lienlien

N'oubliez pas de voter tous les deux heures!


Une nouvelle histoire, une nouvelle vague... Quelle sera votre voie?
 

Partagez | 
 

 Si tu me cherches, tu me trouves [Flashback] Pv: Ian Wilson

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Fondateur
avatar

Feuille de personnage
Rang: 16
Expériences:
1500/1500  (1500/1500)
Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Si tu me cherches, tu me trouves [Flashback] Pv: Ian Wilson   Sam 12 Nov - 3:44

Le message semble avoir été clair et il semblait avoir compris, car il ne chercha pas plus longtemps à tenter de me convaincre. Je le remercie de bien vouloir m’offrir son aide, mais je ne veux plus de ma prime. Alors il est bien important de ne pas mêler un pirate à cette histoire. De toute façon, tant qu’on ne cherche pas de problèmes à personne et que nous restons discrets, il n’y aura pas de problèmes.

Je me tiens toujours debout devant lui alors qu’i jette sa clope au sol. Le vent souffle légèrement faisant ainsi voler ma tignasse blanche dans tous les sens. Bien que cela pourrait paraître gracieux et tout mignon comme dans tous les comptes de princesse, ce n’était pas réellement le cas dans le monde réel. Non, mes cheveux fouettaient mon visage, enfin réussissait à fouetter le peu de peau qui s’y trouvait. Je m’empressai donc de remettre en place ma chevelure glissant quelques mèches derrière mon oreille gauche. Il affirme par la suite que ça ne serait pas digne d’un gentleman de laisser une lady telle que moi en plan. Un sourire caché s’afficha sur mes lèvres, mais il était possible de voir avec mon unique œil visible que je souriais. Les pattes d’oies qui ornaient le coin de mes yeux trahissaient légèrement mon âge même si elles n’étaient pas bien visibles. J’avais tout de même 27 ans même si mon corps restait jeune et frais. Ian ajouta qu’il connaissait un hangar vide où l’on pourrait se poser tout près du port. C’est seulement moi, ou lorsque l’on me parle d’un hangar vide et qu’on se déclare Gentleman ça ne colle pas? Je hochai doucement les épaules et le regarde descendre du toit. Je lui suivis alors de très près me laissant alors tomber du toit comme si de rien était.

« C’est vrai qu’un hangar vide est bien mieux qu’un toit surtout lorsqu’une femme et un homme s’y trouvent seuls… Un vrai gentleman dit donc!» Dis-je en rigolant légèrement.

Je n’avais aucun arrière pensé, loin de là! Son raisonnement m’amusait seulement. Je m’approchai alors de lui me mettant à ses côtés tout en conservant une distance correcte. J’étais assez près de lui, mais nous ne nous touchions pas. Avoir été une fille ordinaire, je me serais très certainement accroché à son bras, mais je m’abstenais gardant ainsi une certaine distance. Je me doute qu’il a quelque chose en tête vu son sourire éclatant, mais je ne me casse pas la tête avec cela.

Je refermai alors les bras autour de moi tentant tant bien que mal de me garder au chaud. Nous ne croisions pas réellement âme qui vive à cette heure-ci. Après tout, toute personne ordinaire dormait déjà à cette heure. C’était mieux ainsi. Je le regardai de mon œil gauche sans réellement tourner la tête signe que je m’étais placée à sa droite, afin d’observer un peu mieux ses traits malgré la faible lumière. Puis un soupir s’échappa d’entre mes lèvres. Le froid commençait à m’hériter… Je ne sais pas ce que j’aurais fait cette nuit s’il ne m’avait pas suggérer ce hangar. N’ayant pas payé nos repas, je me serais mal vu retourner à l’auberge d’un peu plus tôt. Je ne pouvais donc pas squatter un endroit chaud sans dormir.


« J’espère qu’il fait chaud là-bas! J’ai l’impression d’avoir attrapé froid jusqu’à la moelle! »


Revenir en haut Aller en bas
http://op-shinjidai.forumgratuit.co
Ian Wilson
avatar
Pirate

Feuille de personnage
Rang: 5
Expériences:
0/200  (0/200)
Pouvoir(s): Pika Pika no mi
MessageSujet: Re: Si tu me cherches, tu me trouves [Flashback] Pv: Ian Wilson   Ven 2 Déc - 14:54

Si tu me cherches, tu me trouves


Avec vue sur l'amer


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



Quant la dame atterrit, elle me balance un sarcasme tellement piquant que je me sent empalé jusqu'au c...œur ! Ah non mais là y'a interprétation ! Moi, un pervers ? Que nenni ! Ce n'est qu'un geste de pur altruisme d'un homme honorable envers une pauvre âme esseulée et dans le besoin, rien de plus ! En tout bien tout honneur, juré monsieur l'agent ! Je n'ai jamais dit que j'aimerais ou que je comptais profiter de la situation...

Hein ?

Je l'ai dit ?



Ben alors je l'ai pas dit fort, hein...

Restons honnête, je suis percé à jour... Bon, au moins, je n'ai pas affaire à une vierge effarouchée : elle est parfaitement consciente de ce qui peut se passer entre un mâle et une femelle qui se réchauffent dans la paille d'une grange. Tant mieux, quelque part ! Les petites saintes-ni-touches, c'est pas trop mon kiff... Je secoue la tête. Le vent glacial mord profondément dans mes joues, et ça me remet les idées en places. Rhaaah mais merde, c'est pas le projet !!! Ce serait un bon dénouement, mais c'est pas le but ultime quoi ! Je veux bien suivre la voie du singe en bossant avec ma queue, mais y'a quand même des limites à la connerie, hein !

Mais alors que nous cheminons vers le bord de mer, je me rend soudain compte que la jeune femme qui chemine à mes côtés fait son possible pour se tenir chaud elle même, seulement aidée de ses deux bras nus et minces à la peau pâle, tout en faisant part de sa souffrance face aux éléments. Je la zyieute une seconde par dessous mes lunettes... Puis je retire ma veste immaculée pour le déposer sur ses frêles épaules dénudées, l'enveloppant d'autorité dans un cocon de chaleur qui fera barrage contre la bise jusqu'à ce que nous rallions notre abri. Je ne peux m'empêcher de lui adresser un sourire lumineux, appuyé par un clin d'œil.

"Je t'ai promis, du chaud, tu l'auras. Parole d'homme !"

C'est vrai que ça commence à cailler sévère maintenant que j'ai les tétons au vent. Mais peu me chaut (hahaha) la température, car sous mon apparence charnelle, je suis pure énergie. Et qui dit énergie, dit « chaleur » : Le flot de lumière qui constitue mon corps me maintiens à une température des plus agréable.

Mais fi des détails : nous sommes arrivés !

Une série de vastes entrepôts s'étend autour de nous, grandes silhouettes sombres réduites au silence par la cessation de leur activité. Nous déambulons dans ce dédale industriel, jusqu'à ce que je désigne à ma comparse l'un des bâtiments, hautement délabré. Je l'ai repéré à mon arrivée sur l'île : c'était le seul à être fermé en plein jour, les fenêtres barricadées témoignaient d'un abandon récent des lieux. Ainsi, nous ne craignions nous pas d'être réveillés au point du jour par une horde d'ouvriers mécontents.

"Nous y sommes. Suis-moi..."

Je balaie l'avenue du regard, histoire de m'assurer qu'elle est toujours exempte de témoins gênants, puis je m'avance vers la bâtisse silencieuse, et me plante devant la massive porte d'entrée. Je pousse. Elle n'est même pas verrouillée.

"Après vous, princesse." Dis-je en me fendant d'une profonde révérence.

Comme je le soupçonnais, il fait bien meilleur dedans que dehors, l'épaisseur des murs empêchant le vent de s'infiltrer jusqu'aux tréfonds de nos êtres. En revanche, on n'y voit comme à travers une pelle ! Gnéhéhé, c'est le créneau parfait pour une petite blagounette à la mignonette ...

J'attends qu'elle m'emboîte le pas, puis je claque subitement la porte, plongeant l'endroit dans les ténèbres les plus profondes. Puis je pars d'un profond éclat de rire, la voix grave et maléfique.

"Mouhahahahaha ! Tu es tombée dans mon piège !!!"

Puis j'allume mon corps tout entier, je luis désormais d'une faible lueur dorée, tout juste suffisante pour éclairer à quelques mètres autour de moi. Je ne peux m'empêcher de rire, avec mon rire habituel cette fois.

"Désolé, c'était trop tentant. Risquons nous à faire un peu de lumière..."

J'intensifie la luminosité émanant de ma main, et avance nonchalamment dans les entrailles du hangar. Comme en attestent la hauteur au plafond, les vestiges d'échafaudages et les quelques outils cassés disséminés sur le sol, cet endroit avait autrefois servi d'atelier naval. Ça sent un peu la marée et la suie, mais c'est largement supportable, et toujours préférable au froid qui régnait dehors. J'abaisse les watts, histoire de ne pas se faire repérer de dehors, puis m'assied en tailleur, en faisant signe à la jeune femme de venir me rejoindre. Ce faisant, la teinte de ma lumière vire au rouge, tandis que j'intensifie et concentre le flot de photons qui composent mon être. Je suis encore loin d'être un pur laser, mais je dégage désormais la chaleur d'un petit chauffage d'appoint.

Je fais un grand sourire à la belle.

"Alors, heureuse ?"

Code by Joy / reworked by Sajnek


Whoop Whoop Whoop Whoop Whoop !!!
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Succès déverrouillés ::
 
Revenir en haut Aller en bas
Fondateur
avatar

Feuille de personnage
Rang: 16
Expériences:
1500/1500  (1500/1500)
Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Si tu me cherches, tu me trouves [Flashback] Pv: Ian Wilson   Sam 3 Déc - 3:36

Alors que nous marchions dans le silence et dans le froid, Ian fait quelque chose qui me surprend de plus belle. Je sens sur mes épaules qui semblent frêles à première vu sa veste blanche s’y déposer. Pour tout vous dire, je ne m’attendais pas du tout à cela et heureusement qu’un masque recouvrait mon visage parce qu’il ne devait pas y avoir pas que mon corps qui se réchauffait, mais il y avait bien mes joues aussi qui avaient pris une légère couleur rosée. Je toussai doucement pour reprendre mon calme. Je ne devais pas baisser ma garde puisqu’on ne sait jamais sur ce que l’on peut tomber! Bref, j’attrape délicatement la veste de chaque côté avec mes mains opposé afin de la refermer devant moi. Je me permets un léger regard en sa direction et il me sourit tout en me faisant un clin d’œil. Un petit rire s’échappa d’entre mes lèvres et je me contentai d’un simple « Merci ». C’était bien la première fois qu’un homme agissait ainsi avec moi et cela me rendait inconfortable. Quoique je ne pouvais pas dire que ce l’était vraiment. Il était charmant, mais je ne me sentais pas à ma place.

Nous arrivons finalement à notre destination et j’observe les alentours. Nous nous trouvions dans la zone industrialisée de l’île. Il y avait là plusieurs bâtiments de bonnes tailles, mais Ian m’en pointe une en particulière. Contrairement aux autres, celle-ci semblait avoir été abandonnée depuis quelque temps. Il me dit alors que nous y sommes et me demande de le suivre; ce que je fis. Nous nous tenons tous les deux devant l’imposante porte qui nous fait face. Ian l’ouvre et ne força même pas signe qu’elle devait être déverrouillé puis me fait une légère référence digne d’un bon serviteur et me qualifie de princesse. J’entre donc à sa demande et je regarde tout autour de moi puis j’entends la porte se fermer derrière moi brusquement ne laissant aucune lumière. Je me retrouve aveugle et je cesse aussitôt de bouger. Je me retourne vers Ian qui se met à rire gravement.

Par instinct, une couche de diamant se répand sur le devant de mon corps afin de me protéger d’une quelconque attaque bien que cette dernière pouvait venir de n’importe où. Mais à quoi est-ce que j’ai pensé de suivre ce dernier alors que je ne le connais même pas réellement? Est-ce qu’il m’avait reconnue? Est-ce qu’il en avait après moi? De nombreuses questions se bousculaient dans ma tête, mais avec cette noirceur il m’était impossible de me déplacer. À vrai dire, je tentai un mouvement sur le côté, mais je sentis mon pied heurter un objet et je me figeai sur place. Puis doucement, je le vis s’illuminer d’une légère lueur dorée et son rire se transforme doucement dans le ton que j’avais pour habitude d’entendre. Je me dépêche alors d’annuler mon pouvoir souhaitant qu’il n’aille rien vu bien que ce ne soit pas réellement possible; à moins qu’il ne m’aille pas regardé à ce moment. Je pousse alors un profond soupir et je dépose ma main contre mon front et je bouge cette dernière découragée. Je venais de me faire avoir par ce phénomène comme une vraie débutante.


- Sérieusement?! Je ne sais pas ce qui me retient de te frapper en ce moment! C’était vraiment stupide de ta part. J’en ai encore le cœur qui débat!

Lui il trouve ça drôle, mais moi ça ne m’amuse pas et mis à par mon œil à demi fermé et mon sourcil légèrement froncé, il n’avait rien pour le voir. Ah oui! Il y avait mon pied droit qui tapait doucement le sol et mes bras qui s’étaient croisés contre ma poitrine. Enfin, il change à nouveau le niveau de la lumière. Bon je ne vais pas faire comme si je venais juste de remarquer sa capacité, parce qu’on s’entend bien là que ce ne soit pas donné à tout le monde de briller ainsi ou même de faire des jeux lumières. Il avait un pouvoir, ça je l’avais compris, mais ce n’était pas mon genre de le pointer du doigt et de lui faire comprendre que je savais qu’il savait qu’il avait un pouvoir. Bref, j’ai des yeux et c’est suffisant. Tout ce que je savais maintenant c’est qu’il ne devait pas devenir mon ennemi parce que je n’avais aucunement envie de me battre contre lui et surtout pas contre quelqu’un possédant un autre pouvoir. D’ailleurs, je ne sais pas de quel fruit il s’agit puisque je ne suis pas l’encyclopédie des fruits du démon.

Il s’assied finalement sur le sol me faisant signe de le rejoindre. Je le regarde un moment hésitant. Je m’attendais maintenant à tout et n’importe quoi avec lui… Enfin, je ne crois pas que je dois le craindre. Alors je me décide finalement à bouger mon divin arrière-train et je m’assois tout juste à côté de lui. Cette fois-ci, contrairement à lorsque nous marchions, je m’étais assise sans laissé un brin d’espace. Ma cuisse touchait la sienne et nos épaules faisaient de même. Je remontai alors mes genoux contre ma poitrine et j’appuyai ma tête contre son épaule.


« Oui, très heureuse d’avoir mon propre chauffage mobile. Alors, laisse-moi utiliser ton épaule. Je pourrai te pardonnai de m’avoir joué ce mauvais coup. »

Mon masque commence à me gêner légèrement, mais je ne peux pas l’enlever dû à la présence de Ian. Je lui ai menti sur mon apparence un peu plus tôt lui faisant croire que je cachais une cicatrice suite à un accident. Alors s’il voyait mon joli visage sans blessure ça allait sûrement le rendre mécontent puisque je n’avais pas été honnête avec lui et deuxièmement, il allait peut-être me reconnaître. Mais à quoi est-ce que je pense moi?! Je ne dois pas enlever mon masque! Stupide femme! Tu ne dois pas baisser ta garde! Le jour n’est pas encore venu. Je me permets alors d’ouvrir la fermeture éclair qui se trouve au niveau de ma bouche puis je respire un bon coup. C’est pas qu’il fait chaud en dessous, mais c’est qu’il fait chaud. Et normalement, j’enlève mon masque la nuit puisque je suis seule et, normalement, dans des endroits où ne me trouverait pas.


Je ferme finalement mon œil, décidant de ne plus penser à rien. Je profite calmement du silence et de la chaleur que Ian émet réchauffant ainsi mon corps frigorifié qui peine à revenir à une température normale. Je grelotte légèrement, mais mes tremblements tendent à se calmer. Je me sens légèrement apaisée et malgré tout cela, je baisse finalement ma garde et comme à l’habitude, mes paroles vont plus rapidement que mes pensées.


« Dis-moi, si tu apprenais que je ne suis pas réellement celle que je dis être, qu’est-ce que tu ferais? »
Revenir en haut Aller en bas
http://op-shinjidai.forumgratuit.co
Ian Wilson
avatar
Pirate

Feuille de personnage
Rang: 5
Expériences:
0/200  (0/200)
Pouvoir(s): Pika Pika no mi
MessageSujet: Re: Si tu me cherches, tu me trouves [Flashback] Pv: Ian Wilson   Mar 6 Déc - 2:02

Si tu me cherches, tu me trouves


Bas les masques


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



Alors là mes cocos, j'aime autant vous dire que je me régale. La technique du chauffage central marche du tonnerre, alors lorsque la mignonette se cale tout contre moi, posant sa divine tête contre mon épaule, un délicieux frisson de bonheur m'envahit. Elle me signifie qu'elle apprécie la démarche, et que ça me permettra peut-être de me faire pardonner ma plaisanterie qui, je l'admet, était relativement de mauvais goût. J'inspire profondément par le nez... Oh mon dieu, qu'elle sent bon ! Best Day Ever !

"Fais toi plaisir, princesse ! Tout mon corps est à ta disposition... C'est bien la moindre des choses après cette vanne pourrie."

Figés ensemble dans ce moment de parfaite quiétude, nous laissons s'égrainer quelques infinies fragments d'éternité, nous réchauffant l'un l'autre. Elle de l'extérieur, et moi de l'intérieur. Car oui, le voilà mon point faible sous mes airs de gros dur. J'ai beau être fait de pure énergie, il y a au fond de moi ce vide glacial qui me ronge le cœur depuis des années. Celui que je cherche à combler à sous les litres d'alcool et l'adrénaline de l'aventure... Je me sens désespérément seul. Un capitaine sans équipage. Un marin cloué à terre, prisonnier de sa propre solitude.

Et aux côtés de cette femme, je me sens... réchauffé. Apaisé. Je perçois quelque chose en elle. Je ne saurais dire quoi. Juste... une infime sensation...

Mais je n'ai pas le temps d'y penser d'avantage que la belle me pose une question qui me laisse perplexe. Ainsi donc, une femme masquée aurait cachée son identité ? Non, impossible ! C'était tellement inattendu, ce ne pouvait pas être vrai !!!

Ça se sent que je suis ironique ou pas ?

Je prend quant même quelques secondes pour réfléchir à la question, me grattant le menton de ma main libre, celle qui n'est pas occupée à ne frôler cette cuisse délicieusement enveloppée dans du cuir noir.

"Excellente question... Mais admet quant même que je serai mal placé pour te faire la leçon ! Après tout, on est tous les deux plus brillants qu'on en a l'air..."

Je fais référence à cet éclat délicat et minéral qui a accroché ma lumière tout à l'heure, la fine couche brillante qui avait poussée comme par magie sur son corps divin. Effectivement, il aurait fallu être aveugle (ou bourré, ça dépend de l'heure...) pour passer à côté d'un détail de ce genre. Et il aurait fallu être complètement demeuré (pfiouuu ! On est pas passé loin!) pour ne pas comprendre que la belle était elle aussi détentrice du pouvoir d'un fruit du démon. Ça avait été fugace, mais pas assez pour rester secret. Qu'importe ! Je vais pas appuyer plus lourdement dessus. J'ai compris, elle a compris, un partout, la balle au centre. Mon avis sur elle n'avait pas changé. Au mieux, s'était-il renforcé : Cette femme était décidément pleine de surprises ! Et putain, j'adore ça !

Je ris doucement.

"Vu d'ici, je ne vois pas beaucoup de scénarios possibles :
- Si t'es une primée en fuite... Ben c'est cool, on est dans le même bateau !
- Si t'es vraiment une princesse qui se la joue incognito... Ben non, je changerai pas mes manières, j'suis déjà au max !
- Si t'es une Marine en infiltration... Ben c'est dommage, parce que ça veut dire qu'on va se recroiser dans des circonstances moins sympa un jour ou l'autre. Mais en même temps, je te remercierai d'avoir fait une pause dans le service et d'avoir passé cette soirée avec moi, un pirate notoire. Parce que tu m'a l'air d'être une fille cool, et digne de confiance, ce qui se fait rare !
- Si t'es une Dragon Céleste qui a reniée ses privilèges pour se mêler au bas peuple... Je te demande carrément en mariage tellement tu as la classe !
- Si en fait t'es un mec... Ouais, nan, là j'aurais les glandes quand même ! C'pas bien !
… Et dans le pire des cas, même si tu es là pour me faire la peau... Ben je te souhaite bien du plaisir !
"

Je ris à nouveau, un peu plus fort cette fois. Puis je soupire, et ferme les yeux, profitant de la proximité avec cet être rayonnant tout autant que moi, mais d'un autre genre de feu. Je reprend mon ton profond, sérieux mais détaché. Et je garde ce sourire en coin, celui que j'arbore lorsque je suis serein.

"Je me contrefiche de l'identité qu'on t'a collé dessus. Tu m'as l'air d'être une femme sympa, rebelle, intelligente... Bien roulée, ce qui ne gâte rien... et c'est tout ce qui compte à mes yeux. Alors tu pourrais être la chef suprême du Gouvernement Mondial ou une ancienne tueuse en série, ça ne changerai rien pour moi. Je vais pas te maraver sous le seul prétexte que tu es qui tu es, non ? Ce serait d'une connerie à faire fondre un iceberg ! "

Je la regarde. Je ne sais pas pourquoi je me suis emballé comme ça. Le ton de sa voix, sûrement, qui semblait peser du poids d'un secret longtemps enfoui. Je me tourne légèrement vers elle, et lui lance mon plus beau sourire. J'avoue être maintenant curieux...

"Quel secret peux donc bien se cacher derrière ce masque et ces jolis yeux ?"


Code by Joy / reworked by Sajnek


Whoop Whoop Whoop Whoop Whoop !!!
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Succès déverrouillés ::
 
Revenir en haut Aller en bas
Fondateur
avatar

Feuille de personnage
Rang: 16
Expériences:
1500/1500  (1500/1500)
Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Si tu me cherches, tu me trouves [Flashback] Pv: Ian Wilson   Mer 7 Déc - 4:30

Je reste collée à Ian un moment après avoir posé ma question. J'inspire profondément comme s’il n'y avait que le calme et la sérénité en moi. Puis, j'ouvre les yeux réalisant la bêtise que je venais de faire. Ma tête se lève brusquement et je plaque mes deux mains sur cette idiote de bouche. Bon sens! Mais qu'est-ce qui me prenait tout à coup? Je m'efforce de ne pas faire allusion à ma véritable identité devant cette personne qui m'est inconnue et comme une débile, moi, Kassidia Nadaho, je lui demande ce que cela lui ferait si ce que je lui avais dit depuis le début était complètement faux… Je dois dire que l’envie de m'applaudir de façon ironique était bien présente. Je dépose finalement ma main contre mon front et regarde le sol découragé par ma propre connerie. Bon avec tout ça il allait bien se douter que ce n'était pas une simple question niaise. Il me paraissait intelligent et tout de même futé. D'ailleurs, il fit une petite remarque concernant cette question tout en y ajoutant une petite pique qui me fit parfaitement comprendre que l’utilisation de mon fruit n'avait pas du tout passé inaperçue. Bon, il fallait être con pour ne pas remarquer le scintillement de ma carapace de diamant surtout qu'il ne s'agissait pas que d'une petite partie de mon corps, mais bien de tout mon devant.

Je passe alors ma main dans mon visage même si cela ne sert à rien puisqu’elle n'entre pas en contact avec ma peau. Disons que c’était plus symbolique et par habitude que je le faisais. Bon je l'écoute émettre ses nombreuses hypothèses et je ne peux empêcher un petit sourire en coin de s'afficher. Pour tout dire, il était sympathique ce Ian et j'ignore pourquoi je me sentais bien près de lui. Bon c'est sur que la chaleur que son corps dégageait aidait beaucoup. Je n'aurais peut-être pas dit la même chose si nous étions restés sur le toit. Bon d'accord je rigole.


« D'abord premièrement, je ne suis ni marine, ni tenryu machin ayant fui sa vie. Je ne suis pas plus un homme, quoi que cela reste à vérifier… Je ne suis surtout pas là pour te faire la peau. Deuxièmement, ne me dis pas que je suis une fille cool et digne de confiance alors que je t'ai menti! Je suis tout sauf ça! Je mens sans arrêt… d'ailleurs, je ne me souviens même pas du nom que j'ai utilisé pour me présenter à toi… »

Lui dire cela ainsi me fait sentir pitoyable. Je ne fais confiance en personne alors je ne raconte que quelques vérités parmi de nombreux mensonges. J'ai appris à vivre seule. Je me suis démenée toutes ses années pour survivre et tout ça pour quoi? Pour finir solitaire et cacher mon identité à tous? Je m'étais peut-être libérée de ces chaînes, mais je suis toujours emprisonnée dans leur système. Était-ce vraiment la vie que je voulais? Resté caché sous un masque toute ma vie?

Je regarde finalement Ian qui me questionne sur ce qui se cache sous ce masque. Je me pose aussi la question parfois. Qui suis-je réellement? C’était un moment très difficile pour moi actuellement. À savoir si je me dévoilais à lui ce qui était l’équivalent pour une jeune femme de se mettre à nue pour la première fois devant quelqu’un d'autre et pourtant, je n'ai jamais éprouvé se problème! Alors pourquoi je ne suis pas capable d’enlever ce putain de masque!! Je ferme les yeux et attrape ma chevelure blanche entre mes doigts avant de secouer la tete


« Raaaaaaaaaaaah! »

Mes épaules s'affaissent finalement tout comme mon bras gauche qui tombe mollement contre mon corps. Je lève la tête vers le plafond et je murmure doucement :« j’espère ne pas regretter cette décision » et je glisse ma main derrière ma tête desserrant ainsi les sangles de cuir. Je retourne alors mon visage tranquillement dans sa direction tout en déposant deux doigts sous mon masque au niveau de mon nez et je le tire tranquillement vers le bas laissant apparaître peu à peu de mon visage blanc immaculé et sans blessure. Je glisse alors le masque jusqu’à mon cou et je le fixe de mon unique œil rouge. Je n'ai pas retiré mon cache-œil et avant toute chose, cela ne voulait pas dire qu'il allait me reconnaître avec mon simple visage. Après tout, j'étais bien plus jeune et j'avais les cheveux plus courts et il n'y avait qu'une petite partie de mon visage de visible sur la prime. Déjà qu’il puisse voir mon visage ainsi c’était déjà beaucoup. Laissons-le s'amuser à chercher lui-même.  Je lève finalement les bras un peu vers le haut.

« Tadammm! Pas trop déçu, j'espère. »
Revenir en haut Aller en bas
http://op-shinjidai.forumgratuit.co
Ian Wilson
avatar
Pirate

Feuille de personnage
Rang: 5
Expériences:
0/200  (0/200)
Pouvoir(s): Pika Pika no mi
MessageSujet: Re: Si tu me cherches, tu me trouves [Flashback] Pv: Ian Wilson   Ven 16 Déc - 20:29

Si tu me cherches, tu me trouves


Mise à nu


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



Je la regarde démonter mes jolies théories l'une après l'autre, imperturbable, arborant toujours cet éternel demi-sourire énigmatique. Il y a un je ne sais quoi dans son attitude qui me fait presque rire, comme si son soudain élan d'honnêteté était sorti tout droit de son subconscient en prenant sa raison à revers. Je reste silencieux dans mon hilarité muette, la regardant faire face à ses dilemmes internes.

Elle hésite.

Elle se bat contre elle-même.

Puis elle espère ne pas regretter cette décision.

J'aimerai vraiment la rassurer. L'assurer que tout ira bien. Que cette décision n'aura aucun conséquence. Après tout, j'en suis convaincu. Mais j'ai horreur de faire des promesses que je ne suis pas sûr de pouvoir tenir. On ne peut jamais jurer de rien, pas vrai ?

Quoi qu'il en soit, je la regarde ôter lentement son masque, révélant ainsi l'entièreté de son visage angélique. Même si je me doutais un peu que l'histoire de la tronche défigurée était un pur bobard pour décourager les gros relous dragueurs (un peu comme moi en fait... Mais je ne suis pas un connard standard : je suis un connard du niveau supérieur!), j'étais loin de me douter de la beauté harmonieuse et simple des traits qu'elle me dissimulait jusque là. Je m'attarde quelques instants à la détailler, à fixer cette sculpture dans ma mémoire.

Elle me demande si je ne suis pas trop déçu...

"Oh que non ! Pas le moins du monde !"

Ce n'est qu'alors que je remarque son œil rouge, tel un grenat enchâssé dans une sculpture de porcelaine, encadrée par ses cheveux blancs comme la nacre. Une pierre précieuse, cette femme ! Serait-ce la perle rare ? Probablement, puisque mon visage me rappelle quelque chose. Cette impression de l'avoir déjà vu quelque part... Oui, la même que dans le deuxième post... dans la taverne, quelques heures plus tôt. Rhaaaaaah ! Qu'est-ce que ça m'énerve quant je suis sûr de savoir quelque chose et je n'arrive pas à remettre le doigt dessus ! C'est à se coincer les parties dans une porte !!!

Puis soudain, c'est la lumière !!!
Une vieille affiche, à la prime rondelette de 10 millions de Berrys pour sous-titrer une jeune femme aux cheveux blancs comme neige et à l'œil rouge : Kassidia Nadaho. Bien évidemment, la femme que j'avais devant moi semblait plus âgée (enfin... c'est panière de marler hein ! Quelques ridounettes par ci par là, rien de plus). C'était peut-être un peu tôt pour l'affirmer, mais si c'était bien elle, elle avait du faire une sacrée connerie pour énerver autant la marine. Ça me plaît... Cette fille était peut-être une menteuse (à mi-temps, en tout cas...), mais elle avait des tripes...

Feignons l'ignorance...

"Je comprend pourquoi tu te cachais sous ce masque... Sans ça, tout le monde devait te regarder en bavant ! Tu avais ma curiosité, maintenant, tu as toute mon attention !"

Peut-être un peu trop épicée d'hormones, cette réplique. Je ris doucement, en la regardant au fond de cet œil rouge qui brille presque autant que moi. Puis je me passe la main dans les cheveux.

"Alors comme ça, « Ayumi Midori » n'est pas ton vrai nom ? Franchement, tant mieux ! Je me disais que ça t'allait pas du tout... Tu sais quoi ? Je te propose un deal honnête pour que tu n'aies pas l'impression de te mettre à nu sans contrepartie..."

Je m'allume une énième cigarette, et lui présente mes mains à la paume brûlée, creusées de sillons et couvertes de cicatrices.

"Si tu me donnes ton vrai nom et que tu m'expliques les raisons qui t'obligent à cacher un si magnifique visage sous un masque... Je te raconte ce qui est arrivé à ces mains, et comment et pourquoi je suis devenu pirate... ça te va ?"

Je laisse planer une seconde de plomb. Puis je part d'un grand éclat de rire.

"M'enfin après, si tu veux pas que je raconte ma vie, tu peux me l'dire hein ! Bwahahahaha !"


Code by Joy / reworked by Sajnek


Whoop Whoop Whoop Whoop Whoop !!!
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Succès déverrouillés ::
 
Revenir en haut Aller en bas
Fondateur
avatar

Feuille de personnage
Rang: 16
Expériences:
1500/1500  (1500/1500)
Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Si tu me cherches, tu me trouves [Flashback] Pv: Ian Wilson   Dim 18 Déc - 2:54

Ma question était venue tout bonnement bien que je ne m’attendais pas réellement à recevoir une réponse. En fait, non, je me suis mal exprimée. Je n’exceptais pas recevoir de réponse, mais je me doutais qu’il allait y répondre. Je le laisse m’observer, sans broncher après tout moi-même sais, que je ne suis pas une laideur. Que dis-je? Ne suis-je pas assez exotique à votre goût? Cheveux blancs, yeux rouges bien qu’en réalité ils soient vairons et une peau d’un blanc pur. Il me dit par la suite qu’il n’est pas du tout déçu par ce qu’il voit et moi je ne réponds pas. Je ne rougis pas plus puisque ce n’était pas mon genre. Lorsqu’il s’agissait de mon corps ou même de rapprochement, j’étais plutôt quelqu’un de froid. Enfin froide, disons plutôt que je ne suis pas du genre à faire les premiers. Il me complimente à sa manière bien que cela ne me touche pas réellement. Que voulez-vous que je dise? Je m’étais peut-être montrée à lui, mais ça ne voulait pas dire que je lui faisais confiance ou que nous étions amis. Enfin, j’allais sûrement regretter de lui avoir montré mon visage, mais il était maintenant trop tard pour reculer et nous nous trouvions tous les deux dans le même bateau bien que ce dernier ait une prime plus petite que la mienne.

J’essaie de ne pas répondre à sa petite remarque digne de tous les dragueurs et je me concentre sur la suite. Il souhaite connaître mon vrai nom ainsi que mon histoire… En échange, il me raconterait la sienne en essayant de piquer ma curiosité avec ses mains à la paume brûlée. Je les observe un moment et inconsciemment je mets ma main gauche contre ma gorge où se trouve l’étoile de chair qui y avait été marquée il y a cela 12 ans. Je me souviendrai toujours de cette douleur. C’est d’ailleurs la seule imperfection de mon corps…ha oui sans oublié ma poitrine de bonnet C que je trouve, personnellement, trop petite.  Je glisse finalement cette même main vers mon front que je masse doucement. Je retiens toujours mes jambes contre ma poitrine avec mon autre bras et je m’éclaire finalement la gorge tout en regardant devant moi. Mon visage prit alors une expression perdue, comme s’il me fallait chercher loin.


« Mon vrai nom est Kassidia Nadaho, comme tu l’as peut-être déjà remarqué, je suis actuellement primée à 10 millions de berrys pour les crimes suivant : Meurtre d’enfants et meurtre des marines en plus de posséder un fruit du démon. »

Je souris doucement, mais mon regard est toujours aussi vide.

« Je ne nie pas les crimes, puisque je les ai commis. J’ai réellement tué de mes propres mains tous ces gens. »

Je lève alors mes mains devant mon visage et les observes comme si elles étaient encore sales et dégoulinantes de sang.

« Je n’oublierai jamais leurs cris. Ils étaient mes amis… Mais je ne l’ai pas fait par plaisir, pas au début en tout cas. Enfin, dit comme ça, je passe pour la pire. Je t’ai dit que j’ai été esclave une fois que mes parents furent arrêté pour trafic d’armes et autres substances. Quand la dame que je servais mourut, je  fus jetée à la rue par ses proches qui ne s’étaient jamais occupés d’elle. J’ai erré dans les rues jusqu’au moment où je me suis fait attraper par des hommes qui m’ont enfermée avec d’autres enfants pour nous revendre à d’autres hommes, bien que ce soit une femme qui s’occupait de nous. J’y ai reçu mon fruit et une marque… »


Marque que je n’allais pas montrer puisqu’il s’agissait de l’une de mes plus grandes faiblesses. Montrer cela était pire que se mettre à nue devant un homme pour la première fois bien que ce dernier point ne me dérangeait plus du tout.

« Je faisais partie d’un groupe d’enfants qui devait participer à des combats jusqu’à la mort afin d’amuser le public. Je suis devenue l’une de leurs favoris puisque je suis toujours devant toi. Quelques années plus tard, je me suis enfuie avec d’autres enfants et sais-tu pourquoi j’ai tué des marines? Parce qu’en fait, c’est très ironique, mais il s’agissait de marines qui organisaient tout cela. Mais bon, il est dur de vivre paisiblement après tout cela surtout quand sa tête est mise à prix injustement. C’est pourquoi j’ai décidé de me cacher sous ce masque. »


Je retourne finalement ma tête en sa direction et le fixe de mon unique œil gardant un air assez inquiétant sur mon visage, comme si cela avait ravivé quelques souvenirs. La sensation de tuer, de sentir leur sang chaud éclabousser mon visage ou même enfoncé ma main dans leur poitrine sentant les derniers battements de leur cœur au creux de cette dernière. Mon corps tremblait doucement puis je me mis à rire doucement puis mon rire s’accentua. Je penchai légèrement ma tête vers l’arrière et je finis par replier mes bras l’un contre l’autre dans une étreinte.

« Je dois être folle, parce que même si j’ai été forcée de le faire, j’ai fini par apprécier ce que je faisais. C’est devenu une drogue pour moi… »
Revenir en haut Aller en bas
http://op-shinjidai.forumgratuit.co
Ian Wilson
avatar
Pirate

Feuille de personnage
Rang: 5
Expériences:
0/200  (0/200)
Pouvoir(s): Pika Pika no mi
MessageSujet: Re: Si tu me cherches, tu me trouves [Flashback] Pv: Ian Wilson   Ven 10 Fév - 19:19

Si tu me cherches, tu me trouves


Hot vs Crazy


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



Bon.

Une chose après l'autre.

Okay, j'avais raison : il s'agit bel et bien de Kassidia Nadaho, primée à 10 petits millions de berrys. Ça explique le masque et les précautions.

Ça, c'est fait.

Très bien. No problemo amigo...

… mais le meurtre d'enfant, on en parle ou pas ?

Je vais pas vous mentir les louloutes, j'ai les roustons qui me remontent dans la gorge et les tripes qui menacent de se faire la malle par en bas quant la sublime me décris par le menu tout ce boxon que je n'aurais osé imaginer dans mes cauchemars les plus crades. Surtout quant elle raconte son histoire et qu'elle se met à rire comme une folle. Dans ma tête, j'ai les lumières qui clignotent, les sirènes qui hurlent, et tous les voyants au rouge. « ABORT MISSION !!! ABORT MISSION !!! IT'S A TRAP !!! ». Là où je vois que je suis vraiment à cran, c'est que je lâche une série de tout petits pets, comme ça, « pfft pfft pfft pfft pfft ». Compte tenu de notre proximité, j'ai du bol qu'ils soient autant silencieux qu'inodores.

Nan, effectivement, j'en mène pas large, cachant tant bien que mal mon désarroi derrière une pokerface que j'espère convaincante. Il me faut quelques secondes pour faire taire les hurlements mentaux et éteindre l'incendie de mon esprit. On se calme... tu t'appelles Ian Wilson, tu as 24 ans.

Restes concentré mon coco. Une chose après l'autre.

Je rejoue le disque dans mon esprit, tâchant de décortiquer les détails, d'analyser, de lire entre les lignes. Allez mon Ian, fais fonctionner tes méninges atrophiées ! C'est pas le moment de se chopper un rhum de cerveau... C'est le moment d'être brillant !

J'accroche le détail au bout de la cinquième relecture : « C'était des Marines qui organisaient tout ça ». Ça fait un curieux écho dans mon propre passif. Les traits de mon visage s'adoucissent alors que je la regarde sous un jour nouveau. J'ai fugacement l'impression d'observer un oiseau en chute libre, plongeant vers un abîme de ténèbres. Cette expression dans le regard... non, dans tout son corps tremblant. Nul doute : elle y est encore. Elle les voit, les visages de ces personnes chères auxquelles elle a été contrainte d'ôter la vie. Elle les entend, les rires gras et les acclamations des spectateurs avides se délectant de sa misère et de sa souffrance. Et plus elle les entend, plus ils la tirent vers le royaume de la folie, là où son esprit torturé lui infligera mille supplices pour la châtier d'avoir commis ces atrocités, de ne pas avoir eut la décence et le courage de mourir plutôt que d'obéir.

Une larme perle au coin de mon œil.

Not on my watch !

Avant même de comprendre ce que je fais, mon bras s'étend pour venir enlacer les épaules de la jeune femme, secouée de spasmes hystériques. Mon autre bras vient s'enrouler autour d'elle à son tour, et en un instant, je la serre contre moi en une étreinte venue du cœur, cœur conte cœur, mon menton reposant sur le sommet de son crâne. Ze câlin of l'amour and sincerity.

C'est parti tout seul.

"Ça va aller... là... du calme..."

Je ne brille plus en rouge. Sans m'en rendre compte, j'ai pris une teinte ambrée, diminué la chaleur pour ne pas brûler la peau d'albâtre de cette colombe perdue. Mes doigts viennent s'égarer dans ses cheveux neigeux, caressant son crâne pendant que mon autre main masse son dos à la cambrure parfaite.

Pourquoi est-ce que j'agis comme ça ?

"Ce n'est pas de ta faute, Kassidia Nadaho... Ce que tu as fait, tu l'as fait dans le seul but de sauver ta vie. Et ça, personne, tu m'entends ? Personne n'a le droit de t'en blâmer. Si tu étais vraiment folle, tu ne te serai pas rebellée. Tu ne te serais pas enfuie, tu ne te serais pas vengée."

Je laisse le temps s'égrainer. Je parle du fond de l'âme, les mots jaillissent à mon corps défendant, sans que je sache trop d'où ils viennent, résonnant gravement dans ma cage thoracique démesurée. Mes yeux sont clos. Une partie de moi cherche à l'intérieur de moi-même ce qui me plonge dans cet état second, pendant que l'autre partie se concentre sur un seul et unique but : transmettre quelque chose à la jeune femme que je serre doucement dans mes bras.

"Les gens se trompent : Le monde n'est pas juste. Les plus méritants ne sont pas toujours récompensés, et les ordures ne sont pas toujours punies. Ce qui t'es arrivé est injuste. Tellement injuste que ça me donne envie de vomir..."

Pourquoi est-ce que j'ai l'impression que des milliers de pointes glacées me traversent les entrailles ? Pourquoi me sens-je le devoir ultime d'être là pour elle ?

"... Tu n'es pas folle, alors ne laisses jamais personne te convaincre du contraire... J'en ai croisé, des salopards. Et c'est à ça qu'on les reconnaît : ils essaient systématiquement de te convaincre que les merdes que la vie ou eux-même te foutent sur le coin de la gueule sont de ton fait et que tu l'as mérité. Y'a rien de plus faux. J'ai vu des familles renier leur fille violée parce que « elle devait sûrement l'avoir cherché »... C'est le monde qui est fou. Et quant le monde entier te persécute, tu te dois de persécuter le monde !"

Mais qu'est-ce que j'ai à donner des leçons moi ??? Je vais passer pour un moralisateur !!

Oh merde... je crois que c'est des sentiments...

Comment je fais ? Qu'est-ce que je fais ? Qu'est-ce que je dis ?

Je respire une goulée d'air. J'ai l'impression de me réveiller après deux mois. Je la regarde dans les yeux (enfin, dans l'oeil). Nom de Dieu de putain de bordel de merde de saloperie de connard d'enculé de sa mère : Qu'est-ce qu'elle est canon vu de si près !!!!


Code by Joy / reworked by Sajnek


Whoop Whoop Whoop Whoop Whoop !!!
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Succès déverrouillés ::
 
Revenir en haut Aller en bas
Fondateur
avatar

Feuille de personnage
Rang: 16
Expériences:
1500/1500  (1500/1500)
Pouvoir(s):
MessageSujet: Re: Si tu me cherches, tu me trouves [Flashback] Pv: Ian Wilson   Mar 14 Fév - 3:05

J’étais comme une feuille au vent toujours accrochée à cette branche et qui risquait à tout moment de se détacher afin d’être emporté par le vent et de finir malheureusement au sol où le monde marcherait dessus. Mon corps tremblait et était secoué de quelques spasmes alors que mon esprit risquait de s’égarer vers un endroit que je n’avais pas visité depuis fort longtemps. Mon esprit lutte pour ne pas y retourner, mais je les entends m’appeler par mon prénom avec leur voix d’enfant et leur pleure. Ils me cherchent. Ils me veulent auprès d’eux pour prendre soin de leurs blessures suite à leur victoire. Je me revois les accueillir chacun leur tour jusqu’au moment où mon tour vint. On m’avait attachée à une chaise et maintenu la tête offrant ainsi ma gorge en offrande à cet horrible marqueur en fer étoilé et rougeoyant. La douleur était-elle que je m’étais évanouie. Puis je me revois par la suite, debout dans cette arène qui empestait le sang et la mort face à un jeune ado que j’avais pour habitude de soigner qui se ruait sur moi le regard vide de toute expression. J’avais compris ce qui tramait, à ce moment, et j’avais vidé mon esprit comme ce dernier et j’avais gagné mon premier combat ainsi. Plus je m’approchais de cet endroit plus mon esprit se brisait… Mon regard se vidait comme il l’avait été autrefois, mais quelque chose me retint d’ouvrir cette porte et de me perdre dans cet abyme.

Je sentais un souffle chaud sur le dessus de mon crâne alors que je sentais un cœur qui n’était pas le mien battre contre ma poitrine. Lorsque j’ouvrir les yeux je réalisai finalement ce qui se passait. Ian me serrait dans ses bras et caressant doucement mes cheveux comme s’il cherchait à me consoler et à me faire comprendre quelque chose. Pourtant, j’avais aperçu avant de sombrer son regard qui en disait long sur ce qu’il pensait de ma situation. Ce n’est pas tout le monde qui comprend cela. J’étais qu’une enfant aussi, mais j’ai eu le courage et la force de m’enfuir emmenant avec moi le plus de jeunes que je le pouvais. Aujourd’hui, je ne savais pas ce qu’il était advenu d’eux et j’espérais qu’il ne s’était pas fait reprendre, car je ne les avais pas accompagnés jusqu’à la sortie. Peut-être qu’ils étaient toujours au piège. Enfin, il était bien trop vieux pour continuer à satisfaire le public. Ils avaient très certainement été exécutés d’une quelconque façon sauf s’il organisait des combats d’adultes.

Je chasse cette idée de mes pensées aussi rapidement qu’elle était arrivée et je me concentre sur sa voix et son étreinte. Je ne me serai pas laissé faire ainsi normalement, mais j'aimais mieux cela que d’oublier qui j’étais réellement. Qui sait ce qui aurait pu se passer par la suite. Mes yeux se ferment seuls et je ressens les battements de son cœur. Quelques techniques de relaxation s’imposent à moi tels que les profondes inspirations et les grandes expirations. Il me faut me calmer rapidement sinon de quoi aurais-je l’air? J’avais perdu toute crédibilité et même s’il me disait toutes ces belles choses pour tenter de me rendre moins coupable, les faits étaient tout de même que j’avais tué mes amis et mes compagnons pour sauver ma propre peau. Je considérais ma vie plus importante que la leur et j’avais peur de mourir. Alors qu’en réalité, j’aurais dû me laisser tuer dès le premier combat échappant ainsi à cette profonde douleur et tous ses tourments. Je le laisse finalement terminer de parler et j’ouvre les yeux réalisant que celui-ci regardait finalement dans mon œil. Je ne sais pas pourquoi, mais je me sentis mal à l’aise et malgré cette chaleur et ce réconfort, je déposai mes mains contre ses bras le repoussant ainsi doucement et je reculai mon corps du sien tout en remontant mes genoux contre ma poitrine retrouvant ainsi le froid qui me réveilla doucement.


« Tu sais, même si tu me dis que je ne suis pas folle, il y aura toujours une partie de moi qui le sera… »

Je sens ma voix qui se casse doucement comme si quelque chose m’empêchait de parler normalement.

«  Il y aura toujours cette partie de moi qui me fera toujours peur. Cette moi d’autrefois qui ne guette qu’un moment de faiblesse pour reprendre sa place et me faire oublier qui je suis réellement. Elle est là…elle sera toujours là… »

Je finis ma phrase en pointant doucement ma tempe. Bon, il allait croire que j’avais une double personnalité, mais ce n’était pas ça du tout. Il s’agissait de mon armure. Cette armure qui appréciait ce que j’avais commis, cette armure qui m’avait empêchée de sombrer dans une folie totale. Cette armure qui aimait le sang et la douleur… Je ne sais plus quoi faire et quoi dire. Je suis fatiguée, car je ne dors presque pas. Je suis fatiguée de courir, de fuir et de vivre ainsi. Je veux être libre, mais je ne le saurai jamais.

Je lève finalement la tête pour regarder Ian. Je lui souris tristement et je dépose mes mains contre mes tempes emmêlant ainsi mes doigts dans ma chevelure.

« Je sais que tu ne cherches qu’à me remonter le moral et me faire penser que tout ce qui se passe n’est pas de ma faute, mais il est trop tard pour m’en convaincre. Non, je ne me suis pas mise dans ce pétrin seul, mais oui j’ai choisi d’être égoïste. Je ne pourrai jamais oublié, jamais. »

J’inspire profondément avant de soupirer bruyamment. Bon ça suffit. Il voulait savoir qui j’étais réellement et mon histoire. Maintenant que c’était fait et que je m’étais ouverte à lui, il était peut-être temps pour lui de me parler un peu de lui non? Je bouge ma tête de droite à gauche histoire d’étirer mon cou et j’étends finalement mes jambes devant moi tout en les croisant l’une sur l’autre et je m’appuie sur mes bras derrière moi. Je souris tant bien que mal histoire de me donner un peu plus de contenance.

« Bon assez parler de moi avant que tu ne penses que je suis quelqu’un de beaucoup trop étrange pour toi. Parle-moi un peu de toi. Mis à part ton nom et ta prime, je ne sais rien de toi. Qui est ce cher Ian Wilson? Tu me dis ce que tu veux, tu fais ce que tu veux. Je t’écoute… »
Revenir en haut Aller en bas
http://op-shinjidai.forumgratuit.co
Ian Wilson
avatar
Pirate

Feuille de personnage
Rang: 5
Expériences:
0/200  (0/200)
Pouvoir(s): Pika Pika no mi
MessageSujet: Re: Si tu me cherches, tu me trouves [Flashback] Pv: Ian Wilson   Mar 4 Avr - 19:36

Si tu me cherches, tu me trouves


See you, seas cowgirl


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



Je la regarde redescendre, calmer sa respiration, reprendre l'espace vital que je lui avait dérobé à mon corps défendant. Et tandis qu'elle reprend lentement pied avec la réalité, un petit quelque chose se déchire au fond de mon cœur, tandis que je ses paroles résonnent à travers mon esprit. Le chemin sera long, et semé d'embûches, pour elle. Je souris faiblement, tandis qu'elle me décrit ses affres, l'appel implacable de sa rage et l'inextinguible soif de sang qui la taraude à la frontière de la folie qui la guette en permanence.

J'aimerai lui dire tant de choses... Que je la comprend. Que j'ai vécu la même chose. Qu'elle peut s'en sortir...

Mais je ne peux pas.

Je me contente de récupérer le mégot brasillant que j'ai fait tomber, et de tirer les ultimes bouffées de nicotine qu'il contient, le regard vaguement perdu dans la lueur des étoiles qui luisent faiblement à travers le trou creusé dans le toit vermoulu, et de me perdre dans de sombres pensées jusqu'à ce qu'elle m'en extirpe, me mettant face à face avec le deal que je lui ait proposé tout à l'heure : lui parler de moi. Je ferme les yeux pour me replonger dans ce passé fangeux qui est le mien, exhalant un énième nuage vaporeux.

C'est vrai ça... Qui est ce cher Ian Wilson ?

"Mmmmhhh... Vaste question..."

Je souris, et me repose un peu plus sur mes poignets, ramenant brièvement la tête en arrière pour étirer mes cervicales fatiguées. Je souris.

"Eh bien... J'étais un petit connard lambda jusqu'au début de mon adolescence. Puis un jour, je me suis rendu compte que les habitants de mon île natale sur South Blue étaient en fait de gros enfoirés d'esclavagiste. J'ai tenté de les libérer, et il y a eut une révolte... Tout aurait put bien se passer si un gradé de la marine n'avait pas eut la bonne idée d'être là avec tout son bataillon. Je suis donc passé instantanément du grade de « petit connard » à celui de « petit connard révolutionnaire » : Mes parents se sont fait exécuter, et j'ai hérité de ça, conformément à nos lois..." j'enlève ma veste pour lui montrer le tatouage qui orne mon bras gauche : un dragon entourés de kanjis signifiants « Propriété » ... "... et de ça, parce que le gradé voulait visiblement marquer le coup..." finis-je en exhibant mes mains aux paumes carbonisées, encore constellées de cicatrices malgré les années.

Un énième soupir plus tard, je reprend ma pitoyable histoire.

"J'ai été esclave pendant presque 10 ans, alors vivre l'enfer jour après jour sans aucun espoir, je connais... Si j'avais pas mange ce fruit du démon par inadvertance, j'y serai encore. Mais je me suis échappé, j'ai dérouillé le suprême fils de pute qui m'a volé ma famille, et je me suis juré que plus jamais je ne porterai de fers, et que je serai l'homme le plus libre du monde, dussé-je mettre ma vie en jeu."

Je marque une pause, la regardant au fond des yeux, au fond de l'âme. Nous communiquons silencieusement pendant quelques instants... Puis je la vois bailler à s'en arracher la mâchoire. C'est vrai qu'il est tard. Pendant qu'elle se prépare un vieux sac de jute pour lui servir de matelas, je m'étire et m'allonge contre un amas de caisses. Puis, alors que je baisse la luminosité, je ne peux m'empêcher de lui parler à nouveau.

"Quant tu seras prête à laisser ton passé derrière toi, je serai là. Je pars demain matin pour Dieu sait où, mais je t'en fait la promesse : quant le moment viendra, j'aurais mon navire, un équipage, et tu pourra faire le choix que je n'ai jamais eut : attraper une main pour te sortir des ténèbres..."

Il me faut quelques instants pour réaliser qu'elle me tourne le dos. Est-elle déjà endormie ? Qui sait... Je souris et clos à nouveau mes paupières.

Une page se tourne.

Un nouveau chapitre s'écrit.

Suis ton chemin, jeune fille.

Jusqu'à notre prochaine rencontre


Code by Joy / reworked by Sajnek


Whoop Whoop Whoop Whoop Whoop !!!
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Succès déverrouillés ::
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Si tu me cherches, tu me trouves [Flashback] Pv: Ian Wilson   

Revenir en haut Aller en bas
 
Si tu me cherches, tu me trouves [Flashback] Pv: Ian Wilson
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» Tiens tiens tiens... Comme on se retrouve... {Flashback} [Ryuuku Gakuen]
» [RP Flashback] Entre Nymphomanie et Psychopathie...
» /!\ Grosse Quête ! Besoin de personnes [ FlashBack HRP ]
» Tu me cherches, toi ? [Eris's links]
» RP flashback en 1623

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Shin Jidai :: Les mers :: Les Blues :: West Blue :: Royaume d'Illusia-
Sauter vers: