certaines personnes. Il se sentait réchauffer et joyeux. Il avait envie de rire de danser et de chanter, enfin, presque, mais vous comprenez son état actuel. Même son corps semblait en quelque sorte engourdi et ses sens étaient altérés par l’alcool. Il eut quelque problème pour retourner à l’auberge, mais il réussit tout de même à retrouver sa destination. Une fois à l’auberge, il tenta de faire le moins de bruit possible, mais est-ce que vous pensez réellement qu’un bonhomme de 3m10 ne fait pas de bruit sur de pauvres escaliers en bois? FAUX. Chaque pas qu’il faisait était accompagné d’un grincement strident qui faisait penser à une souris qui ne cessait de faire des « Squick, squick ». Heureusement, personne ne fut réveillé par le bruit et il réussit à se rendre jusqu’à sa chambre qu’il ouvrit doucement. Il se pencha afin d’y entrer et remarqua que Kassidia était allongée sur le dos. Il retira bien vite son accoutrement ne gardant que son pantalon en lin noir et s’allongea à ses côtés. Bon, le lit n’avait pas réellement été conçu pour quelqu’un de sa taille, puisqu’il y avait au moins un bon mètre qui dépassait de ses jambes. Heureusement, ils avaient approché le divan qui se trouvait dans le coin afin de faire une extension pour ces dernières. Sinon, bonjour les maux de jambes! Il se permit un dernier coup d’œil à sa compagne aux cheveux blancs et celle-ci se tourna doucement dans son sommeil pour se mettre dos à lui. L’envie de se tourner vers elle et de la prendre dans ses bras lui trotta un moment dans la tête, mais il s’abstint. À quoi bon intensifier la douleur?

_______________________________________________________________

Je n’avais pas réussi à trouver le sommeil. Pour tout vous dire, cet inconnu qui souhaitait me rencontrer ne cessa de tourmenter mon esprit. Qui était-il? Que me voulait-il? Comment avait-il su que j’étais ici? M’avait-il suivie jusqu’ici ou était-ce simplement le plus grand des hasards? Cela pouvait être n’importe qui et pour tout vous dire, je ne gardais que très peu de bons souvenirs de mes anciennes relations. Je ne  parle pas ici de relation amoureuse, mais bien humaine. Le requin aurait très bien pu me mentir aussi sur son identité et sur son appartenance. Cela pourrait très bien être un ancien marine qui ne cherchait qu’à me faire du tort puisque je savais beaucoup de chose sur certains de leur petit jeu et trafic. Enfin et comment expliquer tout cela à Gareth? Je m’étais mis dos à ce dernier alors qu’il venait tout juste de s’allonger à mes côtés et je tentai de trouver le sommeil.

Le lendemain matin, je me réveillai après Gareth qui semblait déjà s’être nettoyé et habillé. Pour ma part, j’étais toujours vêtue de ma combinaison même la nuit. S’il arrivait quoi que ce soit, j’étais prête à réagir et puis je n’aimais pas réellement dormir à moitié nu de Gareth surtout que je connaissais ses sentiments envers moi et étant son amie, je ne souhaitais pas le troubler davantage. Déjà que de partager le même lit que moi devait lui être difficile. Pour ma part, si je devais dormir dans le même lit que l’homme que j’aimerais (ce qui n’arrivera pas de si tôt) je ne vous garantis pas que je resterai sage. Alors, je levai mon chapeau à Gareth qui était capable de se contrôler. Je m’assois dans le lit et le regarde un peu hébéter. Je n’avais vraiment pas bien dormit voir trop peu et c’est moi qui semblais avoir une gueule de bois. J’avais une telle migraine!


« Pars en premier. Je vais me préparer et te rejoindre. »

Il ne chercha pas à m’attendre plus longtemps puisque nous nous étions réveillés en fin d’avant-midi. Le tournoi de tir allait bientôt commencer et le guerrier ne souhaitait pas rater une seule seconde. Pour ma part, je me devais de réfléchir encore un moment. Pour tout vous dire, ma décision était déjà prise.
Une fois prête, je me dirigeai aussitôt au même endroit qu’hier. Le terrain avait été préparé afin d’accueillir les archers ainsi que leur cible de façon à ce que personne ne soit atteint par accident. Même le périmètre à l’arrière avait été sécurisé afin que personne ne puisse y passer par mégarde. Bref, je rejoins rapidement mon compagnon.


_______________________________________________________________

Gareth observa la demoiselle qui prit place auprès de lui. Pour tout vous dire, il ne l’avait pas reconnu en premier lieu parce qu’il ne l’avait jamais vu vêtu de cette façon. Il ne l’avait vu que dans sa combinaison moulante noire. Là, elle était tout simplement magnifique dans ses longues robes médiévales rouge et noir tressées à l’avant avec de longues manches. Ses cheveux étaient légèrement bouclés, mais sans trop de fioritures. Elle était juste parfaite. Leurs regards se croisèrent et il n’eut droit qu’à un sourire gêné. Il savait que si elle était vêtue ainsi ce n’était pas pour une raison quelconque. Il connaissait trop bien la femme pour se douter qu’elle portait cela pour le plaisir. Enfin, il savait que même s’il questionnait, il n’obtiendrait aucune réponse. Il attrapa simplement la main de sa compagne et y déposa un baiser sur le dessus de sa main.

- Tu es magnifique, Kassidia. J’espère que vêtu ainsi, tu m’accorderas une danse cette fois-ci.

Pour toute réponse il n’eut droit qu’à une grimace de la part de la jeune femme. Gareth sentit son cœur se réchauffer et il éclata de rire.

_______________________________________________________________

Tssss quel idiot ce Gareth! Il savait que cela me gênait plus qu’autre chose et tout ce qu’il avait trouvé à dire c’était des compliments! La dernière fois que j’avais porté une robe, j’étais âgée de 14 ans, soit plus d’une dizaine. Enfin, je portai alors mon attention sur les champions qui se tenait au centre et je remarquai une silhouette qui me semblait familière. Du moins, que j’avais cru apercevoir plus tôt. Enfin, c’était impossible puisque la personne que je croyais voir était une femme et les femmes n’avaient pas le droit de participer au tournoi. Bon, je continuai de regarder le tournoi en trouvant cette personne bien habile de son arc puisqu’il ne manquait aucune cible. Il était très doué et même lorsqu’il s’agissait de mettre une flèche dans le milieu, chaque flèche se fichait dans la queue de l’autre séparant ainsi à chaque fois la tige de celle-ci en deux. Comme la première journée, le tournoi se termina rapidement, mais notre héros de la journée prit la récompense qui lui était due, mais refusa d’être fêtée comme il se devait d’être et disparue rapidement de la foule. Étrange, mais je ne m’en fis pas. J’avais d’autres chats à fouetter de mon côté et mon rendez-vous était bien plus important que le reste. À vrai dire, nous mangeâmes Gareth et moi puis vint finalement le temps de danser et de boire. Gareth se leva à mes côtés et m’offrit sa main tout en faisant une légère courbette vers l’avant.

- Madame…

J’attrapai sa main tant en lui souriant légèrement et nous nous joignons au reste des danseurs qui tourbillonnaient tous en ce suivant. Nous fîmes une première danse ainsi puis les musiciens mirent quelque chose de plus lent qui incitait ainsi les couples de danseurs à se rapprocher. Alors que les autres se rapprochèrent, moi pour ma part, je vis Jaws qui attendait patiemment à côté de Gareth. Ce dernier le remarqua aussi et se demandait ce qui se passait.

- Puis-je danser avec la demoiselle?
- Heu... bien sûr. Si elle le veut bien, bien sûr.
- C’est bon Gareth.

Je saluai alors mon nouveau partenaire de danse soulevant légèrement ma robe de chaque côté de moi tout en penchant mon buste vers l’avant ainsi que ma tête. Puis, il m’attrapa contre lui sans me laisser une chance et je dus vite m’adapter à lui puisqu’il menait la danse. Pour un pirate, il savait bien danser ou était-ce simplement moi qui n’avais pas pratiqué aussi souvent que ma famille l’aurait espéré.

- Je croyais que mon rendez-vous n’était pas avec toi.
- C’est toujours le cas, nous voulions simplement nous assurer que tu étais prête et que tu ne reculerais pas.
- Si j’avais l’intention de reculer, je ne me serais pas ridiculisée ainsi.
- (Rire) Oh et pourtant, cela te va à ravir!

Alors que nous dansions, il nous avait dirigés aisément et sans que je m’en aperçoive à l’autre bout de la piste là où semblait patienter deux personnes. Une femme ainsi que la seconde silhouette qui se cachait sous son capuchon sombre. Nous nous arrêtâmes de danser et ce dernier leva doucement la tête me laissant ainsi voir son visage. Il avait également un cache-œil laissant voir un magnifique œil bleu... Sa peau était blanche et un sourire qui ne me faisait ni chaud ni froid arborait son visage. Je le fixai encore un moment puis il retira son capuchon me laissant voir une chevelure aussi blanche que la mienne. Je reculai de quelques pas mettant une main contre ma bouche alors que la seconde tentait d’attraper sa main.

- Nora?
Revenir en haut Aller en bas
http://op-shinjidai.forumgratuit.co
Fondateur
avatar

Feuille de personnage
Rang: 16
Expériences:
1500/1500  (1500/1500)
Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: La seule chose que nous apprend la mort, est qu'il est urgent d'aimer. [Finish]   Jeu 9 Fév - 3:38

- Nora, est-ce bien toi?

Bon, je posais la question sachant très bien qu’il s’agissait de Noraku. Il ne fallait pas être idiot pour comprendre que nous venions tous les deux de la même famille et même encore, que nous étions peut-être jumeaux. Oui, je vous le dis, cet homme qui se tenait devant moi et qui me surplombait de plusieurs centimètres était bel et bien mon frère. Frère qui avait disparu de ma vie et qui avait été sauvé par mes parents alors que moi, ils m’ont laissé seuls m’arranger avec mes problèmes. Je ne sais pas dire, si je lui en veux de toujours avoir tout eu leur attention, mais en même temps, était-ce vraiment de l’amour? Nous aimaient-ils vraiment parce que nous étions leurs enfants chéris? Ou nous aimaient-ils parce que nous représentions une source de revenu futur. Nora en reprenant la relève et en permettant à mes parents de se la couler douce et moi parce qu’ils m’auraient très certainement trouvé un prétendant  qu’il m’aurait obligée à marier et qui aurait très certainement lié nos deux familles. Après tout, il ne m’aurait pas donnée à n’importe qui. Tout n’était que bénéfice et argent pour eux. Ils n’avaient jamais été là pour s’occuper de nous et même encore, je me tenais devant mon frère et cela ne me faisait ni chaud ni froid. Il était une simple connaissance pour moi puisque les jeux entre nous ne nous avaient jamais été autorisés. Nous avions été séparés de naissance et même si nous faisions partie de la même famille nous étions déjà d’une classe sociale différente.

Ma main était toujours tendue vers ce dernier, mais je ne savais même pas pourquoi au final. Était-ce un réflexe? Il est tout de même le dernier membre de ma famille en vie, quoique je ne sache même pas si nos géniteurs étaient décédés. Enfin, il attrape ma main sans douceur et nous entraîne sans tarder sur la piste de danse. Je l’observe un moment et nos regards se croisent. Il n’a plus ce visage d’ange doux et gentil qu’il arborait. Non, en réalité il était toujours beau, mais son expression était de marbre. Il était froid et distant que par ce qu’il dégageait. Que pouvait-il lui être arrivé? Oserai-je questionner malgré que nous soyons entourés de tout ce beau monde? Et puis s’il était primé comme l’autre requin disait, comment se faisait-il que personne ne fût encore à leur trousse? Je secouai ma tête légèrement et entendit un rire rempli de sarcasme.

« Je croyais que te faire porter une robe te rendrait plus jolie, mais je vois que j’ai tort. »

Je fronce les sourcils à son commentaire et il poursuit aussitôt.

- Ça ne te va vraiment pas… Alors soeurette, qu’est-ce que cela fait d’être primé?

- Rien du tout, puisque je ne le suis plus. J’ai été accusée injustement, mais je ne peux pas en dire autant que toi… À combien s’élève ta prime, mon cher frère?

Un sourire inquiétant déchire son beau visage.

« 666 millions, j’aime bien se nombre bien que ce ne soit suffisant.  Et ne me fais pas croire que tu n’as pas commis tous ses chefs d’accusations. Tu sais bien que cela fait partie de notre sang. Nos parents étaient des criminels et nos enfants le seront à leur tour. »


Mon corps cesse de bouger et je le regarde en colère. Après tout ce temps, c’est tout ce qu’il avait à me dire?

-  Qu’est-ce que tu me veux à la fin!?
- (Éclat de rire) Rien du tout! Me dit-il en écartant les bras. Je t’ai simplement aperçu hier et je me suis dit que t’embêter serait une bonne façon de te montrer que je suis toujours là.

Une foule commença à se former autour de nous puisque nous nous étions arrêtés de danser et que mon éclat de voix avait dérangé plus d’un. Même Gareth s’était approché de nous et se tenait non loin de moi. Je pouvais le voir du coin de l’œil. Il remit ses bras contre son corps alors que moi j’étais au qui-vive prêt à me défendre au moindre signe.

-  Et puisque nous sommes ici, montrer qui de nous deux à le plus progressé.
- Je ne ferai pas de concours avec toi Noraku. Je ne souhaite pas démontrer qui de nous deux est le plus fort. Tu es mon frère, je ne me battrai pas contre toi.

Il s’approcha alors de moi collant pratiquement son nez contre le mien et il mit son doigt contre mon sternum et me dit d’une voix calme, mais chargée de haine.

« Je n’ai plus de famille. Elle est décédée avec l’ancien moi. D’ailleurs, ça te dit de venir avec moi… »


C’est plus fort que moi et ma main part de son gré pour venir heurter la joue de ce dernier qui semble aussi surpris par mon geste que moi-même. Nous nous regardons et je supporte tant bien que mal son regard rempli de colère et de haine. Il porte finalement sa main vers sa hanche où il cachait le manche de son katana et s’apprête à le dégainer pour me retourner la monnaie, mais une main imposante se dépose aussitôt sur son bras et celui-ci jette un regard rempli d’éclair vers le propriétaire de cette main.

- Ce n’est ni la place, ni l’endroit pour agir de la sorte.
- T’es qui, son preux chevalier? Dit-il en se dégageant.
- Non, je suis son bouclier, alors si tu as un problème avec Kassidia, tu devras me passer sur le corps.
- Tssssss, on règlera cela demain alors, dit-il en m’observant du coin de l’œil comme si le message m’était destiné.

Il se tourne finalement et rejoint l’homme-requin et l’autre jeune femme sans nous jeter le moindre regard. Je me tourne alors vers Gareth en conservant un air colérique et je m’éloigne de la piste de danse assez rapidement puisqu’il me rattrapa au pas de course. Quand nous fûmes assez éloignés, il m’attrapa par le bras et m’obligea à me tourner en sa direction. Je le regardai un moment avant d’exploser.


« Pourquoi t’es-tu mêlé de cela? Je gérais très bien la situation. Il ne m’aurait jamais fait de mal… et puis à quoi bon jouer le chevalier?? Tu veux te faire tuer? Il m’a clairement fait comprendre que nous allions régler cela demain ce qui veut dire qu’il va très certainement de rouler dessus. »


Je le vois rouler des yeux et soupirer puis il me soulève dans ses bras comme une poupée et dépose ses lèvres contre les miennes, m’empêchant ainsi de continuer et me faisant aussi perdre le fil de ce que je disais. Je dégage rapidement ma tête et lui mets un coup de tête.


« Toi aussi tu veux que je te suive? Comment est-ce que mon frère a pu me proposer une telle chose? C’est dégueulasse! »


Puis il recommence empêchant ainsi mes lèvres de dire encore quoi que ce soit. Je ne comprenais pas ce qui se passait. Comment avait-il pu devenir ainsi? Comment pouvait-il dire des choses ainsi à un membre de sa famille? Même moi qui pouvais agir bizarrement ne pourrais jamais penser une telle chose…

« Bon, t’as fini de profiter de moi? Parce que si tu veux, je peux t’en coller une à toi aussi? »

Il éclate de rire et me garde dans ses bras tout en continuant de marcher jusqu’à notre auberge. Quoi que je dise, il ne me laisserait pas par terre. Il savait très bien que je partirais sûrement à la recherche de mon idiot de frère pour régler nos comptes et ça, il ne le souhaitait pas.
Revenir en haut Aller en bas
http://op-shinjidai.forumgratuit.co
Fondateur
avatar

Feuille de personnage
Rang: 16
Expériences:
1500/1500  (1500/1500)
Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: La seule chose que nous apprend la mort, est qu'il est urgent d'aimer. [Finish]   Mar 14 Fév - 0:00

Vous voulez que je vous raconte la suite de notre soirée? Et bien ne soyez pas trop confiant ou heureux pour notre ami Gareth, mais malheureusement pour lui, il ne se passa pas plus que les baisers pour me forcer à me taire. Une à notre chambre, je m’étais bien vite déshabillée et j'en avais même profité pour prendre un long bain histoire de me changer les idées. Pouvez-vous m’expliquer comment un membre de sa propre famille peut dire de telles choses alors que le même sang coule dans nos veines. Bon c'est une métaphore bien sûr. Nous sommes en quelque sorte différents. Mais bordel de merde, c'est mon jumeau quoi! Ça ne se fait encore moins! Nous avons tout partagé et nous étions inséparables durant les 9 premiers mois de notre existence. Et pire! Pourquoi cherchait-il à démontrer qui de nous deux était le plus fort? C’est évident qu’il ne s'agit pas de moi. Et puis il n'y avait jamais eu de rivalité entre nous autrefois, alors pourquoi maintenant que nous nous croisons à nouveau souhaite-t-il faire cela? Bref il était très certainement devenu le pire des connards que cette terre n’est jamais connu et je me devais de l'effacer de ma vie comme je l'avais si bien faite toutes ces dernières années. Mais tant que je serai sur cette île, cela n’arrivera pas. Il avait l’intention de me faire la peau demain et je devais trouver un moyen à tout prix d’éviter ce carnage parce que je ne donnais pas cher pour ma vie et si Gareth désirait se mettre au travers de sa route je ne donnais pas plus cher pour la sienne.

Je sortis de mon bain attrapant au passage la serviette que j'avais déposée sur le bord et je m’essuyai rapidement avant de ne faire la même chose avec mes cheveux. Je remis rapidement un sous-vêtement et je me dépêchai de retourner dans la chambre sans prendre le temps de mettre d’autres vêtements. Bon, vous allez me dire que c’est sûrement cruel de lui faire subir cela alors que je n’ai pas l’intention de coucher avec, mais je dors ainsi et je ne compte pas dormir dans ma combinaison alors que nous sommes dans un lit. Tsss, s’il veut dormir nu, il peut le faire je m’en fiche. Il a fait le choix de me suivre partout où j’allais même lorsqu’il s’agissait d’une chambre, alors s’il n’est pas content de ma façon de faire, il n’a qu’à se prendre une chambre à part. Bref, je m’allonge à ses côtés sans le toucher. Il me fait déjà dos ce qui n’est pas plus mauvais et je fais de même. J’essaye de m’endormir, mais ça ne fonctionne pas. Trop de choses se passent dans ma tête et mon corps va de même. Je ne cesse de tourner sur moi-même faisant ainsi vibrer le lit à chacun de mes mouvements. Puis j’entends une voix. Une voix que je connais bien.


« Kassi? »

Il se tourne pour se mettre face à moi et me regarde de ses grands yeux noirs. La couverture glisse doucement de son épaule musclée et me laissant voir un peu de son torse musclé. Je ne me gêne pas et je ne m’étais jamais gêné de regarder et puis cela me permettait de me changer les idées. Quoiqu’ici, cela ne fonctionnait pas très bien. Pour tout vous dire j’avais peur. Peur de ce que demain me réservait… Je lève doucement la tête et appuie ma joue sur ma main relevant ainsi cette dernière un peu plus. Bref, mon bras formait un triangle.


- Partons demain matin. Je ne veux pas avoir à faire à Nora…
- En parlant de ce Nora, qui est-il?


Je pousse un profond soupir. Je savais qu’il allait me questionner sur ce dernier.

- Il s’agit de mon frère jumeau. Nous n’avons jamais été proches depuis notre naissance, mais je ne m’attendais pas à voir cela de lui. Pour tout de dire, cette aura qu’il a dégagée… c’est une aura que j’ai moi-même ressentit et dégager durant quelques années. Alors je sais que son petit challenge n’est pas qu’un simple combat. Il veut se mesurer à moi, mais il n’y aura qu’un survivant. Alors, partons demain matin et ne le laissons pas nous emmerder plus longtemps d’accord?


Je sens son bras qui s’étire et qui se pose dans mon dos. Il me tire vers lui et me serre contre lui. Mon front touche son torse et malgré tout, je sens que son cœur bat. Il bat à un rythme normal alors que le mien bat la chamade, pas par son geste, mais dans la peur de mourir ou voir même de le voir mourir.


- Tant que je serai là, il ne te fera pas de mal. Et puis, il y a tous ces gens. Il ne pourra pas te toucher.
- C’est un pirate, tu crois que les pirates ont peur de cela? Et puis, il n’est pas seul aussi. Il y a ce Jaws et cette pimbêche qui semble le suivre partout.
- Je n’ai pas peur d’eux. Alors, calme-toi. Et puis il n’y a pas de navires pour le moment qui peuvent se rendre sur la prochaine île. N’oublie pas qu’ils doivent laisser leur Log Pose recharger.

Ah merde! Je n’y avais pas pensé à celle-là! Tsss, quel bordel. Je grognai fortement démontrant mon mécontentement et je l’entendis rire. Il trouvait cela drôle, mais pas moi. Mon instinct me disait que rien de bon n’allait se passer demain et c’est d’ailleurs grâce à cet instinct que j’ai survécu si longtemps alors pourquoi l’ignorer maintenant? Je fermai les yeux et fini par m’endormir dans son étreinte et même si je m’étais endormie, ma nuit fut parsemée de cauchemars.  
Revenir en haut Aller en bas
http://op-shinjidai.forumgratuit.co
Fondateur
avatar

Feuille de personnage
Rang: 16
Expériences:
1500/1500  (1500/1500)
Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: La seule chose que nous apprend la mort, est qu'il est urgent d'aimer. [Finish]   Ven 24 Fév - 3:35

Je me réveillai la première et le soleil ne s’était toujours pas levé. Il m’était impossible de continuer à dormir dans ses conditions. Tout ce que je voyais, c’était Gareth et moi coucher sur le sol dans une flaque de sang. Cela me rendait malade. Une petite marche s’imposait donc histoire de me rafraîchir l’esprit et les idées. Je marchai jusqu’à réaliser que le soleil était maintenant levé et retourné à notre chambre où m’attendait déjà Gareth tout vêtu de son équipement. Il me souriait calmement et je tentai de faire de même. Il approcha alors sa main de mon visage et me caressa doucement la joue de son pouce.

« Hey, ne t’inquiète pas, Kassi. Tout ira bien. »

Il n’avait pas peur, mais moi je ne croyais pas en ces mots même s’ile pensait très fort. Bref, je ne dis rien de plus. Peu importe ce que j’aurais pu dire, cela ne l’aurait jamais fait changé d’idée. Nous prîmes le temps de manger et nous passions le reste de notre temps libre à discuter de tout et de rien. Mais il était maintenant l’heure pour nous de nous diriger vers le lieu de la compétition. Gareth s’était inscrit pour les combats d’escrime et toutes les armes tranchantes étaient permises. Nous prîmes place le temps que son combat vienne et nous remarquâmes que l’homme-requin participait aussi et semblait assez fort et ne faisait qu’une bouchée de ses concurrents. Ce fut pareil pour mon frère qui ne semblait pas du tout mettre le moindre effort dans ses attaques. J’étais assez inquiète, car le tour de Gareth viendrait bientôt et tout ce que j’espérais, c’est qu’il perde, car je ne désirais pas le voir en seconde manche. Quand ce fut son tour, il se défendit plutôt bien tentant d’utiliser le moins possible son arme qu’il garda serrer dans son dos. Son adversaire semblait être un chevalier de petit calibre. Il ne semblait pas savoir tenir son arme comme il faut ou était-ce simplement la peur de se battre contre un homme de 3m10 ayant une gigantesque arme qui pourrait le trancher en deux d’un seul coup. Bref, le combat ne dura pas bien longtemps, car Gareth le fit sortir de la zone de combat. Oui, un règlement avait été ajouté à cette compétition. La première était qu’une fois désarmée il perdait le combat et le second était qu’une fois sortie de la limite, le combat était aussi perdu. Bref, le combat n’était pas à mort et il fallait éviter que les gens se blessent inutilement. Il s’agissait là d’un tournoi amical.
Bref, les combats continuèrent ainsi un bon moment et Gareth se rendit à la demi-finale contre l’homme-requin. Avant que mon ami retourne au combat, je déposai ma main contre son avant-bras et je lui demandai à nouveau de perdre se combat, mais son orgueil d’homme n’en fit qu’à sa tête et il me répondit que d’un simple sourire. La colère commençait à monter à moi. Je ne sais pas pourquoi il faisait cela. Qu’est-ce qu’il essayait de prouver ainsi. Qu’il était là pour me protéger? Qu’il était le parfait garde du corps? Je ne vais pas réellement vous décrire le combat avec Jaws, car ce n’est pas réellement celui qui nous intéresse et pour tout vous dire, même si Gareth en était ressortie victorieux et non sans la moindre égratignure je savais que l’homme-poisson avait fait exprès de perdre. Nos regards se croisèrent un moment et il me fit un simple clin d’œil. Enfin, bon, la finale n’était pas pour de suite et lorsque nous partîmes pour prendre repos je vis alors passer à côté de moi l’un des hommes que Gareth avait combattus lancer une besace pleine d’argent. À vrai dire, il ne s’agissait pas du seul. Enfin, je supposais qu’il s’agissait bien d’argent au bruit que cela faisait…


- Gareth, pars sans moi. Je te rejoins.
- Où est-ce que tu vas?

- J’ai quelque chose à vérifier.

Je m’en allai bien rapidement m’approchant doucement du dernier homme à la bourse que j’avais vu. J’arrivai silencieusement derrière lui et je l’attrapai par le bras pour l’entraîner dans une petite ruelle adjacente. Il tenta de se débattre un peu, mais je l’en empêchai et je le plaquai contre le mur derrière lui tout en plaquant ma main contre sa bouche. Pour office, je le menaçai de la pointe de ma queue de diamant.

«  J’ai quelques questions pour toi, mais d’abord, tu dois oublier tout ce qui se passera ici. Je ne te ferai pas de mal, si tu ne me mens pas. Alors, hoche la tête si tu me donnes ta parole comme quoi tu ne vas pas crier et dire la vérité. »

Il hocha bien vite la tête ayant plus peur pour sa vie qu’autre chose. J’enlevai alors ma main et abaisser mon arme de son cou.

- C’est bien de l’argent qu’il y a dans ta besace?
- Oui, tiens je te la donne… je…je
- Chuuuut, je n’en veux pas de ton argent. Je ne veux que des réponses. J’ai vu plusieurs combattants qui pourtant ont perdu se promener avec la même besace. Tu sais ce que j’ai réalisé aussi, que vous étiez tous les adversaires de Gareth, le mec tout en noir. Cela m’avait surprise de le voir se rendre aussi loin, mais le fait de le voir gagner contre Jason, me mit la puce à l’oreille. Alors j’ai une dernière question pour toi… avez-vous été payé afin de perdre contre lui?

Il eut un gros moment d’hésitation et regarda partout ailleurs sauf dans mes yeux. Juste par son comportement, je connaissais la réponse, mais je souhaite l’entendre de sa bouche.

- Alors? J’attends…
- Et bien, on nous a fait promettre de ne rien dire, mais oui… On nous a bien payé pour que l’on perdre. Je n’aurais jamais pensé me rendre jusqu’à la finale alors c’était un très bon prix juste pour perdre.

Un profond soupir s’échappa alors de ma gorge et je me tournai à nouveau vers lui.

« Finalement, j’ai une autre question… Où est-ce qu’ils vous avaient donné rendez-vous? »

Il m’expliqua l’emplacement et je le laissai partir. J’avais mes réponses et je savais maintenant où me rendre. Ils semblaient traîner dans une taverne un peu plus crasseuse que les autres et comme de fait, je m’y étais dirigée aussitôt. L’homme m’avait donné le chemin  à prendre et sa précision était-elle que cela me surprenait.  J’arrivai bien vite devant la taverne que je pénétrai aussitôt en faisant bien du bruit pour me faire remarquer. Les têtes se retournèrent vers moi et comme de fait l’odeur y était aussi désagréable qu’à l’habitude. Les gens fumaient, suaient, buvaient. Rien de bien séduisant. Je vis alors la tête qui m’intéressait réellement, puis je m’approchai de lui d’un bas furieux.

« NORAKU! Qu’as-tu l’intention de faire à Gareth?! »

Je me tenais maintenant devant sa table et il n’y avait que Jaws et lui-même. Aucun signe de l’autre pimbêche. Un sourire se dessina sur les lèvres de mon jumeau et au même moment je sentis une masse dure frapper l’arrière de ma tête. Je vis noir une fraction de seconde puis tout se mit à tourner autour de moi. Mes jambes flageolèrent sous moi et je perdis aussitôt appuie m’écroulant sur le sol, puis tout devint noir.  La dernière image que je vis, était mon frère et Jaws qui souriaient à pleine dent.
Revenir en haut Aller en bas
http://op-shinjidai.forumgratuit.co
Fondateur
avatar

Feuille de personnage
Rang: 16
Expériences:
1500/1500  (1500/1500)
Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: La seule chose que nous apprend la mort, est qu'il est urgent d'aimer. [Finish]   Jeu 2 Mar - 3:38

Je me réveillai un peu plus tard, ne sachant pas trop l’heure qu’il était. Lorsque j’ouvris les yeux, une douleur atroce vint marteler l’arrière de ma tête à l’endroit où on m’avait frappée. Il faisait sombre là où je me trouvais et lorsque je tentai de me relever, je remarquai finalement que mes deux mains étaient toutes deux ligotés au-dessus de ma tête. Je regardai un peu au alentour et réalisé qu’il s’agissait en fait d’une chambre et une silhouette était assise dans le coin de la pièce. Lorsqu’elle m’entendit bouger, je la vis lever les yeux vers moi et me jeter un regard rempli de dégoût. Elle déposa le livre qu’elle était en train de lire sur le coin du bureau de chambre et décroisa ses longues jambes afin de se lever et s’approcher de moi. Elle fit alors glisser ses doigts fins contre ma jambe montants doucement le long de mon corps sans se gêner.

« Je me demande bien ce que Noraku te trouve… »

Je fronçai les sourcils ne comprenant pas trop où elle voulait en venir.

« Il n’a d’yeux que pour toi, actuellement. Tu obsèdes ses pensées…et c’est très dérangeant. »

Je compris finalement à ses quelques mots où elle voulait en venir et un sourire carnassier s’afficha alors dans mon visage.


«  Oh…tu es amoureuse de lui et tu es jalouse de moi. C’est marrant. Pourtant je suis sa sœur. Il ne se passera jamais rien entre lui et moi. »


Je crus voir un bref instant ses joues rougir, mais elle se reprit bien rapidement en main et serrant son poing non occupé alors qu’elle appuya fortement de son index sur mes côtes. Je ne pus empêcher un petit rire rempli de sarcasme de s’échapper de ma gorge.

« Oh arrête tu me chatouilles. »

Son visage devint alors rouge, mais pas de gêne cette fois-ci. Non elle s’approcha bien rapidement de moi et déposa sa main contre ma gorge serrant cette dernière. Je fus surprise en premiers lieux, mais je ne le montrai pas. À la place, je continuai d’afficher un sourire narquois afin de me moquer d’elle. Elle approcha finalement son visage de mon oreille afin de m’y chuchoter quelques menaces que je ne craignais pas. Bon, elle me disait qu’elle avait la capacité de me tuer ici et maintenant. Bon c’est vrai qu’attaché comme je l’étais, je n’étais pas réellement dans la capacité de me défendre et j’étais à sa merci, sauf qu’elle ignorait que je possédais un fruit. Seule la marine savait pour mon fruit et heureusement pour moi, il ne s’agissait pas de marine. Bon, il y avait bien sur Ian et Val’ qui connaissait mon pouvoir, mais ils ne sont pas là.

« Bon, je sais bien que tu veux me tuer, que tu veux accaparer Noraku pour qu’il ne pense qu’à toi, mais comme je le vois ainsi, il s’agit là d’un amour à sens unique. Il n’en a rien à foutre de toi. C’est mon jumeau, et je le sens bien. S’il est comme moi, il est aussi froid que du marbre niveau sentiment. Alors tu devrais abandonner, après tout il m’a quand même offert de passer, la nuit avec lui…t’imagine, moi sa sœur jumelle. Assez narcissique tu ne trouves pas? »

Elle déposa sa seconde main contre ma gorge et y mit un peu plus de force, mais au même moment, la porte de la chambre s’ouvrit et Jaws entra dans la pièce, suivie rapidement de Noraku. Celui-ci foudroya du regard la jeune femme qui m’abandonna aussitôt. Noraku m’observa alors avec un grand sourire.

- Jason, prends-la avec toi. Je dois aller régler le compte de son copain, ensuite ce sera son tour à elle. Assure-toi qu’elle ne puisse pas fuir.
- Oui, oui…Noraku. Je lui ferai bien attention à notre petite poupée.
- Et toi, Harley, tu la retouches une seule fois encore sans que j’en aie donné l’ordre, et je te jette à l’eau.
- O…oui!
répondit-elle en bégayant tout en baissant la tête.

Bref, ils se mirent donc en marche alors que moi je n’étais qu’un simple bagage qui se faisait amener sur l’épaule de l’homme-poisson. Une fois arrivé à destination, il m’obligea à m’asseoir dans les estrades à côté de lui gardant mes mains liées dans mon dos. Les deux combattants furent ensuite appelés sur le terrain et Gareth s’avança tout en cherchant quelque chose du regard. Il semblait plutôt inquiet et au final, je savais qu’il me cherchait. Je me levai alors d’un bon, même si mes mouvements étaient limités.

« GARETH!!! ABANDONNE LE COMBAT! »

Il regarda vers moi et fut soulagé de me voir bien que lorsqu’on tira sur mes liens pour m’obliger à m’asseoir fit légèrement monter la colère en lui. Cela se voyait sur les traits de son visage. Je baissai alors la tête impuissante sachant qu’il ne m’écouterait pas et ne chercherait qu’à me protéger. Le combat allait débuter, mais qu’allait-il se passer?
Revenir en haut Aller en bas
http://op-shinjidai.forumgratuit.co
Fondateur
avatar

Feuille de personnage
Rang: 16
Expériences:
1500/1500  (1500/1500)
Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: La seule chose que nous apprend la mort, est qu'il est urgent d'aimer. [Finish]   Dim 5 Mar - 2:51

Le fait que la jeune femme ne l’est pas rejointe comme elle l’avait dit avait plutôt inquiété notre homme. Il avait hésité à tout laisser tomber pour la rechercher, mais il s’était bien vite ravisé. C’était peut-être une ruse pour l’empêcher de poursuivre le tournoi. Quand bien même que ce n’était pas le cas, Kassidia était assez grande pour se défendre seule bien qu’il ait promis d’être son bouclier. Il avait confiance en les compétences de la chasseuse et savait qu’elle ne redoutait pas grand-chose dû au pouvoir de son fruit. Elle était plus un bouclier que lui-même, mais il désirait qu’elle puisse toujours compter sur elle, peu importe l’instant. Bref, notre grand gaillard s’occupa comme il put en attendant la demoiselle et s’assura de regagner l’énergie perdue dans les premières parties du tournoi. Il était affamé et en avait profité pour s’enfiler énormément de nourriture. Il mangea seul comme de fait préférant se concentrer sur les évènements à venir. Pour tout dire, il ressentait l’énergie que le jumeau dégageait et ne se sentait pas du tout à l’aise avec ce dernier. Son aura était plus que meurtrière, mais heureusement que le tournoi n’autorisait pas la mort des participants, sinon à quoi bon participer?

Kassidia ne s’était toujours pas pointé le bout du nez alors qu’il était temps pour lui de retourner sur le terrain. Deux heures s’étaient passées depuis le début de la pause et toujours aucun signe de vie. Ce n’était pas du tout son genre et ça puait l’emmerde, mais il décida tout de même de se rendre à son combat. Peut-être qu’elle l’y attendait déjà. Il aurait bien aimé recevoir ses encouragements ou lui parler avant de se battre, mais bon. Elle n’est pas là et je ne vais pas passer mon temps à le répéter, donc rentre-toi cela dans le coco mon Gareth, parce que je ne veux plus avoir à l’écrire. Compris? Pas d’objection? Bien.

Quand il arriva finalement, les estrades étaient déjà pleines attendant avec impatience les deux guerriers qui allèrent s’affronter. La foule était en délire et hurlait le nom de nos deux héros. D’ailleurs, un commentateur prit alors la parole à ce moment-là.


« Bien, maintenant que nos deux compagnons sont présents, il est temps de rappeler les principaux règlements de notre joute. Il est interdit de porter des coups fatals à votre adversaire. Nous ne sommes pas là pour voir quelqu’un mourir aujourd’hui! Nous sommes ici pour nous amuser tous ensemble! Le premier à se faire désarmer ou à sortir de la zone de combat perd!  Il est interdit de se battre avec autre chose que votre lame, nous sommes ici pour voir des épéistes! Sur ce, veuillez prendre place et que le meilleur des deux gagne! »

Gareth allait traverser la démarcation du terrain qui signifiait qu’il était maintenant prêt à combattre, mais il entendit aussitôt son nom être hurler en provenance d’une estrade. Il tourne doucement la tête à la recherche de cette voix et quelle ne fut pas sa surprise de voir Kassidia debout au côté de l’homme poisson, qui lui avait demandé une danse. Il avait aussitôt tiré sur les liens qui retenaient les bras de la femme derrière son dos et elle s’était aussi rassise sur son siège en baissant la tête. Gareth sentit aussitôt la colère monter en lui. Maintenant il savait plus ou moins ce qu’il se passait et cela le mettait hors de lui. Il entra donc dans le cercle et attrapa le manche de son épée géante d’une seule main et la souleva aisément comme s’il ne pesait rien du tout et la mit devant lui mettant ainsi une bonne distance entre Noraku et lui.

Du côté de  Noraku, celui-ci affichait un sourire satisfait comme s’il avait déjà gagné et pour tout vous dire, il n’avait aucun doute sur sa victoire. Il dégaina son katana à la lame sombre et la pointa vers son adversaire à son tour.


- Alors, j’espère que tu as dit tes adieux à ma très chère et tendre sœur? Car tu ne risques de ne plus jamais la revoir, l’ami…
- Vous touchez à un seul de ses cheveux et je vous jure…
- Tu nous jures que quoi? Tu crois réellement avoir les capacités à me battre? Sais-tu pourquoi tu es ici, devant moi? J’ai payé tous les mecs qui se battaient contre toi pour pouvoir m’amuser avec toi et te ridiculiser toi et ta grosse épée.  Et ensuite je me charge d’elle.

Ce que venait de dire le pirate mit aussitôt en rogne le chasseur de prime. Nous avions l’habitude de voir un Gareth calme et réfléchi, mais dès qu’il s’agissait de Kassidia, il devenait aussitôt impulsif et ne prenait pas le temps de penser à quoi que ce soit. D’ailleurs, le guerrier prit une profonde inspiration et se mit aussitôt à courir vers le jumeau déclarant ainsi les hostilités ouvertes. Il fit un bon dans les airs tout en abattant son épée géante de haut en bas sur Noraku qui ne se trouvait déjà plus à cet endroit. Nous avions été à un Gareth qui faisait attention avec son épée ridiculement grande, mais là, il dit tirer et bander ses muscles pour sortir son arme du sol. Et il n’attendit pas une seconde de plus pour frapper à nouveau son adversaire. Cette fois-ci, il fit une rotation sur lui-même pointe vers l’extérieur, mais Noraku était déjà bien loin affichant toujours un grand sourire.

« Bon, à mon tour maintenant… »

Puis il s’avança prêt de se dernier à vitesse grande V et frappa de sa lame larme de Gareth. Celui-ci crut aussitôt avoir paré son attaque, mais ce ne fut pas réellement le cas. Pour tout dire, Noraku avait fait exprès de frapper à cet endroit, car dès que la lame entra en contact avec le métal froid, sa propre lame se courba de façon bien étrange et s’étira un peu plus pour venir frapper le guerrier sur son bras gauche créant ainsi une légère entaille. Une légère sensation de picotement sans suivie, mais vu sa taille, ça ne le dérangeait pas. Noraku ramena son sabre contre lui fouettant légèrement l’air. Un léger son de crépitement se fit alors entendre, mais Gareth ne chercha pas à savoir d’où cela venait. Non il décida de repasser à l’attaque frappant à de multiples reprises, mais aucun de ses coups ne l’atteignait et ne passait même pas proche de. C’était comme s’il avait la capacité de lire chacun de ses mouvements et être capable de réagir avant même qu’il soit le temps d’agir. Il avait toujours un coup d’avance.

« Tu commences à m’ennuyer, je vais en finir avec toi… »


Noraku ne laisse aucune chance à notre guerrier et envoie d’un agile coup de poignet son arme en direction de ce dernier. Même s’il tenta de bloquer, la lame devint aussi malléable que le désirait son propriétaire et prit quelque peu l’apparence d’un fouet tranchant. Noraku frappa Gareth de multiple fois de cette façon laissant voir de nombreuses plaies apparaître. Le géant serra les dents et les poings et sut à ce moment qu’il ne pourrait rien faire contre son sabre, mais ce n’était pas tout… Chaque fois, il sentait un courant traverser ses muscles qui faisaient secouer de spasme chaque partie de son corps qui était touché… Il commençait à perdre le contrôle de son corps et dû déposer un genou sur le sol pour ne pas tomber face contre terre. Noraku en profita et désarma Gareth.

La foule se mit à applaudir le gagnant, mais celui-ci ne semblait pas du tout en avoir terminé. Il salua de quelques courbettes la foule en délire et se retourna à nouveau vers son adversaire qui tentait de reprendre son souffle. Il pointa alors sa lame vers ce dernier et afficha un grand sourire carnassier.


« Pour la détruire, je dois commencer par te détruire… LIGHTNING BLADE!»

La lame se met alors à s’allonger et à crépiter d’électricité tout en s’enfonçant dans son corps à de nombreuses reprises. La lame était si rapide qu’il était difficile de savoir laquelle était la vraie. Et comme de fait, Noraku s’amusait à bien rentrer sa lame le plus loin qu’il pouvait.

___________________________________

- ÇA SUFFIT NORAKU! Avais-je crié.

Je m’étais levé de mon siège et avait recouvert mon épaule ainsi que mes deux bras de diamant afin de briser les liens qui les retenait attacher dans mon dos. J’avais foutu un coup d’épaule à Jaws et je m’étais aussitôt élancée dans la zone de combat où de nombreux gardes avaient pris en joute Noraku qui dérogeait clairement aux règlements. Pour tout dire, je ne fus pas la seule à réagir puis que l’homme requin et cette Quinn se mirent aussitôt à mettre hors d’état de nuire ces mêmes gardes. La foule commença alors à se disperser en criant un peu partout. Mon frère ne s’arrêta pas pour autant sachant que j’étais là. Non pire encore il lança son arme en direction de Gareth et croyant qu’il souhaitait seulement l’enfoncer en lui à nouveau, je fis office de bouclier recouvrant ainsi le derrière de mon corps en diamant. Mais la lame ne fit pas ce que je pensais. Non, au contraire, elle s’enroula autour de moi et Gareth nous tenant serrer l’un contre l’autre. Je regardai ce dernier et du sang s’échappait de sa bouche et de ses nombreuses plaies. Il semblait avoir du mal à respirer, mais il me regardait en souriant. Je le serrai alors dans mes bras, du moins j’essayai et j’entendis alors :

«  Shock wave! »

Le corps de Gareth fut alors parsemé de spasme et une grosse marre de sang s’échappa de sa bouche et s’écoula doucement sur mon visage ainsi que son torse. Je vis de petits éclairs parcourir tout son corps comme s’il avait été foudroyé sur place…Puis son corps devint lourd, très lourd et je dus le retenir pour qu’il ne s’écrase pas. Je l’allongeai doucement, sa tête contre mes cuisses, et je caressai son visage de mon autre main.

- Reste avec moi Gareth…Regarde-moi…
- Je….je t’ai toujours regardé, Kassi…


Il tente de levé sa main et la dépose sur ma joue pour essuyer le sang qui s’était échappé de sa bouche et qui y coule toujours. Il tousse un peu difficilement et son visage blêmit. Je sens pour la première fois depuis bien longtemps des larmes couler sur mes joues. Je le sers contre moi, son corps perd de sa chaleur et il me dit d’ailleurs qu’il commence à avoir froid. Je le berce encore un peu.

- Je t’aime…Kassi. Alors, je t’en pris, vis, vis pour nous deux.
- Ne dit pas de bêtises! Nous allons partir d’ici ensemble!
- (Il sourit faiblement) Promets-moi de vivre…

Ma gorge se sert. Mon estomac se noue. Je suis incapable de prononcer le moindre mot. Tout ce que j’entends se son mes propres sanglots. Et pour la première fois de ma vie, je dépose mes lèvres contre les siennes, lui offrant très certainement un dernier baiser qui mélangeait sang et sel. Puis doucement, sa main qui se tenait contre ma joue glissa doucement sur le sol, alors que je sentis son corps se détendre complètement.

« Gareth?... (Je le secoue, mais aucune réponse) GARETH? RÉPONDS-MOI?!? GAREEEEEEEEEETH!!!! »
Revenir en haut Aller en bas
http://op-shinjidai.forumgratuit.co
Fondateur
avatar

Feuille de personnage
Rang: 16
Expériences:
1500/1500  (1500/1500)
Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: La seule chose que nous apprend la mort, est qu'il est urgent d'aimer. [Finish]   Lun 6 Mar - 17:42

Je criai jusqu’à en perdre mon soufflé, jusqu’à ce que mes poumons brûlent et me hurlent d’arrêter. Ma gorge me faisait autant souffrir. Ma voix finit par se casser ne laissant plus sortir aucun son. Je serrai une dernière fois le corps de mon ami contre moi et je le déposai sur le sol faisant bien attention pour ne pas…je ne sais pas. Je fis simplement attention pour ne pas que sa tête heurte le sol comme si j’avais toujours l’espoir de le voir se réveiller et qu’il me dise que je n’avais pas à m’inquiéter. Je me remis sur pieds et renifla un bon coup tout en essuyant les larmes qui brouillaient le peu de vision qui me restait. Je restai dos à mon frère qui se moquait totalement de la scène.

« Oups… je crois que je l’ai tué.  Désolée, sœurette, c’était pas voulu. Je viendrai à ses funérailles pour te soutenir… »


Plus il parlait, et plus j’avais envie de lui mettre mon poing en plein visage. Mais de ce que j’avais pu voir de leur combat, il semblait savoir les attaques de son adversaire. Alors, même si je me retournais pour le faire il l’esquiverait très certainement. Je baissai la tête une dernière fois pour observer l’homme qui était étendu à mes pieds. Pourquoi…pourquoi fallait-il qu’il arrive toujours quelques choses aux personnes qui me sont chères? Pourquoi alors que tout allait bien pour nous deux. J’avais enfin récupéré ma liberté, je pouvais enfin vivre librement et faire ce qui me plaisait. Je n’avais plus besoin de me cacher je pouvais être Kassidia Nadaho et non toutes ses autres femmes que je n’étais pas. J’essuie alors les dernières larmes qui coulent et inspire profondément.

*Je te vengerai, Gareth, quoiqu’il arrive. Même si je dois mourir…je te le jure*

Je mis alors l’une de mes mains contre mon cou touchant ainsi le tissu du masque en cuir qui avait recouvert mon visage de longue année. Il avait été mon cher compagnon et j’avais fait l’erreur de l’abandonner. J’aurais dû continuer ma vie à vivre dans l’ombre sans l’aide de personne. Gareth serait toujours en vie… Tout ça c’est de ma faute, j’ai fait l’erreur de m’approcher d’un autre être humain… je le regrette maintenant. Je remonte doucement le masque contre mon nez et j’attache en queue de cheval ma longue chevelure blanche. Je suis maintenant prête à affronter ce salaud que je ne considère plus comme un membre de ma famille.

« Ouuuh, elle a mis son masque…elle fait peur…HAHAHAH! »

Je fronçai alors le sourcil à cet instant et fonçai sur ce dernier recouvrant ainsi mes pieds et mes mains d’une couche de diamant donnant ainsi l’impression d’avoir des pattes griffues. Alors qu’une longue queue touffue fit son apparition derrière moi. Je frappai alors en premier de mon poing droit, mais il se mit sur la gauche, puis je ramenai alors mon poing gauche vers ce dernier et il se tassa vers la droite. Nous répétâmes ce petit manège une dizaine de fois jusqu’à ce que je fasse une feinte lui faisant croire que j’allais frapper avec mon poing gauche le faisant ainsi tasser sur sa droite, mais au moment où il bougeait, je lui fis alors un magnifique uppercut sous le menton. Il pencha la tête vers l’arrière et fut soulevé de terre et il tomba sur le derrière. Pour tout dire, il était plus surpris que souffrant. Un frisson avait parcouru mon échine lorsque j’avais réussi à le frapper. Et un sourire carnassier s’afficha doucement sur mon visage. Je profitai alors de cet instant pour me jeter sur son corps au sol et je tentai alors de le transpercer de mes griffes, mais à cet instant, avant même que je ne puisse tomber sur lui…

« Karakusagawara Seiken »

Devant venait de s’interposer l’imposant homme poisson et il avait frappé le vide de son poing en ma direction. Je ne comprenais pas trop ce qu’il faisait jusqu’au moment où je sentis une énorme pression parcourir tout mon corps et plus précisément mon estomac. J’ouvris la bouche alors ne comprenant pas ce qu’il venait de se passer et je perdis tout mon souffle. Mon estomac se comprima en moi et je poussai alors un cri de douleur avant d'être projetée fort loin vers l’arrière. Mon corps se mit alors à voler rapidement vers l’arrière me faisant ainsi heurter le mur d’une maison. La douleur était-elle qu’elle m’empêchait d’utiliser mon fruit pour me protéger? Je traversai ce même mur et me retrouvai dans la demeure d’une famille qui ne semblait pas du tout au courant de ce qui se passait. Je me relevai alors difficilement de cette attaque puis  je les vis tout recroquevillés sur eux même comme si j’étais la mort en personne, comme si j’allais leur faire du mal. Je me souvins alors qu’autrefois, il m’arrivait de tuer gratuitement des gens sans aucun but… Je rêvais même éveillé où il m’était possible de voir ce qu’il se passerait si je restais plus longtemps. Et ici… je sentais la rage monter en moi comme si ma seule force ne suffirait pas à venger Gareth… comme si quelque chose manquait. Je continuai d’observer la famille un peu moment, puis je réalisai finalement que si je ne m’abandonnais pas…je ne réussirais jamais à rien. Un sourire sadique se dessina alors sur mes lèvres, puis ce fut le blackout. Lorsque je ressortis de la maison en sortant par le trou, le diamant qui recouvrait toujours mes mains était recouvert de sang.

Je m’avançai d’un pas confiant réalisant que le trio m’avait rejoint. Je secouai alors la poussière qui recouvrait mes épaules et plongeai mon œil rouge dans l’œil bleu de Noraku.


« Je t’ai manqué? »

Il dégaina son sabre et fut le premier à courir vers moi. Je fis de même et lorsqu’il porta son coup de sa simple lame j’attrapai cette dernière dans l’une de mes mains et je la mis de côté portant ainsi un coup de tête à son nez, sauf que cette fois-ci, il m’arrêta aussitôt de sa seconde main et me repoussa vers l’arrière s’agrippant à cette dernière pour me soulever de terre et m’écraser contre le sol. J’ouvris mes yeux avec surprise et poussai un hoquet de douleur.  Pour tout vous dire, la suite se passa assez rapidement. Même si je le voulais, même si je l’espérais, il me serait impossible de le battre ou lui mettre un autre coup. Il m’avait cru faible et avait baissé sa garde ce qui expliquait la seule fois où je l’avais touché, mais c’était un combat à sens unique. Il me souleva de terre comme si mon corps n’était qu’une simple poupée de chiffon et me balança dans les airs comme un simple ballon de foot. Il fit une rotation rapidement sur lui-même et me frappa avec son tibia m’envoyant voler plus loin encore. Je traversai de nombreuses demeures avant de ne finir mon chemin sur la place publique où de nombreuses personnes s’y tenaient. Cela ne prit pas grand temps avant que le trio me rattrape. Mais il n’y avait pas que cela. La marine présente sur l’île avait maintenant été mise au courant de la présence du trop dangereux et accourait maintenant sur cette même place histoire de nous encercler. J’étais allongée sur le dos et j’avais du mal à bouger la moindre parcelle de mon corps.

« Allez debout sœurette… Montre-moi ce que tu as dans le ventre! »

Je me tournai alors difficilement sur le côté m’aidant ainsi de mes bras et de mes jambes pour e levai et forcer de toutes mes forces pour me mettre dans cette position. Lorsque je réussis finalement à me remettre sur pied, je poussai un profond cri de rage et recouvrai mon corps de diamant, du moins que le haut de mon corps et je forçai mes jambes à bougeai sous moi chargeant ainsi ce dernier dans une ultime attaque, mais ce dernier m’esquiva comme si de rien n’était me faisant ainsi frapper les gens qui se tenait derrière lui. Me fichant complètement de cela, je recommençai, frappante ainsi de nombreuses personnes qui n’avaient rien à voir. D’ailleurs, comprenant ce qui se passait, la foule s’écarta et laissa passer la marine pour les laisser œuvrer. Noraku profita alors de ce moment pour mettre fin à mon petit carnage de la peuplasse et décida de dégainer son sabre. Envoyant en ma direction deux lames croisées qui me frappa au niveau du dos. Mon armure ne fit pas le poids face à la puissance de son attaque et brisa la mince couche de diamant qui se trouvait dans mon dos. Je m’effondrai alors sur le ventre commençant à perdre trop de sang pour continuer à faire quoi que ce soit. J’avais perdu et j’allais maintenant rejoindre Gareth. Quoi que non, je n’irai pas le rejoindre, car je n’étais pas bonne comme lui… Il était très certainement dans un monde meilleur alors que l’enfer avait gardé une place bien au chaud pour moi.

- Noraku Nadaho, Harley Quinn, Jaws, ne faites plus un geste. Nous vous arrêtons au nom de la loi!
- Oh, si ce n’est pas nos petits amis de la marine. On aurait bien-aimé resté, mais désolé de vous décevoir, mais on doit déjà partir. Vous savez, le capitaine ne sera pas content si on s’attarde encore.

Noraku qui avait toujours son sabre en main visa alors les marines de son sabre et fit un mouvement rapidement créant ainsi une grande bourrasque de vent qui alla heurter la moitié de ses adversaires. Alors que de l’autre côté se tenait l’homme poisson qui venait d’utiliser l’une de ses fameuses techniques créant ainsi une nouvelle onde de choc qui vint heurter toutes les personnes dans sa trajectoire. Ils profitèrent alors de cet instant pour prendre la poudre d’escampette alors que moi, j’étais toujours allongée sur le ventre luttant pour ne pas sombrer dans l’inconscience, mais cela fut plus fort que moi. Tout ce dont je me souvenais, c’était les nombreux pieds qui avaient entouré mon corps puis ce fut le noir total.  
Revenir en haut Aller en bas
http://op-shinjidai.forumgratuit.co
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: La seule chose que nous apprend la mort, est qu'il est urgent d'aimer. [Finish]   

Revenir en haut Aller en bas
 
La seule chose que nous apprend la mort, est qu'il est urgent d'aimer. [Finish]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La seule chose que nous apprend la mort c'est qu'il est urgent d'aimer ➸ Jaqen.
» jules-velvet ✜ mec, la seule chose que t'as déjà serré c'est tes lacets !
» jules-velvet ✜ mec, la seule chose que t'as déjà serré c'est tes lacets !
» Nuage Moqueur||L'espoir, c'est la seule chose plus puissante que la peur||
» Y'a quelque chose en nous qui ne tourne pas rond [Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Shin Jidai :: Les mers :: GrandLines :: Voie #7 :: L’île Saibhreas-
Sauter vers: