lienlien

N'oubliez pas de voter tous les deux heures!


Une nouvelle histoire, une nouvelle vague... Quelle sera votre voie?
 

Partagez | 
 

 "Qui ne s'est jamais laissé enchaîner - Ne saura jamais ce qu'est la liberté."

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Kensaku Dekiru
avatar
Civil

Feuille de personnage
Rang: 5
Expériences:
53/400  (53/400)
Pouvoir(s): Kage Kage no mi
MessageSujet: "Qui ne s'est jamais laissé enchaîner - Ne saura jamais ce qu'est la liberté."   Jeu 1 Déc - 0:59



Putain ! On comprend pourquoi ils ne font pas d’état des lieux !





Q
uelques minutes après que j’en eus terminé avec Balafré (Moment PUB ! Si vous avez oublié de suivre ce magnifique rp’ ! Le lien est ici!). Les marines, qui étaient autour de moi ne se mirent pas à me tirer de feu … Comme si j’étais devenu d’une second à l’autre, l’ennemi numéro un de la Marine. Mais me mirent de drôles de menottes autour des poignets … Pourquoi drôle ? Car dès que je les eus autour de mes poignets … Je sentis mes forces, quitter mon corps et je devenus tout raplapla … Comme si j’étais devenu un vieux pneu et que l’on m’avait percé. En plus de ça, il m’était devenu impossible de me servir des pouvoirs du Kage Kage no Mi … Et là votre question si vous n’avez pas suivi le dernier rp’ … C’est « Mais tu es tellement puissant ! Comment ont-ils pu te maîtriser aussi facilement et te mettre ces chaînes bizarres aux mains ? » … Bah comme je l’ai dit précédemment … Vu que je ne pouvais pas battre un escadron de la Marine en tapant dans mes mains, j’avais coopéré avec eux.

Après avoir monté la longue pente, qui menait jusqu’à leur QG avec mon groupe de fans attitré. Dans l’un des bureaux de la Marine, j’eus le droit à un mini-procès … N’ayant pas d’argent sur moi, on confiât mon cas à un stupide avocat commis d’office … Ah je vous jure ! Celui-là, on sentais qu’il était arrivé dernier de sa classe. Sa défense ne tenait pas du tout ! Pourtant, c’est facile de défendre quelqu’un qui a été kidnappé par deux e*****s de chasseurs de primes … A cause de cet abruti, je pris pour 40 ans de prison … Et oui ! Pour la nuit, avant mon voyage jusqu’à la prison, je fis enfermer dans une petite cellule, qui se trouvait sous le QG de la Marine, dans un souterrain.

Après cette nuit passée dans la prison du Quartier Général de l’île … Je partais de là, à bord d’une petite caravelle de la Marine … Encore une fois … comme un chien, j’étais enfermé dans une cage … Les seuls fois où je voyais quelqu’un dans ce maudit raffiot, était quand on venait me donner à manger … Enfin « à manger » est une grande expression … Vu que je mangeais toujours la même chose et ces fameux repas étaient constitués d’une soupe à l’oignon tout simplement dégôlasse avec quelques bouts de pains rassis en accompagnement, que même un canard à bosse bronzé, n’aurait pas voulu … Je vous jure à  mon époque, c’était pas comme ça, la Marine, c’est devenu n’importe quoi. Heureusement pour moi, ce voyage composé d’ennui et de maux d’estomac ne durât que quelques jours.

Alors que le voyage prenait fin … Comprenant que le bateau se mit à ralentir peu à peu … Je me mis à regarder par le hublot et là, je vis un immense bâtiment construit en brique noire, composé de plusieurs donjons, qui étaient plus ou moins grands. Au sommet de ceux qui étaient les plus hauts, se trouvaient deux drapeaux, un pour la Marine et l’autre pour le Gouvernement Mondial. Au centre de l’immense façade qui faisait face à la fenêtre, par laquelle je regardais, se trouvait une gigantesque porte en fer forgé. En tout cas, même si cela avait l’air classe et un peu lugubre … Cela n’avait pas l’air d’être un resort 5 étoiles. Mais bon, j’espérais que je n’allais pas trop m’emmerder dans cet immense maison obscur. (Et non ! Message à tous mes détracteurs ! On ne m’a pas envoyé dans une grande maison blanche ! Et oui, quand je vous dis que je suis sain d’esprit ! C’est absolument vrai !)

Quand je descendis du navire … J’étais toujours accompagné par mes gardes du corps … D’ailleurs comme une star en plus de ça … Tout le monde me regardait. Après que les dirigeants de la prison aient ouvert la porte. Je me trouvais maintenant dans un grand hall, qui devait faire dans les 200 mètres carrés, si on suivait la loi Carrez. Dans cette même salle, se trouvait un plan de la prison derrière une sorte de bureau d’accueil et cette carte ressemblait à ça :



Plan de la prison :
 


Et c’est drôle … Mais sur le coup, la forme de la prison me fit penser à quelque chose … Ah oui ! A l’emblème du Gouvernement Mondial, vous ne trouvez pas ?

Dans ce même hall, une jolie femme, habillée tout de noir, m’accompagnât dans une pièce, afin que je puisse changer d’habit et pour pouvoir mettre une « magnifique » tenue, recouverte de bandes blanches et noires … Bien entendu, vous me connaissez, j’aurai pu très bien la [Filtre Moins de 18 ON]*****[Filtre Moins de 18 OFF], mais bon dans cette même salle, il y avait quelques escargophones qui m’observaient et n’aimant pas être observé durant l’acte. Je ne fis rien. Mais bon … qui sait peut-être une prochaine fois Wink.

Après m’être changé pendant que la jeune femme m’avait bien reluqué (Et oui, qu’est-ce que vous voulez ?). Je retournais dans la grande salle, et là on se mit à m’accompagner jusqu’à ma cellule. Sur le chemin, j’eus à traverser deux longs couloirs et une aile de la prison … D’ailleurs, je remarquais que plus, j’allais loin et plus les cellules étaient petites. En plus de ça, il faisait de plus en plus chaud … et une vieille odeur de renfermé s’ajoutait à tout ça … Comme quoi … Quand les défenseurs des prisonniers disent que les prisons du GM sont à chier … Ils ne mentent pas ! Après quelques minutes de marche, j’arrivais devant ma nouvelle chambre … Et on ne peut pas dire qu’elle n’était pas vraiment digne d’un gîte à 100 000 berrys / la nuit. Et non ! Déjà, la cellule ne devait faire que 4 mètres sur 5 … Et il y avait déjà six personnes à l’intérieur ! En intimité, on peut mieux faire ! En plus de ça … Il n’y avait pas de lit, c’était juste un simple banc en pierre … Du coup, je sentais que mon dos allait souffrir, si jamais, je restais trop longtemps là. Enfin, le sol était loin d’être propre … La femme de ménage devait être absente ou tout simplement morte.

Ah oui ! Et là, vous devez vous demander … Mais comment vas-tu faire pour faire pleurer le colosse ou pour laver ton magnifique corps d’Apollon ? Et bah … Vous aurez la réponse dans le prochain post’ ! Même forum’ ! Même lieu ! Même rp’ !
Thème du rp’ :

Spoiler:
 

 Crédit: Neko-chan in Never Utopia


Dernière édition par Kensaku Dekiru le Sam 3 Déc - 2:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kensaku Dekiru
avatar
Civil

Feuille de personnage
Rang: 5
Expériences:
53/400  (53/400)
Pouvoir(s): Kage Kage no mi
MessageSujet: Re: "Qui ne s'est jamais laissé enchaîner - Ne saura jamais ce qu'est la liberté."   Jeu 1 Déc - 20:59



Vis ma vie en prison !





E
t oui … Voici le tant attendu rp’ … Que vous attendiez tous depuis maintenant à peu près un jour … C’est fou comme le temps passe vite, vous trouvez pas ? Alors la réponse à la grande question que vous vous posiez … Bah il y avait des toilettes et douches communes. Bien entendu, on ne pouvait pas y aller quand on voulait. Car ils avaient trop peur qu’on s’enfuie … Ils ne sont pas cons parfois ces Marines. Ainsi, on ne pouvait y aller que durant un court créneau, qui était basé entre 20h et 20h30. Bien entendu, quand on y allait, un important groupe de gardiens nous escortait. Et là-bas, tout comme le reste de la prison … Et ben … Les règles de l’hygiène n’était pas trop respecté. Et oui! Dèjà, presque 1 / 3 des toilettes étaient bouchées. Alors je ne vous laisse pas imaginer l’odeur, qui s’y échappait (Bon appétit si vous êtes en train de manger). De plus l’eau des douches était coup-ci coup-ça. Ainsi la chaleur de cette dernière variait entre 20°C et 40°C. Enfin, les savons étaient à la fois petit et noir … Leur couleur était-elle due à la présence d’olive noire durant la fabrication … Et ben ! La réponse est non ! Il était juste sale. Enfin, je vais répondre à l’une des plus grandes questions, qui taraudent votre petit esprit depuis que j’ai commencé à parler des douches … Est-ce que la rumeur des agressions, de type « glissade sur une savonette » sont vraies en prison … Et ben, la réponse, c’est que ça m’est jamais arrivé durant tout le temps de mon incarcération.

Sinon, vous deviez aussi vous poser une question : « Mais qu’est-ce qu’on faisait, à part rester dans nos cellules, prendre des douces, essayer de dormir … ? ». Et bah, on travaillait ! Et oui, en plus de ne pas pouvoir voir la lumière du jour. On nous faisait bosser sans verser un quelconque salaire … Et oui ! C’est ce qu’on appelle de l’esclavage ou de l’exploitation. Et ça … En normalement, c’est interdit par la loi … Ah ouai, mais attends, c’est le Gouvernement Mondial qui fait la loi … Du coup ils se contre-disent eux-même en prison … C’est vraiment n’importe quoi ! Et là, vous devez vous demander, ce que l’on faisait … Et bah c’était très simple, on transportait et coupait des planches de bois, plus ou moins grandes … Pourquoi ? Je ne le savais pas du tout. Et bien entendu, vu qu’ils voulaient que l’on travaille bien. On nous nourrissait à la mi-journée avec des sortes de pot-au-feu ou soupe aux choux, le plus souvent et un repas le soir, qui était lui, plus composé de pains et charcuteries de type jambon rouge bien sec ou saucisson trop sec.

Sinon, le reste de la journée, on s’emmerdait, puisque les sujets de discussion n’étaient guère intéressants et on n’avait pas de paquet de cartes → pas de jeux … Les seuls moments marrants dans une journée, étaient quand un nouveau prisonnier arrivait dans la prison … Tout le monde se mettait à crier « Ahouuuuuu » ! D’ailleurs, en parlant de ça, un étrange et gros convoi de révolutionnaires arrivât dans la prison, peu de temps après mon entrée dans ce grand bâtiment noir. Visiblement, la Marine et le GM devait être content de cette énorme prise à ce moment-là. Et quand des personnes de la même cellule, se battaient entre eux … Cela finissait souvent par un qui finissait par terre, étalé avec la bouche en sang. Quant à l’autre, après s’être extasié d’avoir gagné, il se prenait quelques bons coups de matraques, donnés par les gardiens en récompense. Personnellement, ça ne m’était jamais arrivé, du fait que ceux dans mon oubliette, étaient plus « pacifiques » qu’autre chose. Si vous voulez tout savoir, dans ma cellule, cela allait de l’escroc, qui avait arnaqué une ville au type, qui avait tabassé un marine, car il avait trop bu … Mais bon, vous connaissez la fameuse expression en prison : « Je suis innocent, je n’ai rien fait ! ».

Voilà, maintenant vous connaissez de ma vie en prison … Enfin, cela était surtout pour les 5 premiers jours après mon incarcération … Car après, cela prit une tournure beaucoup plus intéressante … Ah et vous connaissant, vous voulez tout savoir … Mais pas de bol ! La suite sera dans le prochain post’ ! Même forum ! Même lieu ! Même rp’ !

Thème du rp’ :

Spoiler:
 


 Crédit: Neko-chan in Never Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Kensaku Dekiru
avatar
Civil

Feuille de personnage
Rang: 5
Expériences:
53/400  (53/400)
Pouvoir(s): Kage Kage no mi
MessageSujet: Re: "Qui ne s'est jamais laissé enchaîner - Ne saura jamais ce qu'est la liberté."   Sam 3 Déc - 2:00



Oh ! Mais qui voilà ? Inspecteur Bibendum !





V
oilà, maintenant vous connaissez tout de ma vie en prison … C’est fou comme il y a une relation qui se crée entre vous et moi … Avouez, cela ne vous déplaît pas hein ! Bref, ce moment travail – discussion à la con – douche – pétage de dos en dormant durât durant cinq jours … Après ce bref moment, tout commençât à aller très vite. Et oui ! Comme quoi, une vie tourmentée ne vous quitte jamais.

Alors qu’au matin du sixième jour, j’étais dans ma cellule avec mes « colloc’s » et qu’on parlait un peu de tout et de rien … D’ailleurs, j’appris à ce moment-là, la répartition des différents prisonniers dans l’établissement pénitentiaire. Ainsi la première aile ne regroupait que les personnes ayant une prime entre 0 et 5 millions, la seconde aile, les personnes ayant entre 5 et 10 millions sur leur tête (et c’était là où j’étais … Pourquoi ? Je ne le savais pas !), la troisième comprenait des personnes, ayant une prime entre 10 et 20 millions et enfin la dernière était composée uniquement par des personnes, dites dangereuses pour l’équilibre des Blues, donc ayant une tête misée à prix à plus de 20 millions. L’un des gardiens de la prison arrivât devant ma cellule et m’appelât par mon nom. Cet homme qui était habillé tout en noir, et qui portait une massue en bois à sa ceinture, voulait visiblement me parler ou m’annoncer une chose … Peut-être une libération conditionnelle, vu que la marine et/ou le gouvernement mondial venai(en)t peut-être de comprendre, qu’ils avaient fait une erreur en m’emprisonnant, vu que je n’avais fait que me défendre contre les deux chasseurs de prime … Et bien non ! Tristesse et déception, ce n’était pas pour ça! Et oui ! Comme quoi, on peut être une institution mondiale et ne rien connaître de la vie des habitants de cette planète même planète que l’on dirige … Pfff, je vous jure … Mais bon, il m’annonçât quelqu’un chose de beaucoup plus divertissant … Et oui ! Quelqu’un voulait me parler ! Et qui était-ce ? Je ne le savais ! On m’indiquât juste que c’était un membre de la Marine.

Une fois cette annonce entendue, j’attendis durant une bonne demi-heure, assis dans ma cellule. Dès que je voyais l’un des gardes de la prison, je leur demandais dans combien temps, ce fameux marine allait arriver, vu que je n’aimais pas trop attendre à ne rien faire … Et bien entendu, à chaque fois, on me mettait un magnifique vent … Pffff je vous jure la politesse. Après ces longues trente minutes attendue, je vis un homme, arriver au loin. Et dès que je vis, je le reconnus … Qui était-ce, la réponse était simple … C’était Jean-Didier … Euh nan Roger … Bref, le fils du maire, que j’avais accidentellement tué. Visiblement, il n’avait pas trop aimé ce que j’avais fait à sa famille. Après tout,je le comprenais aussi un peu … Si un fou avait tué mes parents, je n’aurai pas trop kiffé ce mec … Attendez ! Vous avez mal lu ! Non, je ne viens pas dire que j’étais fou ! D’un pas alerte, tout en me lançant un regard,relativement méchant. L’homme s’avançait vers moi et une fois assez proche, il criât cette phrase en ma direction :

  • Oh toi ! T’as du bol d’être de l’autre côté de ta cellule sinon …


L’homme ne put même pas finir sa phrase, que je l’interrompais en parlant avec une pointe d’ironie :

  • Oh ça va ! Bibendum ! C’est pas comme si j’avais tué la moitié de ta famille … Ah si, je l’ai fait ! Kakakaka !


Pourquoi l’appeler Bibendum ? Car l’homme était tout simplement gros … Et oui ! Il devait peser dans les 130 kilogrammes pour seulement 1 mètre 50 … Je vous jure, si on le mettait à côté d’une pile de pneus, on pouvait ne pas le remarquer … En plus, ce n’est pas pour dire, mais cette attitude de gros méchant ne lui allait pas du tout ! Car il n’avait pas le visage, qui allait avec, c’est comme si quelqu’un, faisant partie d’un groupe de métal, vous disait : « Je vais t’offrir ce joli nounours rose ». Je vous jure ! C’était vraiment pathétique. N’aimant pas trop que je lui remémore la mort d’une partie de sa famille et que je me foute de sa gueule, le soldat de la marine me répondit avec cette phrase :

  • Crois-moi ! Dans peu de temps, tu vas me supplier de te tuer, car ta vie ici va devenir un supplice ! Mauvaise nouvelle pour toi, j’ai été transféré ici et si jamais, tu décides de t’enfuir, tu vas souffrir pour tout le mal que tu m’as causé !


Visiblement … Il ne m’aimait vraiment pas … En plus, c’est pas pour dire, mais sur l’île des Dix Royaumes, je ne m’étais jamais vraiment foutu de sa gueule … Oui, je lui avais déjà dit quelques fois, que c’était un gros feinéant, qui ne servait à rien … Mais bon, certains le tapaient chaque jour … Pffff, je vous jure … Il pourrait au moins avoir un peu de compassion quoi ! Vu que j’aimais pas que l’on me menace d’une quelconque manière, j’osais lui répondre encore une fois, quitte à ce que ma vie ici, se transforme en un véritable purgatoire … Mais bon osef quoi ! Je fis cela avec cette phrase :

  • En tout cas, je suis content pour toi … Visiblement, t’as trouvé un travail où tu peux manger autant que tu veux. Et si jamais, en combat, tu veux m’écraser avec ton corps d’éléphant de mer, je suis déjà sorti vainqueur d’un combat comme celui-là contre un chasseur de primes, donc t’as aucune chance contre moi, gros tas !


Après avoir entendu cela, la tête de Bibendum, devenu encore plus rouge … On aurait dit à ce moment-là, qu’il venait de manger un Naga Viper … En voyant cela, je ne pus m’empêcher de relâcher un petit rire. N’aimant pas que je me foute de la gueule d’un officier de la Marine. Le garde, qui accompagnait le marine, lui demandât s’il devait me donner quelques coups de matraque. L’homme à forte corpulence lui répondit d’un « non » avec un simple geste de la main … Comme quoi ! Lui, qui voulait me foutre dans la merde, n’avait pas de balls. Et pendant que ce dernier repartit avec son nouveau larbin … Je ne pus m’empêcher de rire assez fort, pensant au moment où j’allais repeindre le sol avec le sang de ce foutu soldat … Allais-je vivre un véritable enfer ? Est-ce que cette prison allait me casser au plus profond de mon être ? Telles étaient les questions que vous vous posiez … Et ben, vous aurez toutes ces réponses durant le prochain post’ promis ! Même forum ! même Mieu ! Même rp’ !

Thème du rp’ :

Spoiler:
 

 Crédit: Neko-chan in Never Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Kensaku Dekiru
avatar
Civil

Feuille de personnage
Rang: 5
Expériences:
53/400  (53/400)
Pouvoir(s): Kage Kage no mi
MessageSujet: Re: "Qui ne s'est jamais laissé enchaîner - Ne saura jamais ce qu'est la liberté."   Sam 3 Déc - 18:12



Rien d’autre qu’une histoire de cigarette et de promesses ...





A
près que le marine soit parti avec son nouveau larbin. Je vis passer quelqu’un d’autre devant ma cellule … Et c’était un garde, qui fumait paisiblement une cigarette … N’ayant toujours pas fumé quoi que ce soit depuis quelques jours et commençant à ressentir le manque de nicotines dans mon organisme, je décidais de prendre mes cojones et de lui en demander. Mais ce mec mal-poli ne voulut même pas me passer la fin … Ah putain ! Ces connards de fumeurs, qui ne veulent même pas aider, les gens qui sont comme ça, je vous jure, ça me dégoûte ! Étant un peu énervé par sa réaction, je lui disais ça :

  • Si jamais, je me retrouve derrière ces barreaux, tu seras l’un des premiers à mourir ! Connard !


Après avoir entendu, ce que je venais de lui dire, l’homme ne put s’empêcher de rire, avant de me narguer … Ah putain ! Je vous jure ! Celui-là, il allait souffrir et cela n’allait pas être beau ! Après cela, j’attendis dans ma cellule avant d’être exploitée par le personnel de la prison, en transportant de vieux rondins de bois. Une fois ma journée terminée, je me dirigeai vers les douches, afin de me rafraîchir un peu. Et en sortant de celle-là, qui avait été particulièrement froide (Un peu comme si vous étiez sur Drum sans votre petit tricot, fait par votre mère). Je vis quelque chose de relativement bizarre. Les révolutionnaires étaient regroupés dans une partie des douches, assez loin pour que les gardiens ne les voient. L’un de ces anarchistes fit quelque chose de vraiment bizarre, il ouvrir en grand sa bouche, un peu comme s’il se déboîtait la mâchoire et vomit toutes sortes de choses, comme des armes ou des vêtement relativement épais … Visiblement, les gardes avaient fait mal leur travail ! Et ils allaient probablement payer cette erreur. Voulant participer à leur petite révolution, je leur demandais une première fois une arme. Et tout comme tout à l’heure, je me pris un bon gros « Nan » (Putain ! J’avais perdu de mon charisme en prison ou quoi ? Avant, quand je demandais un truc, je le recevais ! Ah putain ! Ca m’énerve !). En voulant vraiment une, je leur refis ma demande, mais en disant ça :

  • Allez s’il vous plait ! Même un petit couteau de merde et je vous fais la promesse, que de hors, je vous rendrai n’importe quel service !


(Et surtout, ne vous foutez pas de ma gueule ! Si jamais, vous étiez dans la même situation que moi, vous les aurez aussi suppliés !)Ayant entendu ma petite phrase, l’un de leurs chefs, me dit cela avec un grand sourire.

  • Vraiment n’importe quel service ?


J’acquiesçais d’un petit « oui » avec la tête. Après cela, on m’envoyât un petit couteau … Style ceux qu’ont les Marine. Après cela, on attendit un signal … Quel était-il ? Tout comme vous, n’ayant pas des pouvoirs de devins. Je ne le savais pas encore, avant d’entendre une explosion, qui fit trembler toute la prison. J’eus l’impression à ce moment-là, que la prison était attaquée par un navire révolutionnaire. Avais-je eu la bonne impression, je ne le savais pas encore, mais en tout cas, cela n’avait pas l’air de sentir faux vu que cela n’allât qu’en s’intensifiant. Pendant que dehors, des boulets de canons devaient pleuvoir sur le bâtiment gouvernemental. C’’est à ce moment que tout le monde choisit pour détruire les gardes de la prison. Et croyez-moi, vu notre nombre et qu’ils étaient surpris de se faire attaquer à l’extérieur. Ils allaient prendre cher, surtout celui qui n’avait pas voulu me passer ne serait-ce que la fin de sa cigarette ! Une fois, sortis des douches, une pluie de balles et de boulets de bazooka commençait à pleuvoir dans tous les sens, créant ainsi des trous plus ou moins importants dans les murs. En plus de ça, des révolutionnaires se mettaient à courir dans tous les sens. Un groupe allât vers les ailes supérieures, quant un autre, ils allaient vers la sortie. Visiblement, ils avaient encore quelques personnes à libérer.

Me servant de tout ce brouhaha après avoir vu au loin le garde mal-poli avec un ami à lui. Je me mis à courir vers lui, en disant haut et fort que ces révolutionnaires étaient complètement malade et qu’ils allaient me tuer. Au début, les deux hommes ne me crurent, puis voyant que je ne m’arrêtai pas, ne voulant pas être la cause de la mort d’un prisonnier et croyant vraiment en ma magnifique comédie. Ils décidèrent de me protéger en se mettant entre moi et les révolutionnaires. Une fois assez proche d’eux, d’un habile mouvement de la main droite. Je fis passer le couteau que je cachais de ma manche à dans ma paume droite. Puis d’un magnifique geste, à la fois rapide et précis, je coupais la carotide du premier garde. Quant au second … A celui, qui n’avait pas voulu me passer une cigarette … à celui qui faisait partie de ma liste, des gens les plus détestés de cette planète. Je prenais un peu plus de temps à le tuer, en lui plantant le même couteau en pleine milieu de la poitrine au niveau du cœur. Puis, peu à peu j’avançais le couteau jusqu’au plus profond de ses entrailles. Aimant bien faire comprendre à mes ennemis, que l’on me doit le plus grand respect.Je mis ma main gauche sur sa bouche, lui empêchant ainsi de parler et l’obligeant de ne pas relâcher le sang, qui commençait à s’accumuler dans sa bouche. Puis je me pensais vers lui et une fois assez proche, je lui chuchotais ces quelques mots à son oreille :

  • Ah, franchement vous êtes trop cons … Vous croyiez vraiment que ma vie était en danger ? Même si je suis innocent ! Il ne faut jamais faire confiance à quelqu’un qu’on retient emprisonné ! En plus, pour moi, une promesse c’est sacré, j’avais promis de te tuer et regarde, tu vas mourir comme une grosse merde maintenant !


Après avoir fini mon long monologue … qui avait duré assez longtemps … Il faut l’avouer ! Mais bon, on reconnaît les hommes puissants à leurs dialogues. Et j’espère que même là où il allait, que ce soit au paradis ou en enfer, il allait continuer de me craindre, car les pauvres merdes comme lui, qui ne font pas ce que je leur demande, doivent avoir peur de moi, où que je sois et où elles sont ! Je retirais mon arme de son corps et là un véritable geyser de sang sortait de son corps, pendant que l’homme sans vie tombait par terre. Une fois qu’il fut à terre, je pris plusieurs choses sur son corps. Les clefs de mes chaines … Car oui ! Je voulais retrouver mes pouvoirs après tout ! Afin de leur montrer que dans les ombres, se cachent un véritable monstre de puissance (Et oui ! Vous avez pu voir le magnifique clin d’oeil que je me suis fait à moi-même … C’est fou comme je suis intelligent hein !). Je pris aussi le briquet et le paquet de blondes du pauvre homme. Avant de me libérer de mes entraves, je mis à l’abri, afin de le faire en sécurité … Histoire de ne pas me prendre un headshoot par un inconnu. Ainsi je me mis derrière un mur et fit tomber les menottes par terre, en les retirant, après avoir mis la clef dans la serrure de ces dernières. Après cela, je sentis toutes les forces que j’avais perdues, durant ces quelques jours, revenir à moi. D’ailleurs, je n’attendis que de mettre une cigarette à ma bouche et de l’allumer, avant de pouvoir me re-servir des pouvoirs, qu’une bonne partie de la planète m’enviait en utilisant un Kage Kage no Weapon. Grâce à cela, mon ombre allât tout de suite entre mes mains, en prenant la forme d’un magnifique fusil. Et là comme dans un film d’action (Car après tout, je suis classe !). Je fis une roulade sur le côté, afin de pouvoir viser et tirât 5 coups. Malheureusement, n’ayant pas la technique d’un tireur d’élite (car les armes à feu, il faut l’avouer, c’est pour les gens qui n’ont pas de vie), je ne touchais pas 5 types, mais seulement trois. Un fut touché en plein dans le torse, quant au second, lui il fut touché dans une jambe. Enfin le dernier … Bien entendu, ayant quand même un peu de classe,je lui collais une balle entre les deux yeux. Une fois ces trois gardes par terre. Je me dirigeais vers la sortie. Je vis sur le chemin qu’un groupe de révolutionnaire était en ce moment en train d’occuper le directeur et le vice-directeur de la prison, devant la porte grande ouverte, qui faisait le lien entre l’aile 2 et 1. Voyant cette opportunité, je lançais mon ombre, contourner ce combat, du fait qu’elle pouvait le faire avec plus de discrétion que moi. D’ailleurs c’est ce qu’elle fit parfaitement. Visiblement, les officiers de la prison ne connaissaient pas vraiment mes pouvoirs (Pfffff, je vous jure ces incultes !) et/ou voyait un plus grand danger dans les révolutionnaire qu’en moi (Pfffff … Je vous jure, c’est pas bien de me sous estimer). Une fois que mon ombre fut dans le couloir. J’inter-changeais de place avec elle, avant de continuer de courir droit vers la sortie. Mais en faisant ça, je sentis comme une présence … Qui était-ce ? Qu’allait-il m’arriver ? Allais-je enfin sortir de cette prison ? Telles étaient les questions que vous vous posiez ! Et leurs réponses seront dans le prochain post’ ! Même forum ! Même lieu ! Même rp’ !

Thème du rp’ :

Spoiler:
 

 Crédit: Neko-chan in Never Utopia


LSDLCB

Succès IRP :
 
Revenir en haut Aller en bas
Maître Jeu
avatar
Dieu

Feuille de personnage
Rang: 16
Expériences:
1500/1500  (1500/1500)
Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: "Qui ne s'est jamais laissé enchaîner - Ne saura jamais ce qu'est la liberté."   Dim 4 Déc - 12:34

"Allez les gars on se réveille, nous avons une rébellion à mater…"

Que ses mots étaient doux à mes oreilles en pas aussi doux que les bonbons que j’avais mangés la veille… Pourquoi je vous parle de bonbons… Parce que j’en ai envie et parce que tout le monde aime ça… les douceurs c’est la vie. Regardez-moi la nourriture c’est la vie et moi je ne vis que pour manger et que pour malmener les prisonniers. Il y en a un en particulier que je surveille depuis un moment… J’ai une dent contre lui… Ou plutôt vraisemblable j’ai toute ma bouche si je peux gâcher l’expression. Vous savez le type qui plus haut dans le rp m’avait appelé Bibendum.

Ce que je hais ce type, il a tué mon père et à partir de là tout est partie en sucette. J’ai tout perdu, mon statut social, mon argent, tout. Je lui dois quand même quelque chose… Ma présence en ce lieu. C’est par où grâce à lui que je suis devenu un marine ! Mais c’est par mes actes que j’ai grimpé jusqu’à devenir Sous-lieutenant. Et oui même un gros tas comme moi peut devenir quelqu’un d’important à condition de faire ce qu’on lui demande. Je suis la preuve que le gouvernement fait bien son travail.

"Gloutony tu vas avec l’équipe B à la porte du deuxième palier"

"A vos ordres… "

Celui qui avait parlé c’était le vice capitaine mais lui il avait été appelé dans la zone 3 pour éviter tout débordement avec les prisonniers à grosse prime, c’était donc moi, qui prenais la tête des opérations sur le reste de la prison. En clair, j’allais pouvoir faire ce qu’il me plaisait pour arrêter ces fichus révolutionnaires qui avaient gâché ma sieste D’ailleurs j’ai une question pour les gardes, comment les révolutionnaires avaient-ils pu faire passer des armes sans qu’on le sache ? Encore une fois merci commissaire la bavure pour votre excellent service. Il devait y avoir un utilisateur de fruit du démon parmi eux, et bien sûr pas de chaîne spéciale, le fruit n’avait surement pas été détecté…

Je passai le premier pallier la rébellion ne l’avait pas encore atteinte, mais on entendait tout de même le bruit des combats. L’excitation montait en puissance, des piques d’adrénaline parcouraient mes entrailles… à moins que ce ne soient les foies de veau d’hier… Comment cela, je ne pense qu’à la bouffe… Non, ce n'est pas vrai… Un jambon ? Où cela ? J’arrivais avec mon équipe sur le lieu-dit de mon intervention. Je passais la porte grande ouverte et ordonnai qu’on la referme me laissant seul avec mon équipe dans la presque totale obscurité. On entendait une douce mélodie, celui des sabres et des armes à feu. Nous nous préparions à recevoir les fuyards.

Un homme apparut soudainement devant moi… Enfin devant moi… C’était tout relatif… car il était encore à une vingtaine de mètres entre lui et moi. Il est grand le couloir n’est-ce pas . Mais je le distinguais parfaitement car il y avait une lampe à l’entrée. Il s’était arrêté, il avait donc senti ma présence et celui de mes hommes. C’était cet homme, celui que je détestais le plus au monde. La providence était donc de mon côté. J’aurai dû m’annoncer, lui dire que j’étais là mais j’ordonnai qu’on tire sur ce chien sans sommation. Quoi… Je suis de la marine… je ne devrais pas … Allez-vous faire [Censure] ce type est et restera mon antéchrist à moi. Si je peux le tuer ici même sans levé le petit doigt alors je me dois d’essayer. Je ne sais pas si les balles l’ont touché, je vais vous dire j’espère en secret que cela ne l’a pas tué car je veux le hacher menue, je veux l’écraser, je veux le passé au moulinet comme dans un abattoir. Mes yeux se font rouges et mon regard se fait sadique… Ma vengeance est en marche… J’ouvre grand la bouche…et j’en ai une grande de gueules… pleines de dents… prête à mordre et à goûter au sang de mon ennemie. Je m’avançais un peu dans la pénombre

"Tu vas crever ici… Chien galeux. Jamais, au grand jamais tu ne verras la lumière du jour, je vais te remettre tes chaines et l’on ne te servira que de la bouffe pour clébard dans ta gamelle. Tu pensais avoir touché le fond… crois-moi tu as vécu au paradis pour l’instant. "
Revenir en haut Aller en bas
Kensaku Dekiru
avatar
Civil

Feuille de personnage
Rang: 5
Expériences:
53/400  (53/400)
Pouvoir(s): Kage Kage no mi
MessageSujet: Re: "Qui ne s'est jamais laissé enchaîner - Ne saura jamais ce qu'est la liberté."   Dim 4 Déc - 19:34



Ça existe les prisons pour aminaux ? Ah oui ça s’appelle un zoo !





A
lors que je venais d’éviter un long combat, qui se déroulait maintenant derrière moi, entre les révolutionnaire et le plus haut gradé de la prison. Je me dirigeai maintenant vers la sortie en courant … D’ailleurs, à ce moment-là, j’eus une petite pensée pour ces idiots de la Marine, qui avaient soigné ma jambe dans leur QG … Maintenant, elle était comme neuve et je pouvais gambader comme une licorne arc-en-ciel … À mon avis, si cet animal fantastique pouvait me voir, il en aurait été même jaloux, car moi contrairement à elle, je courais avec classe (Et puis après tout, un cheval, c’est pas fait pour courir, mais pour être dans des lasagnes à la place du bœuf) … Bref, après ce petit instant équidé qui a une stalagmites en plein milieu de sa tête … Revenons au plus important … À moi ! Après avoir fait de nombreux pas entre l’aile n°1 et la seconde. Je sentis une présence, toute proche de moi, n’aimant pas trop que l’on m’observe ou que l’on m’attaque par surprise. Je décidais de m’arrêter et tel un suricate (Et oui ! On va essayer de placer le plus de noms d’animal que possible aujourd’hui ! Prenez une feuille et mettez une barre à chaque fois que vous entendez le nom d’un membre de l’ordre animal !), je me mis à regarder tout autour de moi. Et là, je vis un gros porc se dirigeait vers moi. Et contrairement à l’animal, vivant dans le désert, je n’émettais pas de cri … Car oh merde ! Je ne suis pas quelqu’un qui crie en voyant quelqu’un d’autre… Sauf si ce mec vient de m’arracher un bras bien sûr … Et comme vous l’aurez deviné, vu que je ne traite pas énormément de gens (Attention à ce que vous dites ! Car vous ne savez pas qui je suis ! Bande de petits cons !) ... Celui que j’avais vu était notre ami Bibendum, qui visiblement, venait de manger un éléphant à lui tout seul, vu qu’il avait encore un peu grossi. Et évidemment, ce repas ne lui avait pas donné la merveilleuse idée de me dire « Hé ! J’ai fait un repas salvateur ! Je te pardonne pour tout ce que t’as fait ! Vole vers ta liberté, maintenant petit moineau ! » puisqu’il me disait carrément autre chose. Et oui ! Tristesse et déception dans mon petit cœur ! Il ne prononçait pas un long monologue intéressait … Visiblement, contrairement à moi, il n’avait pas la classe incarnée pour faire des choses comme celles-là. Il disait juste qu’il allait me battre et me foutre en prison pour un bon millénaire … Ah oui ! Sinon ce gros tas pour ne pas changer, trouvait encore un moment pour parler de nourriture au plein milieu de sa phrase, en disant que j’allais bouffer des croquettes pour chiens, durant le reste de ma vie … Comme quoi, quand on est vraiment gros et con, on ne peut pas penser à autre chose que la bouffe. Et enfin, il terminait son monologue en disant, que jusque-là, j’avais vécu au paradis et que je n’allais pas tarder à connaître l’enfer … Ah putain ! On l’aura attendu celle-là ! Enfin, une phrase classe et intéressante qui sortait de sa bouche de gros phacochère. A ça, je ne tardais pas à répondre par une phrase qui allait retentir dans la prison entière, vu sa classe. Ainsi je prononçais cette fameuse phrase :

  • Tu sais, c’est pas un éléphant de mer, qui va m’arrêter et m’empêcher de sortir d’ici. Car je mets mes pieds où je veux et c’est souvent dans la gueule. Et crois-moi à la fin de ce combat, tu ne pourras manger que de la soupe de calamars, vu à quel point ta bouche sera déformée !


Et oui ! Vous avez vu cette classe et cette connaissance du monde qui m’entoure ! Car franchement, vous en connaissez beaucoup des personnes, qui arrive à insulter des personnes avec le nom d’un animal … et de se servir de ce même animal pour insulter encore une fois cette même personne. Moi j’en connais qu’un seul ! Et c’est moi ! Après cela, je décidais d’attaquer Bibendum … car oui, se parler, c’est cool, mais on n’allait pas se regarder comme des loups de faïence durant 58 ans … Nan mais oh ! Ainsi, je me servais une nouvelle fois de mes pouvoirs, en utilisant la célèbre technique, que vous connaissez parfaitement maintenant : Le Kage Kage no Weapon ! Et cette fois-ci, elle ne prenait pas la forme d’une massue, d’un fusil, d’une longue épée ou d’un pistolet … Mais bien de l’arme, qui représente au mieux … Les conquérants de la mer en ce monde ! Je parle d’un trident (Pour le côté esthétique, je fis ressembler le mangue à une longue anguille). Pendant que mon ombre finissait de se transformer en cette arme majestueuse … Je me mis à courir vers mon ennemi, une fois arrivé assez proche de mon ennemi, je m’accroupissais un peu, à la fois pour le surprendre, mais aussi, car je voulais transpercer Bibendum comme on transforme un pauvre petit mouton en méchoui ! Est-ce que le marine allait finir comme une brochette ? Tel était la grande question que vous vous posiez ! Et ben la réponse, vous l’aurez dans le prochain post’ ! Même forum ! Même lieu ! Même rp’ !

HS : Maintenant, vous l’avez compris le titre du rp’, hein !

Thème du rp’ :

Spoiler:
 

 Crédit: Neko-chan in Never Utopia


LSDLCB

Succès IRP :
 
Revenir en haut Aller en bas
Maître Jeu
avatar
Dieu

Feuille de personnage
Rang: 16
Expériences:
1500/1500  (1500/1500)
Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: "Qui ne s'est jamais laissé enchaîner - Ne saura jamais ce qu'est la liberté."   Lun 5 Déc - 12:00

Non mais vous avez entendu ça… Le gringalet me traitait d’éléphant de mer… Bien je dois avouer que cela touchait mon âme si sensible… à cet instant précis, j’aurais voulu me mettre dans un coin de la pièce pour cacher ma dépression… Ou pas… ce type ne m’apprenait rien, je sais que je suis gros et que je mange tout le temps… Ce n'est pas un secret… En plus avec ce genre de phrase… Il n’était vraiment pas dans une dynamique positive… En clair il était loin d’être cool… Moi par exemple je positive… Je suis gros… je suis mou… ben je suis du genre à être un bonbon nounours tout moelleux et si ça ce n'est pas la classe… je m’y connais pas !

En plus il me sort beaucoup de noms d’animaux avant de se lancer sur moi, si vous saviez comme il a raison… je mangerai une soupe de calamar… non je vous jure c’est ce qu’a prévu la cuisinière pour le repas de soir… bon j’en mangerai une marmite bien entendu faut pas que je perde du poids. Quand vous avez un corps d’Apollon faut l’entretenir ! Ce qui est clair c’est que le prisonnier ne voulait pas continuer à parler. Moi, je nous imaginais très bien main dans la main parcourant de longues pleines tout en se donnant à manger l’un à l’autre durant l’éternité… Enfin je m’imaginais surtout avec lui en squelette comme dossier pour être exacte.

Il prit les devants comme je m’y attendais… Ben oui… Plus il restait dans la prison et plus notre vice-lieutenant aurait le temps de mater la rébellion et de revenir. Comme quoi d’un Rp à l’autre ça ne change pas vraiment… Le temps a déjà joué en sa défaveur… peut-être qu’elle lui fera encore un joli caprice. Caprice à deux, caprice des dieux ! Ceci est une pub que je devais placer car c’est un de nos plus gros sponsor ! Du coup légalement je devais le placer, ordre du patron.

Revenons à notre bataille, le gamin transforma ce qui sembla être son nombre en trident. Voilà donc sa capacité, manipuler les ombres… intéressants… Comme cela mon ennemie avec une capacité qui l’avantageait. Pauvre de moi, je vais mourir, devrais-je fuir et le laisser s’échapper ou devrais-je m’agenouiller en espérant qu’il me pardonne… Je rigole… je lui ai fait une promesse, celle de le remettre en cage et je compte bien la tenir. La promesse pas autre chose… Coquin va… faites pas les innocents… Nous ne sommes pas là pour faire du Yaoi… Je vous jure…

Il s’abaissa et me transperça de son trident… enfin ça c’est ce qu’il avait espéré… Pour ce qui est de la réalité… C’est qu’au moment où je l’ai vu arriver sur moi… j’ai utilisé ma capacité spéciale… Eh oui, il n’était pas le seul à pouvoir faire des choses étranges ! Pour ma part, je suis capable de me transformer en hybride de Rhinocéros ! Ce qui en résulte, c’est un corps d’athlète de deux mètres trente de haut, avec une peau en cuir résistant sur une couche de gras, une force surpassant l’entendement humain et tout ça avec mon génie… Vous allez bien sûr me demander comment j’ai arrêté de trident en fait je ne l’ai pas arrêté… Je l’ai simplement esquivé… L’attaque était simple, un coup vers l’avant, j’ai juste dû faire un pas de côté pour ne pas me le prendre.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

À cette attaque enraillée, je répondis allègrement par un coup de tête et surtout par un coup de corne à vous faire valser une voiture. Je ne savais pas si j’allais le toucher avec mon premier coup. Mais au cas où, je frappai de mes deux poings en même temps vers l’avant, l’un à droit de ma tête et l’autre à gauche. Je ne savais de nouveau pas si je l’avais touché. Cela je ne le saurais comme vous que quand mon adversaire postera sa réponse.

" Tu croyais être le seul à posséder des pouvoirs ? "
Revenir en haut Aller en bas
Kensaku Dekiru
avatar
Civil

Feuille de personnage
Rang: 5
Expériences:
53/400  (53/400)
Pouvoir(s): Kage Kage no mi
MessageSujet: Re: "Qui ne s'est jamais laissé enchaîner - Ne saura jamais ce qu'est la liberté."   Mar 6 Déc - 22:40



Braconnage de Rhinocéros INC !





M
on trident noir se rapprochait de plus en plus de Bibendum … Allait-il être transpercé comme une simple brochette … Telle était la question, que je me posais … Et malheureusement pour moi, la réponse fut : NON ! Et là, vous devez vous demander : Pourquoi ? Et je dois vous dire, que c’est une très bonne question (Comme quoi vous vous améliorez avec le temps, c’est bien) ! Et ben … car encore une fois, je tombais sur un ennemi, qui avait mangé un fruit du démon. Heureusement pour moi, je n’étais pas tombé sur un logia … Car ou sinon ! La galère que ça aurait fait, vu que ce gros tas aurait tout esquivé ! Je préfère ne pas vous raconter … J’en ai même des frissons à y penser … D’ailleurs, encore une fois, je me perds dans mes pensées … Revenons au combat. Contrairement au chasseur de primes que j’avais affronté avant d’arriver en prison ou à moi. Mon ennemi ne possédait pas de paramécia … Et oui ! Il ne pouvait pas avoir la classe d’en avoir mangé un ! Car on va se l’avouer, même si les logias, ça a l’air cool, mon type de fruit est beaucoup plus cool, car il est original ! Mon ennemi avait un zoan ! Certaines personnes de ce Monde ont tendance à croire que cette forme de fruits du démon, est l’une des plus faibles sur notre planète. Or pour moi ! C’est faux, ça dépend du fruit … et Dieu sait (ou peut-être le Démon) que c’est mangé au hasard ces drôles de fruits. Par exemple, le fruit de la souris est à chier, puisqu’à part s’infiltrer quelque part et pouvoir bouffer un comté vieux de 3 ans … Il ne sert à rien ! Contrairement au zoan du lion … qui lui, on va se l’avouer, est particulièrement badass ! Et là vous devez vous demander … sur l’échelle de la badassitude (qui est située entre 0 et 69 (Pourquoi ce chiffre ? Bah parce que ! (D’ailleurs vous avez vu cette super parenthèseception ?))), lequel niveau atteignait le fruit du Bibendum ! Bah vu que c’était celui du rhinocéros … Bah il obtient une bonne note … mais (car il y a un toujours un mais) vu que c’est un animal de type « victimisé » par les braconniers (sûrement pour sa ressemblance avec la licorne) … bah ça note baisse, du coup ça fait 43 - 4 , donc 39 si je suis bon en mathématiques. Du coup, c’est pas une note forcément dégueulasse … mais pas super bonne non plus. Et là vous devez vous demander : Mais putain pourquoi il parle du fruit du rhinocéros, alors qu’il était en train de faire une attaque ? Alors là, c’est une très bonne question … Car à la fois, c’est mon post’, du coup, c’est moi qui choisis ce que j’écris et pas vous ! Et car le rhinocéros est doté d’une peau épaisse, capable de le protéger contre moult et diverses attaques. Ainsi il ne s’était pas servi de sa carapace naturelle pour éviter mon attaque (Vous y avez cru hein ! Mais quand on ne veut pas être badass ! Bah on ne peut pas l’être), il se contentât de faire un pas sur le côté. Et là, ce fut pour moi, une déception ! Mais bon, voyons une bonne nouvelle ! J’allais pouvoir martyriser un peu plus ce connard de Marine et ça c’est plutôt cool.

Après avoir su éviter mon attaque, sans transpirer 1 litre de sueur … Car oui, avec son surpoids, il devait avoir du mal à se déplacer le petit gros. Le marine décidât de contre-attaquer avec sa tête et sa corne à l’instar d’une licorne qui veut vous montrer que ce n’est pas une stupide victime légendaire (Putain, vous trouvez pas, qu’on parle souvent de licornes dans ce rp’ ? C’est bizarre hein !). Son coup arrivât relativement vite. Et là … je ne pus faire pas grand-chose pour l’éviter et je … rigole ! Car oui ! Il en fallait plus pour surprendre le célèbre tueur de chasseurs de primes, que je suis ! Pour esquiver son attaque, je fis exprès de tomber en arrière comme ça, sa stupide attaque passât au dessus de moi (Et attention ! Ne croyez pas que j’étais surpris par la classe naturelle du Marine !). J’amortissais ma chute en l’amortissant avec coudes … D’ailleurs cela me fit un peu mal à cet endroit sur le coup. Et bien entendu, là vous devez vous dire, que j’étais un peu dans la merde, car mon ennemi n’avait qu’à me shooter et je faisais un vol de 58 mètres … ce qui n’était pas faux. C’est pour ça que j’eus le bon réflexe de me servir de mes jambes, afin de glisser sur le sol en avant. Ainsi je passais entre les jambes de mon adversaire … Afin de lui laisser un petit cadeau, je lançais une technique … celle qui avait vaincu Balafré ! Le Kage Kage No Bomb ! Et oui ! Avant de passer sous mon ennemi, je retransformais mon ombre en une petite boule noire et la balançais sur un mur, se trouvant sur le côté gauche de mon adversaire. Encore une fois, vu le peu de la distance entre mon ennemi et le petit objet rond … Il n’avait que peu de chance de l’esquiver … Peut-être que cela n’allait pas le tuer ! (Mais si c’était le cas,je sens qu’on allait bientôt la confondre avec le boulet d’une Grosse Burt !) Mais en tout cas, si ça le blessait, je saurai quelque chose ! Où frapper ce gros porc ! Car comme tout le monde sait ! Une armure a toujours des points faibles, comme au niveau des articulations. Et j’espérai que pour la peau d’un rhinocéros, c’était pareil. Pendant que la bombe dut exploser, je me relevai comme l’homme classe que j’étais, tout en disant cette magnifique phrase :

  • Surprise motherfucker ! Bouffe ça, gros tas!


Et oui ! Encore une fois je l’insultait ! Mais bon, vous me connaissez, j’ai un caractère comme ça après tout. Est-ce que mon attaque avait marché et il était devenu un haché de rhinocéros à la Kensaku ? Tel était la grande question, que vous deviez vous poser … Et ben vous savez quoi ? Pour ne pas changer ! Vous aurez la réponse au prochain post’ ! Même forum ! Même lieu ! Même rp’ !

Thème du rp’ :

Spoiler:
 

 Crédit: Neko-chan in Never Utopia


LSDLCB

Succès IRP :
 
Revenir en haut Aller en bas
Maître Jeu
avatar
Dieu

Feuille de personnage
Rang: 16
Expériences:
1500/1500  (1500/1500)
Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: "Qui ne s'est jamais laissé enchaîner - Ne saura jamais ce qu'est la liberté."   Sam 10 Déc - 11:45

Ahlala cette andouille avait esquivé ma magnifique attaque… Oui, magnifique… Vous en connaissez beaucoup vous des personnes qui peuvent vous donner un coup de corne ? Moi, personnellement à part moi est peut-être le Zoan de la licorne… du moins s’il existe, je n’en vois pas ! Parlons justement un peu de mon cornu d’animal, comme vous le savez tous, c’est un pachyderme à l’instar de l’éléphant… qui est quand même beaucoup plus lourd et plus grand que les miens… Bon j’avoue il est aussi plus classe… Et vus mon physique et ma psychologie je vous aurais trompé énormément ! Eh, Oui, tout ce qui vient avant les points d’exclamation, c’était juste pour pouvoir faire cette blague ! Et je dois dire que cela valait le coup de taper ce petit texte juste pour ça !

Bon revenons à l’andouillette… Il était passé entre mes jambes et m’avait laissé un cadeau… Trop gentil ce gars, un cadeau rien que pour moi… Enfin c’est un cadeau spécial quand même… Une boule noire c’était comme dire… très spécial… bah oui car en plus c’est une boule surprise… Elle explose et surprise cela vous envoie une multitude de bouts coupants comme des rasoirs vous tailler la peau, les muscles et autres parties de votre corps… Heureusement pour moi au lieu de le laisser en dessus de moi et de me les envoyer dans le visage, il avait lancé son ombre sur la gauche et l’avait donc fait exploser sur mon flanc… je ne vais pas vous mentir cela fait un mal de chien, j’ai une peau résistante d’accord mais de là à tout prendre comme ça… Résultat de ce petit échange avec les ombres… Je saignais d’un peu partout sur mon flanc gauche, j’avais des coupures au bras, à la jambe, mon coude me faisait atrocement souffrir car c’est là que le point d’impact s'était concentré et j’en avais même sur le visage.

"Espèce de pourriture… "

Bon j’avoue, je n'ai pas autant de classe que mon collègue pour les répliques… Mais je m’améliore de jour en jour. Mais vous savez de temps en temps il faut prendre le temps ! Et comme je viens de mettre trois temps dans la même phrase je me dois de citer Jacques Brel, une valse à trois temps qui s’offre encore le temps, qui d’offre encore le temps de s’offrir des détours du côté de l’amour comme c’est charmant… C’est bon je nous vous parlerais pas de la danse à quatre temps, ni de celle à mille temps… comme quoi de temps en temps je peux être sympas. Revenons à ma blessure au coude… bah je ne pouvais plus utiliser mon bras… C’est aussi simple que cela… Mon articulation était foutue… Pauvre de moi…

Regardes ce que tu m’as fait enflure… tu vas crever comme une ombre au soleil ! Tirez !!

À qui je parlais… C’est simple vous vous souvenez que je n’étais pas seul à entrer dans le couloir et bien mon équipe avait surement eu le temps de se mettre en position. Les cinq tireurs c’étaient donc positionner dans l’ombre sans rien dire et maintenant que j’en donnais l’ordre pouvait enfin agir. Comment ça c’est de la triche… Pas du tout… C’est une astuce rien de plus… quant à moi alors qu’ils tiraient… tapa d’une force herculéenne non pas en direction de l’homme mais bien sûr le sol ce qui fit naitre un petit séisme, juste de quoi troubler notre possesseur de fruit du démon et dans un rayon ne troublant pas les tireurs. Après ce coup de marteau et n’attends pas de savoir si les balles avaient fait effet, je lançais de nouveau mon poing droit vers l’autre type. Tout en me visant juste un peu plus bas vers la position qui me semblait la plus logique, vers les côtes et si je ratais ma cible de quelques centimètres c’était alors mon épaule qu’il se prendrait. Mais ça encore c’est hypothétique car je ne sais pas du tout ce qu’on adversaire va faire et ce n’est pas à moi d’y répondre mais à lui. Je l’entends, il n'est pas loin, je vous laisse entre ses mains !
Revenir en haut Aller en bas
Kensaku Dekiru
avatar
Civil

Feuille de personnage
Rang: 5
Expériences:
53/400  (53/400)
Pouvoir(s): Kage Kage no mi
MessageSujet: Re: "Qui ne s'est jamais laissé enchaîner - Ne saura jamais ce qu'est la liberté."   Mar 13 Déc - 0:03



Et c’est à partir de ce moment précis,
que tous les gauchers commencèrent à ne plus lire
ce magnifique rp’





M
a bombe venait d’exploser … En me retournant, je pus voir les différents dégâts qu’elle fit sur Bibendum … Et vu que mon ennemi était particulièrement gros, il était difficile de le rater. Heureusement pour moi, sa peau de rhinocéros ne l’avait pas entièrement protégé. Ainsi, il avait été blessé à divers endroits. Il avait de nombreuses coupures du côté gauche de son corps, au niveau du bras et de la jambe … Et vu, l’état de ces deux membres, cela ne devait pas faire énormément de bien. Ainsi, cela me donnait différents endroits à frapper durant le reste de combat, afin de le faire souffrir un maximum … Et comme vous le savez, savoir gérer ses émotions durant un combat est quelque chose de crucial, car un surplus vous déconcentre. D’ailleurs en parlant de ça, n’aimant pas se faire démolir par un ennemi. Le Marine ne put contenir tant de souffrances de lui et se mit à m’insulter de « pourriture » … alors qu’il avait tout tort ! Vu mon corps parfait ! J’étais tout l’opposé de ça ! Je vous jure ces personnes, qui ne savent pas reconnaître la perfection ! Après, cela l’homme essayât de faire un jeu de mots avec mon fruit du démon … (qui était … faut le dire ! Complètement à chier !) pour traduire le fait qu’il allait me tuer. A cela, je lui répondais d’un magnifique rire narquois, accompagné d’un majeur levé en sa direction … Afin de lui traduire, le fait qu’il ne pouvait faire rien contre moi !

Pendant que je fis ça, je remarquai quelques formes dans l'ombre … comme s’il y avait quelque chose là-bas, qui interagissait légèrement avec les quelques rayons d’un éclairage, se trouvant un peu plus loin. N’aimant pas trop ça, je décidais d’envoyer mon ombre là-bas, afin d’avoir un plan de secours au cas-où … En tout cas, si l’homme-rhinocéros avait décidé de ramener certains de ses « amis » (car vu sa gueule et son humeur, il ne devait pas en avoir) … Cela montrerait encore une fois, quelque chose au monde … A fois que cet homme est un lâche ! Il ne peut pas combattre en un contre un. Et l’autre chose, était que vu ma puissance ! Un seul humain lambda ne pouvait m’arrêter ! Moi ! Le plus célèbre tueur de chasseurs de primes, au Monde ! Pendant que mon ombre fit son petit bout de chemin. Mes doutes furent confirmés, quand Bibendum ordonner à ses chien-chiens de tirer ! Après cela, je le vis, m’attaquer. Étant trop près de lui, je ne pouvais pas forcément éviter son coup. Ainsi, je me mis simplement en garde. Cependant, il fit quelque chose qui me surprit ! Au lieu, de me donner une bonne grosse patate de forain en pleine gueule ! Ce qui aurait eu pour conséquence de m’envoyer voler contre un mur. Il frappât le sol ! Et oh mon dieu ! Quelle force, il mit dans son coup ! Visiblement, un pavé qui composait le parquet, avait sûrement du avoir tué la sœur de Bibendum ! Pour que le gros monsieur le déteste autant ! A cause de ça, une partie de la prison se mit à trembler, comme si un mini-séisme avait frappé l’instance judiciaire. Entendant des coups de feu, je décidai d’utiliser mon « Kage Kage no Teleportation », afin de changer de places avec mon ombre. Et pendant que je fis cela, je sentis un mouvement non-contrôlé de mon bras gauche vers l’arrière, ainsi qu’une vive douleur dans ce dernier …


Une fois dans l’ombre. Je pus voir l’étendu des dégâts. Je m’étais pris une balle au niveau du biceps. Et cela me faisait particulièrement mal, en plus de limiter le nombre de mouvements, que je pouvais faire avec ce bras … Pour ne pas dire qu’ils étaient au nombre de zéro maintenant. Pendant que je regardais l’étendu de mes blessures et que du sang goûtait de ma blessure, ma pauvre ombre, qui n’avait rien demandé à personne (Il faut l’avouer ! Donc si vous voulez qu’elle soufre moins ! Appelez le S.O.S Ombre maltraitée !), prenait la totale, que ce soit une bonne dizaine de tirs de fusils ou une grosse torgnole en plein dans le bide ! Et là, je me dis à ce moment, putain mes ennemis sont à la fois cons et aveugles. Étant proche de personnes, à qui je voulais manger leur ombre, et qui plus est, qui était occupées. Je cherchais une technique de leur piquer. Néanmoins, je ne pus le faire directement, vu que je ne pus voir leur ombre, étant donné qu’elles étaient elles-même cachée dans les ténèbres … Jusqu’à ce que je vis une torche éteinte, accrochée au mur. Et là ! D’un seul coup, avec mon bras valide, je la pris entre mes mains avant de la mettre à ma bouche, afin de l’allumer avec le briquet que j’avais précédemment volé au garde. Une fois allumée, je la jetais devant les soldats de la prison, afin que je puisse voir leurs ombres. Une fois que cela fut fait et avant qu’ils ne puissent se retourner. J’utilisais ma célèbre technique du « Kage Kage no Kidnapping » sur ces pauvres gardes. Pour cela, je séparais leurs ombres de leurs corps, avec un coup de couteau, avant de manger ces étranges corps noirs (Et là ! Je ne vous dis pas, quel goût a une ombre ! Car celui qu’a la maîtrise du Kage Kage no Mi, ne dévoile jamais ses secrets !). Et dès que leurs ombres étaient séparées de leurs corps, les geôliers de la prisons, tombaient dans les pommes. Quant à moi ! Plus j’en mangeais et plus, je devenais baraqué ! En plus de ça, de grosses cernes se dessinaient et grossissaient sous mes yeux. Et comme un schtroumph ma peau devenait peu à peu bleue. Après avoir mangé 5 ombres, je sentis que j’arrivai presque aux limites de mon intestin et de mes capacités dans ce domaine. Néanmoins, j’allais maintenant pouvoir donner des putains de grosses tatanes de Bûcheron à Bibendum ! Avant de faire, je lui disais ça !

  • Maintenant ! Gros sac de graisses ! Ressens toute ma puissance ! Car IL N’Y A AUCUNE LIMITE A MON POUVOIR !


Pendant que je disais cela, j’ordonnais mon ombre, de se mettre autour de la blessure, qui venait de m’être fait, afin de faire comme un pansement, dans le but de réduire l’écoulement de sang et d’éviter que j’aggrave ma blessure (Même si durant un court moment, l’idée de me servir d’un bras séparé de mon corps comme d’une batte, vint à mon esprit). Après cela, je m’élançais sur mon ennemi en sautant, afin de lui foutre en pleine gueule un bon gros jump kick en pleine gueule ! Afin de lui confirmer quelque chose, que je lui avais dit quelque chose plus tôt ! Que mes pieds vont où ils veulent ! Et surtout dans la gueule de mon ennemi ! Et là, vous devez vous demander une bonne question ! Qui est le plus fort entre un mec boosté par 5 ombres et un autre, ayant le fruit du rhinocéros ! A cela, je vais vous répondre ! Que vous vous améliorez en devinette ! Et que vous aurez la réponse au prochain post’ ! Même forum ! Même lieu ! Même rp’ !

Thème du rp’ :

Spoiler:
 

 Crédit: Neko-chan in Never Utopia


LSDLCB

Succès IRP :
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: "Qui ne s'est jamais laissé enchaîner - Ne saura jamais ce qu'est la liberté."   

Revenir en haut Aller en bas
 
"Qui ne s'est jamais laissé enchaîner - Ne saura jamais ce qu'est la liberté."
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Ce que personne ne sait, ce que personne ne saura jamais.
» Liam Orswell - jamais on a vu, jamais on ne verra.
» Les aventuriers vont jamais tout droit...
» Jeune artiste kidnappé , blessé par balle et laissé pour mort à Cité Soleil
» "Je n’ai jamais été membre d’aucun parti politique"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Shin Jidai :: Les mers :: Les Blues :: East Blue :: Prison d'Est Blue-
Sauter vers: